RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

À qui profite le chaos arabe ?

On aurait pu croire que les révolutions tunisienne et égyptienne, ajoutées à la menace iranienne, pouvaient contraindre Israël à revenir à la table des négociations avec les Palestiniens et l’empêcher de réaliser sa folie du « grand Israël »...

Tout a été essayé.

La « formule » libyenne de « voler au secours de la population civile » n’ayant pas abouti, c’est aujourd’hui avec la « formule » irakienne des armes de destruction massive (armes chimiques) que des forces, et non des pays, tentent de détruire la Syrie.

Quelles sont ces forces ? Il ne faut pas être dans les secrets d’État pour y répondre. Par une autre et une seule question : à qui profite les « printemps arabes » ? Au pluriel. Au commencement était la guerre contre l’Irak. Tout le monde se souvient de l’image de Colin Powell, secrétaire d’État étasunien, tenant une capsule d’anthrax devant les caméras du monde entier, comme une « preuve » de la détention par l’Irak des armes de destruction massive. Il n’en fallait pas plus pour envahir l’Irak avec la promesse pour la population civile de la débarrasser de son dictateur, Saddam Hussein. Deux mois plus tard, soit le 9 avril 2003, les troupes américaines prenaient le contrôle de la capitale irakienne. Saddam Hussein a été pendu. Pour quels résultats ?

Dix ans après, les Irakiens vivent toujours le chaos. Pas un jour ne passe sans attentats. Les uns plus dévastateurs que les autres. Le choléra s’avère pire que la peste. Une année après l’invasion de l’Irak, le 11 novembre 2004, Yasser Arafat, le leader palestinien trouve la mort dont les causes restent, à ce jour, mystérieuses. S’il fallait deux événements plutôt qu’un pour rendre impossible tout processus de paix en Palestine, ils ont été réunis. Il faut signaler que juste avant, Bill Clinton avait essayé à la fin de son deuxième mandat de forcer la main à Israël à accepter la paix. Il avait essayé en juillet 2000 dans ce qui est connu par « sommet de Camp David II ». Échec. Il a encore essayé, en vain, six mois plus tard à Taba.

Arriva George Bush en janvier 2001 qui eut droit au « cadeau » du 11 septembre de la même année. Ce qui le décidera à faire mieux que son père, en 1991, en Irak. La capsule d’anthrax allait l’aider en cela. Depuis, le processus de paix israélo-palestinien n’a jamais pu être relancé. Comment le pouvait-il puisque justement il y a tous ces printemps arabes ? Il y a un calendrier qu’il est intéressant de consulter. C’est le 27 février 2009 que Barack Obama annonce le retrait progressif, sur 19 mois, de ses troupes en Irak. C’était trop beau de croire que la région pouvait connaître un répit. Avant que le dernier soldat américain ne quitte, en décembre 2011, le sol irakien, le vent des foyers de tension dans la région allait changer de direction.

C’est ainsi que la Tunisie qui n’était pas l’ennemi le plus redouté par Israël, allait vivre ce qu’elle croyait être la « révolution du Jasmin » en janvier 2011. Elle ne s’en est pas encore relevée. Simultanément, des troubles éclatent au Yémen. Le 11 février 2011, c’est l’Égypte, qui n’était plus une menace pour l’Etat hébreu depuis les Accords de Camp David, qui fait sa révolution avec le départ de Hosni Moubarak. Depuis, la stabilité n’a pas été retrouvée. Double coup dur pour les dirigeants israéliens qui ne tardèrent pas à réagir. Il suffit de constater la « montée » au front du sioniste Bernard-Henri Lévy pour s’en convaincre. Ce faux philosophe réussit à organiser le chaos en Libye. En août 2011, la capitale Tripoli tombe et peu de temps après Kaddafi est assassiné. Cela ne suffit pas à BHL et Israël. Ils veulent le même sort pour tous les pays de la région. Ils appellent cela « le printemps arabe ». Dans le même temps, début 2011, le même scénario est appliqué à la Syrie qui s’avère moins facile à prendre que la Libye. Le plan « libyen » ayant échoué il est remplacé par le plan « irakien ».

Voilà où l’on en est actuellement.

Dans tout ce théâtre de désolation, il y a un message facile à saisir. On aurait pu croire que les révolutions tunisienne et égyptienne, ajoutées à la menace iranienne, pouvaient contraindre Israël à revenir à la table des négociations avec les Palestiniens. Tel-Aviv réplique en généralisant l’incendie. Jusqu’au Sahel pour pouvoir remonter ces « révolutions » vers le Maghreb en ciblant, notamment l’Algérie qui en est le centre. Pour mieux se convaincre de cette évolution, il faut mettre sur la table le refus d’Obama d’intervenir militairement en Syrie. Sur ce plan, il est en plein accord, pour une solution politique en Syrie, avec Poutine. La Chine étant acquise à cette option. Alors quelle est cette force qui leur tient tête et maintient la pression pour une intervention militaire ? La même qui pousse à l’intervention en Iran ! C’est-à-dire qui veut que le chaos se répande sur toute la planète pour qu’aucune puissance ne vienne l’empêcher de réaliser sa folie du « grand Israël » avec Jérusalem comme capitale.

Dans de telles conditions, si Obama parvient à imposer un processus de paix israélo-palestinien, il restera, pour l’éternité, le plus grand héros de l’humanité !.

lexpressiondz

»» http://www.lexpressiondz.com/chroniques/lenvers_du_decor/173273-a-qui-...
URL de cet article 20461
  

CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’illusion de la liberté se perpétuera tant qu’il sera rentable de maintenir l’illusion. À partir du moment où l’illusion deviendra trop coûteuse à maintenir, ils démonteront simplement le décor, ils écarteront les rideaux, ils déplaceront les tables et les chaises et vous verrez alors le mur de briques au fond de la salle.

Frank Zappa

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.