RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Aaron Bushnell s’est immolé pour vous faire tourner les yeux vers Gaza

Il est resté debout pendant un temps incroyable alors qu’il brûlait. Je ne sais pas où il a trouvé la force de le faire. Il est resté debout longtemps après avoir cessé de parler.

J’ai regardé la vidéo non censurée de l’aviateur étasunien Aaron Bushnell s’immolant devant l’ambassade d’Israël à Washington en criant « Free Palestine ». J’ai hésité à la regarder parce que je savais qu’une fois que je l’aurais inscrite dans mon esprit, elle y resterait pour le reste de ma vie, mais je me suis dit que je lui devais bien ça.

J’ai l’impression d’avoir été soulevée et secouée, ce qui, je suppose, était à peu près le but recherché par Bushnell. Quelque chose pour secouer le monde et lui faire prendre conscience de la réalité de ce qui se passe. Quelque chose qui nous sorte de la stupeur du lavage de cerveau et de la distraction de la dystopie occidentale et qui tourne notre regard vers Gaza.

Les sons restent plus longtemps en mémoire que les images. Le son de sa voix douce et juvénile, semblable à celle de Michael Cera, alors qu’il se dirigeait vers l’ambassade. Le son du conteneur métallique rond dans lequel il a stocké le produit accélérant, qui s’amplifie au fur et à mesure qu’il roule vers la caméra. Le son de Bushnell disant « Free Palestine », puis le criant, puis passant à des cris sans paroles lorsque la douleur devient trop écrasante, puis forçant un dernier « Free Palestine » avant de perdre ses mots pour de bon. Le son du policier qui lui hurle de se mettre à terre, encore et encore. Le son d’un secouriste disant aux policiers d’arrêter de pointer leurs armes sur le corps en feu de Bushnell et d’aller chercher des extincteurs.

Bushnell a été transporté à l’hôpital, où la journaliste indépendante Talia Jane rapporte qu’il est décédé. C’est la mort la plus horrible qu’un être humain puisse connaître, et elle a été planifiée pour l’être.

Peu avant son dernier acte dans ce monde, Bushnell a posté le message suivant sur Facebook :

« Beaucoup d’entre nous aiment se demander : « Que ferais-je si j’étais encore en vie à l’époque de l’esclavage ? Ou du temps de Jim Crow dans le Sud ? Ou de l’apartheid ? Que ferais-je si mon pays commettait un génocide ? »

La réponse est que vous êtes en train de le faire. En ce moment même ».

Aaron Bushnell a apporté sa propre réponse à ce défi. Nous apportons tous la nôtre en ce moment même.

Je ne ferais jamais ce que Bushnell a fait, et je ne recommanderais à personne de le faire non plus. Cela dit, je ne peux pas non plus nier que son action produit l’effet escompté : attirer l’attention sur les horreurs qui se produisent à Gaza.

Je sais que c’est vrai parce que partout où je vois Aaron Bushnell évoqué en ligne, je vois un déluge massif de trolls pro-israéliens envahir frénétiquement les commentaires dans une course effrénée pour manipuler le récit. Ils comprennent tous à quel point il est destructeur pour les intérêts américains et israéliens en matière d’information que les gens voient un reportage international sur un membre de l’US Air Force s’immoler devant une caméra en criant « Free Palestine », et ils font tout ce qu’ils peuvent pour atténuer ces dommages.

À l’heure où j’écris ces lignes, il est absolument certain que des personnes fouillent dans l’histoire de Bushnell à la recherche d’éléments qui pourraient être présentés comme des preuves qu’il était une mauvaise personne, qu’il souffrait d’une maladie mentale, qu’il avait été dévoyé par des militants pro-palestiniens et des médias dissidents – tout ce qu’ils peuvent faire coller. S’ils trouvent quelque chose, littéralement n’importe quoi, les diffamateurs et les propagandistes s’en serviront autant qu’ils le pourront.

C’est ce qu’ils choisissent de faire à ce stade de l’histoire. C’est ce qu’ils auraient fait pendant l’esclavage, ou dans le sud Jim Crow, ou pendant l’apartheid. C’est ce qu’ils font alors que leur pays commet un génocide en ce moment même. Les gens montrent ce qu’ils auraient fait avec leur réponse à Gaza, et ils montrent ce qu’ils auraient fait avec leur réponse à l’auto-immolation d’Aaron Bushnell.

Je ne vais pas mettre de lien vers la vidéo ici ; la regarder est une décision personnelle sur laquelle vous devriez probablement faire vos propres recherches pour vous assurer que c’est vraiment ce que vous voulez. Que vous la regardiez ou non, cela a eu lieu, tout comme l’incinération de Gaza a lieu en ce moment même. Chacun d’entre nous est responsable de sa réaction personnelle à cette réalité. C’est ce que nous sommes.

Lire aussi :

https://reseauinternational.net/le-plus-americain-des-phenomenes/

»» https://reseauinternational.net/aaron-bushnell-sest-immole-pour-vous-f...
URL de cet article 39411
  

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Dans la souffrance, la crise à Haiti offre des opportunités aux Etats-Unis. A part fournir une aide humanitaire immédiate, la réaction des Etats-Unis au séisme tragique à Haiti offre des opportunités pour remodeler le gouvernement d’Haiti depuis lontemps en dysfonctionnement ainsi que son économie afin d’améliorer l’image des Etats-Unis dans la région.

Publié sur le site de Heritage Foundation,
janvier 2010
Quelques jours après le séisme à Haiti.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.