Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

Maduro a marqué des points face à une opposition agressive et majoritaire au parlement

VENEZUELA : en attendant les élections générales

Quatre ans après la disparition de Chavez, le Venezuela est orphelin de Chavez. Lapalissade ? Non, absence abyssale.
Une majorité de Vénézuéliens désapprouve la politique économique du gouvernement (en a-t-il une ?) et ses conséquences pour la vie quotidienne, surtout des classes populaires.

L’inflation galope à des taux inouïs, le prix très excessif des produits y compris de première nécessité, et la pénurie organisée par les classes dominantes, obligent à spéculer, à recourir au marché noir (« el bachaqueo »), font de la vie de tous les jours une galère pour s’approvisionner ; des queues interminables, de la colère qui gronde... Cette fuite en avant de/dans l’inflation, de la hausse des prix, provoque de fortes tensions sociales. Le gouvernement a décidé désormais de ne plus subventionner les produits mais les personnes (augmentations des salaires...)

La gauche du chavisme, du parti PSUV (une énorme auberge espagnole) envisage de possibles explosions sociales. Elle exige des mesures efficaces, l’approfondissement du processus révolutionnaire « en panne », une plus grande politisation, la relance de l’impulsion populaire, la prise en compte des revendications des bases chavistes dont « l’appareil » se méfie... Des militants anticapitalistes ont été mis sur la touche... La « guerre économique » ravage le pays. Face à l’offensive déstabilisatrice de l’oligarchie et des anti-chavistes, les bases chavistes critiquent « l’immobilisme » du président et du gouvernement, qui n’auraient pas rompu avec le capitalisme encore hégémonique.

Vu de loin, (et attention aux filtres de la désinformation permanente !) le président Maduro paraît faire du surplace, mais si l’on y regarde de près, il a marqué des points dans le permanent et terrible bras de fer avec une opposition disparate mais prête à tout , agressive, majoritaire au parlement depuis décembre 2015. L’opposition n’a pas respecté les délais pour convoquer un référendum révocatoire (article 27 de la constitution) ; à finasser, à faire du chantage, elle a finalement perdu... Le président Maduro continue, prolonge, les « missions », les programmes sociaux du chavisme, construit des dizaines de milliers de logements populaires (359 000 en 2016), consacre 71,4% du budget national aux investissements sociaux. 90% des personnes en âge d’en jouir perçoivent une pension de retraite (19% seulement avant la révolution). Le Venezuela comptait 65% de pauvres en 1999. Le taux a diminué de plus de la moitié... Mais tout cela ne suffit pas pour éteindre une crise pas seulement économique, pour permettre à la population de « consommer » normalement. Le chavisme a beaucoup apporté au peuple mais n’a pas produit toutes les « valeurs nouvelles », culturelles, humaines, attendues.

Le président Maduro a invité l’opposition au dialogue : c’est elle qui l’a « gelé ». Elle compte sur les élections des gouverneurs et des maires, programmées cette année, pour marquer de nouveaux points. Par une infatigable activité internationale, large, et grâce à l’accord OPEP de novembre 2016, le prix du pétrole est passé de 24 dollars le baril en janvier 2016 à 45 dollars fin décembre 2016. Une bouffée d’oxygène pour le pays... Avec la présidence Trump, les tensions bilatérales se sont déjà accrues et s’est ouverte une période de grande inquiétude et instabilité.

Le nouveau vice-président chaviste, Tarek El Assani, a essuyé une intense et très classique campagne d’accusations, notamment de « trafic de drogue ». Habituel « lavage de cerveaux en liberté », mensonges repris par les médias occidentaux, et « ça marche »...

Dans cette situation dangereuse, explosive, le président Maduro a choisi, avec sang-froid, de préserver la paix, d’éviter que le sang ne coule, de gérer dans l’urgence, dans l’attente des élections générales de décembre 2018.

Jean ORTIZ
L’Humanité.fr, dimanche 12 Mars 2017.

»» http://www.humanite.fr/blogs/venezuela-en-attendant-les-elections-gene...
URL de cet article 31627
   
Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.