RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
40 

Un pas de Guéant dans l’histoire des civilisations.

"Toutes les civilisations ne se valent pas" (Claude Guéant)

On ne balance pas gratuitement de telles affirmations péremptoires, on ne peut plus discriminatoires, à un moment où on tente de ratisser large, pour repartir pour un autre tour, pour un autre cycle de privilèges exorbitants, de servilité à l’endroit des vrais maîtres du jeu, dans cette France opaque et si injustement frappée par le sort, parce qu’elle ne mérite pas d’être tombée si bas, d’avoir été livrée pieds et poings liés à une faune prédatrice qui se vautre dans les ors de la République, qui ne craint plus d’y faire ripaille, d’y frayer avec des requins exotiques, de s’y commettre dans de sombres connivences, avec des régimes criminels contre l’humanité, voire même contre des religieux français, de s’y livrer à toutes sortes de forfaitures, depuis le népotisme le plus grégaire, à un favoritisme qui se cache derrière des euphémismes atténués, en passant par des manipulations chafouines de toutes les Institutions de la République, y compris celle de la Justice elle-même, puisque celle-ci est désormais utilisé sans vergogne, pour renvoyer l’ascenseur à des régimes, ou plutôt à des associations de malfaiteurs, qui se montrent particulièrement généreuses en gros contrats salvateurs, et surtout en financements occultes. On ne balance pas ce genre d’affirmation pour le seul plaisir de chatouiller les petits égos, ballonnés de fausses certitudes, de tous les aigris de France, et de cette Europe qui se réveille avec la gueule de bois, après une si longue cuite. Ce n’est pas seulement de la démagogie de bas quartier, destinée à de pauvres gogos paumés, qui ne peuvent être rassurés sur leur piètre situation que par le seul fait de savoir qu’il existe des gens qui leur sont inférieurs. Non, c’est bien moins que ça, et plus vil, et autrement plus haïssable. C’est tout simplement de la méchanceté. De cette méchanceté de virus de grippe, dont c’est la nature intrinsèque, profonde, et constitutive que de faire du mal, de le transmettre, de l’inoculer. Une telle affirmation, dans la bouche de Monsieur Guéant, est une profession de foi, une déclaration d’existence, une banderille fichée sur le dos de la bête, en sautillant des deux gambilles. Cet homme aura beau protester, comme c’est de coutume après chaque éructation, après chaque vomi intempestif, que ses propos, si tant est qu’un tel jappement peut être qualifié de propos, ont été sortis de leur contexte. Il ne trompera personne, en réalité. Parce qu’en réalité, les gens, en leur for intérieur ne s’y tromperont pas. La méchanceté et le veulerie auront beau se parer de tous les meilleurs sentiments du monde, ils ne pourront jamais empêcher leurs griffes cruelles, ni leurs relents ignobles de signer leur vraie nature.

Il est facile, tout de suite après, de venir jurer ses grands dieux qu’on n’a voulu porter atteinte à personne, comme si les civilisations des autres étaient des maisons hantées, où ne vaquent plus que d’anonymes fantômes, d’un passé approximatif.

Mais c’est tellement facile, pour ces gens là , de se servir d’un tel fond de commerce. Ils jouent sur du velours, et règlent leur voilure au gré des vents. Parce que nous sommes insignifiants à leurs yeux. Nous avons le dos large, et le cul bien apprêté. Parce que les bourreaux n’existent que parce qu’il ya des bourreaux, et non le contraire. Ce n’est pas pour rien que la portée des herbivores est nombreuse, alors que celle de leurs prédateurs est moindre. Sinon, la diversité ne serait plus possible, n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, s’il ya des Gueant, c’est parce que les Mohamed se font appeler Momo, que les Fatimatou sont devenues des Faty, et que les Fodhil ne se présentent plus que sous le très francisé Faudel. Notre malheur est qu’ils ont affaire à des gens comme nous, qui n’assumons pas suffisamment notre héritage culturel, qui tentons, de façon souvent pitoyable, de nous intégrer en reniant nos particularismes, voire notre identité profonde, issue pourtant d’une longue chaîne mémorielle. Comme si adhésion, communion de destin et regards tournés vers le même horizon signifiaient fatalement reniement de soi. Oui, nous sommes pour beaucoup dans notre propre mortification, par de tels énergumènes, par de tels soudards, parce que nous n’avons pas trouvé le chemin de l’union, de la dignité, et de l’honneur. En cherchant à nous diluer, corps et âme, dans une idée aux contours incertains, nous sommes redevenus les indigènes que nous n’avons jamais cessé d’être, dans l’imaginaire collectif. Non pas parce que la multitude dans laquelle nous vivions est foncièrement mal intentionnée à notre endroit, mais parce qu’elle a le sentiment confus que nous avons honte de nous-mêmes. Et il arrive ce qui doit arriver dans ce genre de situation. Le respect de soi-même est la première condition pour être respecté des autres. Il n’ya jamais de considération, ou alors juste de la condescendance, pour une personne qui ne se respecte pas, voire qui se méprise, et à plus forte raison lorsque cette attitude est celle de millions de gens, qui rasent les murs de la reconnaissance, en s’excusant presque de ne pas être ailleurs, ou alors en tombant dans l’excès inverse, qui consiste à se montrer odieux, en se roulant soi-même dans la merde.

Il est temps que tous ces peuples, trop longtemps asservis, broyés, opprimés, utilisés, puis jetés, comme autant de citrons pressés, se réveillent enfin, qu’ils assument le rôle qui leur est désormais dévolu par l’histoire, de se relever de l’ignominie où ils ont été précipités, de se hisser au seul rang qui soit digne d’eux, celui d’être humains à part entière, ni meilleurs, ni pires que tous ceux qui peuplent la planète, où qu’ils se trouvent, et quel que soit l’état de leur puissance actuelle. Une puissance, et une primauté sur d’autres peuples, souvent acquises, non pas au prix du seul mérite, du génie ou du labeur, mais bien souvent par l’exploitation éhontée des autres, de leur domination, de leur tromperie, parfois de leur extermination, et du pillage de leurs richesses. Et, toute honte bue, ils osent, après tant d’ignominies et de crimes contre l’humanité, venir se dresser sur leurs pitoyables ergots, pour pousser de bien pathétiques miaulements, qu’ils prennent pour autant de rugissements de victoires. Encore que les coqs, en principe, ca ne miaule même pas.

D. Benchenouf

URL de cet article 15768
  

Ainsi parle Chávez
Hugo Chávez, figure du Venezuela et de l’Amérique latine contemporaine, si critiqué et diffamé dans la plupart des médias, était indéniablement le président métisse, issu d’une famille pauvre, avec lequel les classes populaires pouvaient s’identifier. Pendant 13 ans, chaque dimanche, il s’est adressé à son peuple dans une émission appelée « Allô président », fréquemment enregistrée sur le terrain et en public. Ce livre recueille certaines de ses allocutions. Tour à tour professeur, historien, blagueur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.