Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

26 

"Mélenchon président !"

Il y eut un moment étonnant, lors du discours de Mélenchon, hier 9 avril à Marseille, quand quasiment toute la foule entonna « Mélenchon président ». Les dénégations de l’orateur qui demandait de ne pas citer son nom mirent un moment avant de freiner cette vague.

C’est ce moment qui me fait dire qu’il y avait dans cette foule bien des nouveaux car les anciens savent depuis longtemps qu’on ne prononce jamais le nom de Mélenchon. Qu’il n’y avait au PG, au FDG et à présent dans la France Insoumise aucun adorateur de gourou ! Aïe ! le culte de la personnalité !!

Mais les nouveaux, eux, emportés par un discours qui est pour moi un des plus beaux que Mélenchon ait jamais prononcé, porté par ses paroles, ayant soudain la confirmation que cet homme et son programme était le plus souhaitable et le plus humain, eurent envie de crier haut et fort leur conviction : c’est cet homme-là qu’ils voulaient comme président.

(Même au risque de se faire gronder !)

Oui, Ce discours fut le plus beau qu’il m’ait été donné d’entendre. Et mon honnêteté, qui me fit hier fulminer quand, à ONPC, Mélenchon déclara « qu’il pourrait demander son avis à Montebourg » qui aurait des connaissances utiles, quand on sait que ses connaissances sont surtout atlantistes, me pousse à témoigner, aujourd’hui, de ce que j’ai ressenti, le partageant avec tant d’autres, confrontée à la beauté du lieu , à la beauté du langage et à ce désir , si simple, qu’il faisait naître, d’harmonie, d’amour et de paix.

Car il s’agit de voter.

Je ne me contenterai pas d’un bulletin blanc ou d’une abstention. Je ressens, comme tant d’autres dans notre pays, un besoin d’engagement. Même si on sait les jeux abjects qui se cachent derrière ce leurre « demander l’avis du peuple » pour n’en tenir aucun compte ou bouffer, dans le silence des arrière-cours mafieuses, leurs représentants.

Pour qui voter ?

- Le premier que j’élimine avec dégoût est Macron. Lé télé-évangéliste hystérique gonflé à bloc par les multinationales et la Finance.

- Le second est Hamon, le faux frondeur, qui sous ses airs de révolutionnaire signe tous les 49/3 que l’on veut. La dernière émanation de ces fauxcialistes qui plutôt que de voter Mélenchon, préfèrent rendre la France à la droite la plus dure, puisqu’ils en sont aussi.

- Le troisième est Fillon. Je dois dire que j’ai admiré sa défense !!! Incroyable ! Par ailleurs ce qu’on lui reproche est roupie de sansonnet à côté des sommes pharamineuses que d’autres se mettent dans les poches. (En particulier lors de ventes d’armes.) Certes la droite veut sa vengeance et est prête à voter pour Fillon, quel qu’il soit, pour prendre le pouvoir. Il est évident que l’élection de cet homme serait la mort de notre pays qui deviendrait une nouvelle Grèce.

Restent Le Pen et Mélenchon.

Le Pen est portée par l’Histoire terrible de ce temps. Chaque trouble, chaque attentat la favorise. (Je ne veux même pas la traiter de « facho », ce qui serait flatteur pour elle puisque certains me traitent de « facho » moi-même !! Hihihihi ! The last place to be !!) Je pense que son score sera énorme. Elle sera portée par un cri de vengeance et de peur. Je ne voterai pour elle que si elle était opposée à Macron qui me paraît mille fois plus dangereux.

Reste Mélenchon.

Cet homme m’exaspère. Je l’admire et il m’enrage. J’en connais les faiblesses en particulier son appartenance à ce clan de gauche qui est pourri jusqu’à la moelle.

Mais à côté de tous les autres, c’est saint Augustin.

Voilà pourquoi je voterai Mélenchon au premier tour.

On va lui laisser une chance de surprendre malgré les immenses difficultés des coulisses.

Hier à Marseille, sous un ciel d’un bleu absolu, avec en arrière-plan cette mer dont il fit le sujet de son discours, face à une foule immense et peu à peu emportée, il prononça un discours dont certains dirent qu’il fut trop court ce qui en prouve la qualité.

Il était question de paix, d’amour, de beauté, de poésie. Mélenchon est le seul, pauvres humains que nous sommes ballottés dans ce monde infâme, à serrer le cœur et à conduire aux larmes. Couillu aussi le mec, car dire : « Ce qu’on m’a reproché en 2012, ici, je le redis », cela ne manque pas de panache.

Autour de moi, quantité de gens, de tous les horizons, me disent qu’ils voteront Mélenchon.

C’est une évidence qui monte jour après jour.

Il faut prendre cette chance pour notre pays.

URL de cet article 31733
   
Mai 68 : Histoire sans fin
Gérard FILOCHE
Nicolas Sarkozy accuse mai 68 d’avoir « imposé le relativisme intellectuel et moral », « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique ». Il aime à dire que « Les héritiers de ceux qui, en mai 68, criaient " CRS = SS " prennent systématiquement le parti des voyous, des casseurs et des fraudeurs contre la police », avant d’ajouter : « Je veux tourner la page de mai 68 une bonne fois pour toutes ». Selon (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout pas fait en avant, toute progression réelle importe plus qu’une douzaine de programmes » - Karl Marx dans Critique du programme de Gotha (1875)

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.