Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

20 

Voter Mélenchon.

J’adresse ce mot à des amis qui, pensant voter Mélenchon, disent tout à coup que ces récentes prises de position le rendent odieux et ne veulent surtout plus voter pour lui.
Je suppose qu’ils vont s’abstenir car je les vois mal voter Le Pen, Fillon ou Macron. Quoique, chez eux, le vote Le Pen , vote de colère, ne serait pas impossible. D’autant plus que Le Pen a été reçue par Poutine. Et que l’attitude de Mélenchon à l’égard d’Assad et de Poutine est au coeur du débat.

Mélenchon est soutenu par un parti, le PG qui a depuis toujours des positions atlantistes. Pour le PG, Assad est un criminel de guerre et Poutine doit rendre la Crimée.

Que son ex-parti soutienne ces positions, c’est évidemment plus que gênant. Je le méprise pour ça.

Mais que Mélenchon, dans des tweets, nous propose la même soupe, voilà qui m’enrage et je ne suis pas la seule.

Moi aussi , j’aurai pu, comme eux dire : "Je ne voterai pas Mélenchon puisque c’est comme ça !". Et je l’avoue, je l’ai pensé.

Mais la situation est critique si je puis me permettre de l’expliquer.

Grâce à une campagne remarquable, Mélenchon est dans le carré de tête, peut-être candidat du second tour.

Dès que cette situation a été connue , il a été assailli d’attaques.

De son côté, il a choisi, pour ces derniers jours de campagne de ne pas heurter les socialistes qui pourraient voter pour lui. Car il a besoin de ces voix. Voilà pourquoi il a dit chez Ruquier, ce qui m’a exaspérée au possible, qu’il pourrait demander conseil à Montebourg !!Montebourg, le parfait "Young Leader de la French-American Foundation" ! Et voilà qu’il a dit au sujet de l’Europe "qu’il n’entendait pas en sortir", clin d’oeil aux Hamoniens qui réfléchissent plus que ls autres.

Le problème, c’est que ces négociations qui autrefois se passaient en secret, se passent à présent au nez et à la barbe des réseaux sociaux et que ces volcans modernes réagissent au quart de tour.

Mélenchon, comme tous les candidats, sauf les petits qui n’ont aucun enjeu, puisqu’ils ne risquent pas d’être en finale, est obligé de louvoyer.

Certains trouvent que c’est moche. Moi aussi.

Mais j’ai aussi un autre point de vue.

Si ce n’est pas Mélenchon, ce sera qui ?

Pas Asselineau.

Votez pour lui, tant que vous voulez, il reste marginal.

Pas Le Pen, qui fera un score impressionnant mais moins impressionnant que prévu, vu la campagne prodigieuse de Mélenchon qui a aspiré la jeunesse et les révoltés.
Ainsi donc, en disant : "Je ne vote pas Mélenchon", vous votez pour Fillon ou Macron.
Ainsi, tout ce que Mélenchon peut proposer pour le pays n’a aucune importance.
La cantine gratuite pour vos gosses, vous vous en foutez, la sécurité sociale gratuite, au diable, puisqu’il condamne Assad, la survie du monde et des espèces, vous crachez dessus, plus tard, son humanité, c’est de la comédie, attendez celle de Fillon ou Macron et on verra qui joue le mieux.

Il n’y a pas dans la vie de choix sans risques.

Oui, il se peut que Mélenchon soit un futur Tsipras.

Oui, il se peut que quelqu’un aille le voir après son élection et lui dise : "Ou tu te couches ou on te fait péter le métro demain."

Oui.

Mais il y a du moins un moment où avec sa petite aile de papillon, on peut tenter de faire basculer le monde dans un sens qui nous paraît un progrès.

Car Mélenchon, au sujet d’Assad, demande une enquête de l’ONU et ne désigne aucun coupable.

Car Mélenchon, qui rêve d’une Europe des peuples, voilà pourquoi il ne veut pas détruire cette construction, veut sortir des traités qu’appliqueront les admirables Fillon et Macron. Là, du moins, il n’y aura pas de surprise.

On n’a pas tellement le choix. Mais du moins dans ce petit espace, personnellement, c’est en remerciant Mélenchon pour sa campagne et pour l’élan qu’il a insufflé à mon pays que je voterai pour lui .

URL de cet article 31787
   

Bernard Klein. Les expressions qui ont fait l’histoire. Paris, E.J.L. 2008
Bernard GENSANE
Ce qu’il y a d’intéressant avec les phrases historiques, c’est que, souvent, elles n’ont pas été prononcées par les personnes à qui on en a attribué la paternité. Prenez la soutière (je sais, le mot "soutier" n’a pas de féminin, mais ça ira quand même) du capitalisme américain qui siège au gouvernement français, Christine Lagarde. Elle a effectivement, lors de la flambée du prix des carburants, conseillé au bon peuple d’utiliser le vélo plutôt que la voiture. Mais la reine Marie-Antoinette, qui a tant fait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.