Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bolivie : des juges élus au suffrage direct

Le 3 décembre 2017, les Boliviens ont élus pour la deuxième fois 52 magistrats par vote direct. Leur mandat est de 6 ans sans possibilité de réélection et ils sont révocables. Ils doivent n’être attachés à aucun parti politique et doivent assurer la diversité ethnique de l’Etat Bolivien. Le profil et les propositions de tous les candidats sont diffusés à temps égal dans les quatre principales langues du pays.

Récemment, la Bolivie était considérée comme un des pays les plus corrompus au monde sans que, jamais, aucun fonctionnaire ne soit condamné pour malversation ou simplement qu’une enquête soit ouverte, ce qui est le cas de nombreux députés et sénateurs. L’objectif de cette mesure est de démocratiser le système judiciaire en atténuant la lenteur de la justice et l’inégalité dans son accès.

Dans la conception démocratique actuelle, les trois organes du pouvoir, exécutif, législatif et judiciaire doivent être séparés, le pouvoir judiciaire devant être indépendant des deux autres. Mais si les deux premiers sont élus, les membres du corps judiciaire sont nommés. De ce fait, le pouvoir judiciaire est nécessairement lié aux intérêts du pouvoir en place en favorisant son impunité et, par la même, la corruption.

Le système d’élection au suffrage universel des magistrats permet à la Bolivie de sortir de l’escalade de la violence que l’on connaît au Honduras, au Guatemala, au Salvador ou au Mexique où les conflits se règlent d’ordinaire à coup de machette ou d’arme à feu, et où la plupart des crimes ne sont même pas jugés.

Cependant, les défauts traditionnels du système judiciaire, corruption, lenteur, discrimination, persistent en Bolivie puisqu’il n’y a que 52 juges élus sur 1008 et qu’il y a plus de 800 000 affaires en cours. Ce n’est, évidemment qu’un début et il sera nécessaire d’augmenter la quantité mais aussi la qualité des juges dans leur formation universitaire avec un budget le permettant.

L’enjeu est que les Boliviens passent de spectateurs ou victimes à défenseurs et acteurs de leurs droits vis à vis de la Justice. Il sera aussi nécessaire de favoriser la culture de la conciliation au détriment du procès.

Il n’en reste pas moins que la Bolivie est le seul pays où des juges ayant une portée nationale sont élus par le peuple. C’est un processus naissant qui ne manquera pas de trouver de l’opposition dans les rangs des privilégiés qui pouvaient, auparavant, se soustraire au verdict populaire.

Et si, maintenant, on vous dit qu’Evo Morales est un dictateur, comme on le dit de Maduro ou de Castro, notez bien les mesures que prennent ces dirigeants qui visent à l’émancipation des peuples et non pas à leur asservissement par la caste des privilégiés qui croient toujours pouvoir faire ce qu’ils veulent impunément.

URL de cet article 32642
   
Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Pour moi, un réactionnaire c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est dans l’ordre naturel des choses. Un conservateur, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui pense qu’on n’y peut rien. Un progressiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui trouve que c’est injuste. Un communiste, c’est quelqu’un qui sait que 10.000 enfants meurent de faim par jour et qui est prêt à faire pour eux ce qu’il ferait pour ses propres enfants.

Ibrahim,
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.