Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Des mois de mensonges inutiles dans nos médias

Venezuela : parfois, les manips politico-médiatiques échouent.

Les sondages crédibles donnaient depuis des mois un écart de 10 % entre Hugo Chavez et Henrique Capriles. La plupart des médias ont dû en convenir. Mais comment, dès lors, préparer une « après élection » en deux temps :

1 - Crier à la fraude.

2 - Appeler à contester le résultat avec l’aide des médias et gouvernements occidentaux.

Il fallait pour cela que l’écart soit faible entre les deux candidats. Le mieux était donc d’oublier les médias et d’annoncer une compétition serrée.

Hélas, le gouvernement bolivarien avait pris des précautions :

1 - Contrôle des élections par des organismes internationaux irrécusables.

2 - Annonce qu’il respecterait (lui) le verdict des urnes.

Du coup, l’opposition vénézuélienne n’a pu contester le bon déroulement du vote et a dû s’engager à accepter les résultats.

Cependant, dans les jours qui ont précédé le vote, les médias ont mis le paquet.

Quelques titres sur la toile en tapant sur un moteur de recherche : « Venezuela : l’écart se resserre » :

Dossier : Chavez-Capriles, l’écart se resserre
http://www.news.va/fr/news/dossier-capriles-toujours-plus-proche-de-chavez-av

Venezuela : l"écart se réduit entre Chavez et son challenger Capriles
http://fr.euronews.com/2012/09/30/venezuela-l-ecart-se-reduit-entre-ch...

A la Une : au Venezuela, l’écart se resserre entre les deux candidats à la présidentielle - Espaces Latinos
www.espaces-latinos.org/?p=5613

A la Une : au Venezuela, l’écart se resserre entre les deux candidats à la présidentielle - Rfi
http://www.rfi.fr/ameriques/20120927-une-venezuela-ecart-resserre-entr...

L’écart se resserre - Le Nouvel Observateur
http://tempsreel.nouvelobs.com/cette-nuit-en-amerique/20121008.OBS4875...

Venezuela : à une semaine de la présidentielle, l’écart se resserre ...
http://www.lepoint.fr/monde/venezuela-a-une-semaine-de-la-presidentiel...

...

Il y en a bien d’autres encore dont ceux-ci :

France 24, le 1er octobre 2012 : « A une semaine du scrutin présidentiel, le candidat vénézuélien Henrique Capriles, à la tête d’une coalition de partis d’opposition, talonne Hugo Chavez dans les sondages. Une remontée significative qui inquiète le président sortant. […] « Ragaillardi par certains sondages qui le donnent au coude à coude avec le président sortant… »

LatinReporters.com. Caracas, lundi 1er octobre 2012.
Venezuela : Chavez ou Capriles président ? Sondages partagés : Hugo Chavez ou Henrique Capriles ? Que l’identité du vainqueur de l’élection présidentielle du 7 octobre soit encore incertaine à moins d’une semaine du scrutin est en soi une nouveauté de taille dans le panorama politique du Venezuela bolivarien.

Un lecteur du Grand Soir écrit le 9 octobre  :

« Hier au soir le journal de France 2 a fait son mea culpa. Après avoir annoncé la réélection de Chavez, ils ont dit en gros : Contrairement a ce qui a été dit hier sur cette chaine, le taux de pauvreté au Venezuela n’est pas de 80%. Il était de 49% quand Chavez est arrivé au pouvoir et il est maintenant de 29%. De même contrairement à ce qui a été dit, il n’y a pas qu’une seule ligne de chemin de fer pour les voyageurs au Venezuela. Il y a plusieurs lignes qui relient les grandes villes ».

Ah, les journalistes qui se refont une virginité en disant vite fait une vérité après avoir menti pendant la bataille et en attendant de recommencer à mentir !

Arrêtons-là , la mine est inépuisable.

On a vu que, finalement, c’est bien avec 10 points d’avance que le président sortant l’a emporté. Alors, patatras, le robinet des médias se referme, France Inter concède mollement que le « caudillo » a gagné (textuel), le Monde et Libération shootent leurs correspondants déjà hallucinés pour préparer une future victoire de la démocratie (à la mode du Qatar ? Dictature qui distribue de l’argent à l’intelligentzia française, dont Plantu).

Si vous avez regardé des émissions de télévision sur le Venezuela ces dernières années, ou écouté la radio, ou lu vos journaux, ou consulté des sites Internet comme Rue89 (dirigé par deux anciens de Libération), cette victoire d’Hugo Chavez est incompréhensible dans un pays où l’essentiel des médias est entre les mains de milliardaires anti-chavistes.

Les lecteurs du Grand Soir avaient compris pourquoi Hugo Chavez allait gagner. Et pourquoi ces résultats rendent le monde meilleur.

Au Venezuela :

- Le taux de mortalité infantile a été divisé par deux.

- L’analphabétisme a été éradiqué.

- Le nombre de professeurs des écoles a été multiplié par cinq (de 65 000 à 350 000).

- Le pays détient le coefficient de Gini (qui mesure les inégalités) le plus performant d’Amérique latine.

- Dans son rapport de janvier 2012, la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC, un organisme de l’ONU) établit que le Venezuela est le pays sud-américain - avec l’Equateur -, qui, entre 1996 et 2010, a le plus réduit le taux de pauvreté.

- Enfin l’institut américain de sondages Gallup classe le pays d’Hugo Chavez, 6e nation "la plus heureuse du monde".

LGS doit continuer à informer, à « donner à lire » avec le même objectif de vérité sur la situation en France, aux USA, en Amérique latine, en Europe, en Asie, en Afrique, et à ne rien lâcher sur le Proche et Moyen-Orient. Il doit continuer à défendre les Palestiniens massacrés et volés, a encore et toujours distinguer entre les sionistes et les juifs, le gouvernement d’Israël et les Israéliens, et à ne pas reculer devant ceux qui, en soutenant le mensonge et la violence, en instruisant des procès de Moscou, en brandissant la muselière, préparent un avenir de misère et de sang à notre planète et déroulent des tapis rouges à tous les fascismes qu’ils prétendent combattre.

Et sans transition (comme ils disent) : sincères condoléances aux partisans français du milliardaire Henrique Capriles (on les reconnaît à ce qu’ils disent du Grand Soir).

Vladimir Marciac

URL de cet article 17931
   
Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.