RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
35 
Demain, on rase gratis ?

Benoît Hamon doit vaincre sa procrastination et faire un geste pour rendre possible le rassemblement

En choisissant Benoît Hamon le 29 janvier au second tour des primaires, plus d’un million d’électeurs ont approuvé un programme politique différent de celui mis en œuvre par Manuel Valls.
Benoît Hamon, parmi les sept, c’était le meilleur choix.

Le PS s’étant engagé à respecter le verdict des urnes, Benoît Hamon bénéficie à ce jour des soutiens du chef de l’Etat, du Premier ministre (donc, du gouvernement), des députés socialistes (sauf défections marginales).

Il est, de facto et jusqu’au 17 avril, le leader, la locomotive, le porte-parole, le visage du Parti Socialiste.

Il est celui qui, par son programme, a déjà commencé à remodeler l’image d’un parti déconsidéré. Il est peut-être celui qui va le sauver d’une mort annoncée. Il est la branche à laquelle est agrippé le PS. Et le PS ne peut ni la lâcher, ni la scier : il est tout entier subordonné à elle.

Benoît Hamon est aussi celui qui peut promptement prouver aux électeurs que les promesses n’engagent pas que ceux qui les croient. Et, pour asseoir sa crédibilité, puisqu’il est en mesure de commander au parti (gouvernement, députés), il peut dès ce mois-ci faire voter quelques points forts de son programme (1) et notamment  :

-  abrogation de la loi El Khomri,
-  augmentation du SMIC,
-  instauration d’un droit inconditionnel au temps partiel accompagné d’une compensation salariale
-  reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle,
-  instauration d’un droit universel à la formation tout au long de la vie,
-  annulation de la dette contractée par les pays de l’UE,
-  lutte pour l’harmonisation fiscale en Europe
-  renforcement la lutte contre l’évasion fiscale.
-  recrutement de 40 000 enseignants,
-  remise d’un récépissé lors des contrôles d’identité afin de mettre fin aux contrôles au faciès,
-  etc.

Si certaines de ces propositions sont coûteuses ou exigent du temps pour leur mise en oeuvre, d’autres n’obèrent pas le budget de l’Etat, elles peuvent être votées en quelques heures et prendre effet avant le 17 avril, comme l’annulation de la loi El Khomri.

Benoît Hamon ferait planer un doute sur sa sincérité s’il nous demandait d’attendre son installation à l’Elysée pour les faire voter.

En nous réclamant un chèque en blanc, il laisserait dire qu’il reste avant tout l’ancien ministre de Manuel Valls, un ancien artisan non repenti de la politique de François Hollande et, en définitive, qu’il nous refait le coup du « discours du Bourget ».

Benoît Hamon, agissez dès aujourd’hui ! Ainsi sera levé un obstacle majeur au rassemblement souhaité par les Français.

Maxime Vivas

Note.
(1) S’il ne le peut aujourd’hui, pourquoi le pourrait-il demain ? Si, fort de sa victoire à la primaire, il n’a pas présentement autorité sur un PS agonisant, que pourra-t-il demain devant la droite, devant Angela Merkel, devant notre adversaire la finance ?

Vidéo : Benoît Hamon doit choisir :
https://www.youtube.com/watch?v=tQIsWprmxDA&feature=youtu.be

URL de cet article 31481
  

Même Auteur
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.