Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Ukraine : un important think tank "occidental" reconnaît la défaite.

Il n'y a tout simplement pas d'alternative pour l'Ukraine : elle doit coopérer avec la Russie et payer le prix nécessaire pour ce faire. C'est pourquoi la Russie ne fait rien et attend tranquillement que cette simple vérité devienne une évidence pour tous.

L’Institut Brooklin qui soutient généralement la politique d’Obama a enfin admis que l’Ukraine ne peut pas vivre sans la Russie et que par conséquent la collaboration entre l’Ukraine et la Russie est la seule issue possible. C’est encore une fois une question d’argent. La perte du marché russe se fait déjà sentir et va détruire l’industrie lourde et l’industrie de l’armement de l’est de l’Ukraine. Cela va coûter cher :

"L’estimation minimale est de 276 milliards de dollars pour racheter l’Est. L’occident n’a pas les moyens de le faire.

Le problème c’est que l’Ukraine ne peut pas être viable sans une sérieuse contribution à la fois de la Russie et de l’Occident. Un avenir exclusivement en Occident est inenvisageable pour l’Ukraine. Une Ukraine entièrement sous contrôle russe et sans aucun lien avec l’occident, peut par contre – malheureusement – survivre."

Une Ukraine "occidentale" est impossible. Une Ukraine intégrée dans la Fédération russe est possible mais cela serait très lourd pour la Russie du moins dans un premier temps. Une Ukraine finlandisée sous influence russe serait la meilleure solution pour tous les camps.

Le simulacre de la prochaine élection du roi du chocolat Porochenko sur qui la Russie a beaucoup de prise – ses débouchés et une partie de ses usines sont en Russie – servira de prétexte à "l’Occident" pour se désengager. Porochenko va être envoyé à l’est pour prêter allégeance à la Russie et signer un traité de reddition complète. Il n’a pas le choix :

"Des relations normales avec la Russie sont naturelles à l’Ukraine car c’et son intérêt. C’est pour cela que les politiques ukrainiens ne peuvent pas ignorer leurs liens passés, présents et futurs avec la Russie même s’ils en rêvent."

Il devra ensuite débarrasser l’ouest de l’Ukraine des nazis. La partie politique de l’Accord d’Association avec l’UE que le gouvernement issu du coup a signé sera révoquée et la partie économique ne sera pas signée du tout.

Tout cela prend l’allure d’une défaite majeure pour les néocons qui n’ont rien compris à ce qui se passait :

"Les stratèges étasuniens n’ont sans doute pas imaginé que, du fait du délicat équilibre des nombreuses forces en présence, l’état ukrainien puisse tout simplement se désintégrer sous le coup d’un drastique tournant géopolitique, comme c’est actuellement le cas.
...
Les Etats-Unis se trouvent encore une fois dans la délicate situation d’avoir contribué de façon décisive au développement d’une certaine phase critique [...] où toutefois les partenaires et les alliés sur le terrain [...] sont successivement abandonnés au moment crucial..."

Les néocons ont planifié cette attaque contre la Russie au moyen de l’Ukraine et de la Crimée et à nouveau ils ont échoué. Cela ne signifie pas que la crise soit terminée. Lorsque la défaite s’annonce, les néocons adorent faire assaut de puissance et se livrer à l’escalade. Mais comme on l’a vu en Irak et en Afghanistan ces assauts de puissances ont peu de chance de modifier l’issue inéluctable.

The moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2014/05/ukraine-major-western-think-tank-...
URL de cet article 25726
   
Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.