Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

18 
Comment passer de 260 000 abonnés à 50 000 en 2 ans.

Charlie Hebdo, toujours pro-OTAN et pro-USA

Deux ans après l’attaque meurtrière qui a privé l’hebdomadaire de ses éléments talentueux (et situés à gauche), 50.000 exemplaires sont vendus en kiosques chaque semaine et autant par abonnement. A la suite de la tragédie, 260.000 abonnements avaient été enregistrés, mais la plupart n’ont pas été renouvelés. Si l’on voulait tomber dans le mauvais jeu de mots tels que les aime l’hebdomadaire, on parlerait d’hémorragie.

Depuis 2015, on a constaté le départ de plusieurs membres de l’équipe (et pas les plus mauvais) : le dessinateur Luz, le médecin urgentiste Patrick Pelloux et la journaliste Zineb El Rhazoui, laquelle s’interroge « sur la faculté de Charlie Hebdo à continuer à porter le flambeau de l’irrévérence et de la liberté absolue ».

Nous devons « peut-être être plus offensif », hasarde Riss, directeur de la publication et possesseur de 70 % des actions du journal.

Plus offensif ? Sur quels sujets ?

Sur la rigolade devant un cadavre d’enfant ? Riss l’a déjà fait et il pourrait difficilement faire mieux.

Plus offensif probablement contre « Cette gauche qui s’est toujours couchée devant les despotes », comme le titre Fabrice Nicolino, coutumier d’articles que pourrait signer Obama.

En tout cas, la cible est réaffirmé : la gauche

Depuis des décennies déjà, Charlie hebdo s’est positionné discrètement dans le camp impérialiste, soutenant toutes les guerres de l’OTAN, fustigeant les Arabes sous couvert d’une religion, dénonçant, fut-ce à coups de mensonges, les pays d’Amérique latine qui se libèrent de l’emprise des EU.

Le Grand Soir a déjà donné des exemples de cette dérive (1) de Charlie Hebdo qui a cru bon (8 août 2012) de classer ce site parmi les « soutiens bruns de Damas » (titre de l’article), parmi les « Bruns, rouges et conspis » (sous-titre de l’article), parmi « Cette extrême-droite qui soutient Damas » (titre d’appel en Une) avec deux noms jetés en pâture : Viktor Dedaj et Maxime Vivas.

Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’était une accusation gravissime de nazisme et d’antisémitisme.

Il est vrai que LGS avait publié des discours ou des interviews du président syrien, alors que personne ne le faisait alors (2). Le site avait auparavant dénoncé (alors que personne ne s’y risquait et que le monde entier faisait des courbettes devant Bachar el-Assad) la présence en Syrie de centres de torture décentralisés des Etats-Unis.

Bref, alors que LGS fait du jour-na-lis-me depuis toujours, Charlie Hebdo est depuis longtemps la rognure de ce qu’il fut. Charlie Hebdo aujourd’hui, c’est peu de talents, mais beaucoup d’argent : par la grâce de l’émotion et du « Je suis Charlie », une dizaine de millions d’euros sont en effet tombés dans l’escarcelle des héritiers.

La vérité oblige à rappeler que, pour des raisons politiques doublées de raisons personnelles de ses administrateurs, LGS n’a jamais été Charlie. Personnellement, je confesse que la dégringolade de cet hebdo m’affectera autant qu’on peut être affecté par les déboires des bellicistes, des menteurs et des usurpateurs de l’esprit de ce que fut Charlie Hebdo.

Vladimir MARCIAC

NOTES :

(1) A relire : https://www.legrandsoir.info/le-fascisme-reviendra-sous-couvert-d-anti...
et
https://legrandsoir.info/fete-de-l-huma-l-amerique-latine-insultee-par...

(2) Le dimanche 8 janvier 2017, trois médias français : RTL, France info télé et LCP ont interviewé Bachar el-Assad. Alors, trois « soutiens bruns de Damas » ?

URL de cet article 31406
   
Même Auteur
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
57 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.