Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

12 

Vive le Capitalisme !

Car, et pour que les ventes augmentent et pour que cette société d’hyper consommation prospère, il est essentiel que l’individu soit vide.

La nature refuse le vide. C’est pourquoi on cherche à le combler ne serait-ce que par des pseudos occupations. Et ce n’est pas par hasard que la cible favorite des grandes surfaces soit des oisifs et des oisives naïves qui cèdent facilement devant les offres et les bonnes affaires. Il est fort probable aussi que cette clientèle préférée soit parmi les personnes démesurées ou dépressives. Pourquoi pas, l’argent n’a pas d’odeur !

La forteresse dans laquelle se protégeaient les individus de l’âpreté de ce monde trop matérialiste est détruite. Son dernier rempart était la famille qui s’est effondrée face aux assauts du capitalisme et de son subalterne le modernisme. Les liens familiaux forts et solidaires, qui nous protégeaient autrefois d’une société jugée hostile, se sont relâchés et ont cédé devant la sympathie mensongère de la société moderne. Une famille traditionnelle, telle qu’on peut l’imaginer ne sert pas les intérêts du capitalisme, ou du moins ne répond pas comme il le faudrait à ses calculs potentiels. Ce qui ne lui plaît pas, c’est ce portefeuille unique, et peut-être serré, du chef de la famille qui paye avec modération et souvent après concertation. Ce qui lui déplaît, c’est cette mesure qui contredit la démesure à laquelle il interpelle la fantaisie du consommateur : acheter tout et tout de suite ! C’est pourquoi la cellule familiale doit être foudroyée. Et c’est avec les droits et les libertés qu’il y aura des divorces, des mariages gays, des fugues, des concubinages, des avortements, des accouchements sous x, et des familles monoparentales. Tellement de perturbations et de dérèglements qu’une famille regroupée chaleureusement est devenue une utopie.

L’objectif est de d’assiéger l’individu et de l’éloigner de toute relation protectrice qui puisse l’immuniser contre l’épidémie de la tentation. L’esthétique capitaliste s’ingénie à animer les galeries et les espaces commerciaux et à les métamorphoser aux goûts des visiteurs. Stylistes, designers, créateurs ; tout est mobilisé pour accueillir à bras ouverts ce client dit roi - mais qu’on ne sait seulement de quel royaume- et qui est leurré par les illusions de la publicité. L’évidence non avouée c’est qu’il est considéré comme un éventuel consommateur, et les critères de classement ignorent complétement que cette personne est douée d’intelligence, de volonté et de perception. C’est ainsi qu’on passe à la chosification de l’être. Conséquemment à ces faits, les rapports d’affection penchent vers la froideur, et la sensibilité est en perpétuel appauvrissement ; et les personnes sont de plus en plus au bord de la dépression. Il est évident que le dénouement du mélodrame de ce capitalisme n’est autre que le nihilisme.

L’engrenage de la vie moderne a renversé l’échelle de valeurs, si valeurs y existent encore ! Plonger la populace dans une fausse distraction, lui mettre des tétines psychologiques afin qu’elle n’ait même pas le temps de se rendre compte à quel point elle se focalise sur le superflu et refuse de considérer l’essentiel. En effet, on s’inquiète beaucoup plus pour la performance de son Smartphone, sur la drôlerie de ses applications que sur le travail des enfants qui ont bossé plus de 18 heures par jour pour le fabriquer et moins encore pour le nombre de mineurs décédés pour puiser du tantale et du lithium nécessaires pour la fabrication de ses condensateurs et de sa batterie. Les mots me manquent pour qualifier une telle insouciance : stupidité, excès d’égoïsme ou le vide absolu de pitié et de compassion ou peut-être les trois. Mais il y a du vide tout de même !

Dans ce monde sans saveur, rien n’est sacré et tout a un prix. Inutile de multiplier les exemples car plus rien ne peut arrêter la vénalité de ce libéralisme trop libertin qui ne semble s’incliner devant aucun principe supérieure et semble nous diriger vers un avenir à moralité zéro !

Puisque nous avons mesuré ce vide moral et émotif conçu pour nous et pour des finalités vénales et mercantiles. Il faudrait revenir au titre, pour vous demander de le corriger. Si vous en comprenez l’intention, veillez excusez cette erreur faite à dessein ! Vide le capitalisme !

URL de cet article 32609
   
Même Thème
Sélection naturelle. Un roman capitaliste.
Alexandre Grondeau
John, Yan et Jean ont des quotidiens et des parcours professionnels très différents, mais ils arrivent tous les trois à un moment clef de leur vie. John est un avocat d’affaires sur le point de devenir associé monde dans un grand cabinet. Yan, un petit dealer toujours dans les embrouilles et les galères. Jean, enfin, est un retraité qui vient d’apprendre que ses jours sont comptés. Malgré leurs différences, ces trois antihéros se débattent dans les contradictions de la société de consommation, seuls (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.