RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Virginia Tech de Blacksburg : les larmes du crocodile.








Il manifesto, jeudi 19 avril 2007.


Une seule répétitivité est plus désespérante et plus répétitive que le massacre dans les écoles et les campus étasuniens, c’est la répétitivité monotone des commentaires sur ces homicides. Ce que rappelait Sandro Portelli hier est bien vrai, à savoir que rien d’intelligent ne peut se dire sur un massacre, mais peut-être peut-on dire quelque chose de moins triste sur les réactions à ces massacres. Si quelqu’un se prenait la peine de feuilleter les journaux Usa et de lire ce qu’ils écrivaient en 1996 après que 16 étudiants aient été tués à l’université du Texas, ou après les 12 morts de Columbine en 1999, mais aussi après chacune des 18 fusillades qui ont constellé la dernière décennie américaine, il trouverait la même émotion à bon marché que celle qui a accueilli hier les 33 tués et la vingtaine de blessés de Blacksburg. Le lecteur tomberait sur la même gouttelette de larme facile pour les jeunes vies fauchées, mais toujours drapée du ponce-pilatisme qui rebondit déjà dans les pages du Washington Post et du Los Angeles Times d’hier qui se demandent : les responsables du massacre sont-ils les pistolets trop faciles ou, au contraire, la loi rejetée l’an dernier par le parlement de Virginie qui aurait autorisé les étudiants à porter des armes pendant les cours (et ainsi, sous-entendu, de se défendre) ?

Il n’est donc pas difficile de prévoir que dans un mois ou dans un an nous aurons un autre carnage, d’autres commentaires, d’autres minutes de silence. Quand, par contre, ça se répète trop souvent, indignation, cafard et effroi deviennent des manières. Derrière la façade de l’exceptionnalité se lit le fatalisme de la routine : les années passent, les massacres restent, et l’impuissance aussi. Le massacre dans l’école et sur le campus devient une fatalité, comme une tornade dans le Midwest. Ces jeunes morts deviennent systémiques, comme les accidents aériens, ou les clashs du samedi soir. Si bien qu’on enregistre - et qu’on bat- les « records » : le gratte-ciel le plus haut, le carnage écolier le plus sanglant.

Une telle acceptation tacite saute aux yeux si nous la comparons à la réaction que les Etats-Unis, et le reste du monde, auraient eu si les 32 étudiants avaient été tués par un terroriste moyen-oriental : peut-être serions-nous aujourd’hui au bord d’une guerre mondiale, plutôt que tartinés de cette nécrologie planétaire : preuve que le poids des morts change selon la façon de mourir. Pour se traduire en tonnes de rage ou, au contraire, en émotion, vous m’en mettrez un kilo.

Une note à part revient à notre regard européen qui voit ces événements comme « des choses d’un autre monde », et se félicite de notre contrôle sur les armes et du pourcentage mineur d’homicides. En réalité, la densité des armes augmente aussi sur notre continent : des épisodes moins graves mais semblables pointent leur nez en Allemagne ; déjà les écoles des banlieues parisiennes se dotent de metaldetectors. En ce sens, nous lisons aux Etats-Unis notre avenir, et pas très lointain même. Il nous faut admettre à contre coeur que la responsabilité de ces carnages ne réside pas entièrement dans les armes faciles (mais en partie oui), et qu’il faut chercher les causes plus profondes dans le désintérêt général et l’abandon où l’on confine déséquilibre et déviance, dans les lambeaux du tissu social, dans la réduction de l’anomie (absence de lois, NDT) à une fluctuation statistique, et de l’homicide à un « malheur ».

Marco D’ Eramo


- Source : il manifesto www.ilmnaifesto.it- Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Le cocodrillo, dans l’édition de presse italienne, est le nom des articles nécrologiques généralement écrits d’avance, avant même la mort -attendue- de quelqu’un...
Et (note de l’auteur pour la version française) : « La légende veut que la mère du crocodile d’abord mange ses petits et ensuite les pleure ».




Abîme américain, par Alessandro Portelli.

Virginia Tech de Blacksburg : un massacre qui raisonne en chacun de nous, Alessandro Portelli.






URL de cet article 4960
  

Viêt Nam, voyages d’après-guerres
André BOUNY
Nul mieux qu’un écrivain ne peut faire découvrir un pays. Que saurions-nous de l’Écosse sans Boswell et Johnson et comment nous représenterions-nous la magnificence de l’Orient au XVIe siècle sans les Pérégrinations de Fernaõ Mendes Pinto ? André Bouny s’inscrit dans cette lignée de voyageurs. Sa plume trace avec précision ce que tous les sens perçoivent du Viêt Nam traversé. Elle le fait doublement en accompagnant son texte de ses prodigieux dessins à la mine de plomb qui emmènent le lecteur de Hanoi à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faut s’endurcir, mais sans jamais se départir de sa tendresse.

Ernesto "Che" Guevara

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.