RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Citoyens de seconde classe

Le pass sanitaire en Italie

Comme il arrive chaque fois qu’est instauré un régime despotique d’urgence et que les garanties constitutionnelles sont suspendues, le résultat c’est, comme cela s’est produit pour les Juifs sous le fascisme, la discrimination d’une certaine catégorie d’hommes, qui deviennent automatiquement des citoyens de seconde classe. C’est à quoi tend la création de ce qu’on appelé le green pass [équivalent du pass sanitaire]. Qu’il s’agisse d’une discrimination en fonction des convictions personnelles et non pas d’une certitude scientifique objective est démontré par le fait que, dans les milieux scientifiques, se poursuit encore le débat sur la sécurité et sur l’efficacité des vaccins qui, selon l’avis de médecins et de scientifiques qu’il n’y a pas de raisons d’ignorer, ont été produits à la hâte et sans une expérimentation adéquate.

Malgré cela, ceux qui s’en tiennent à leur propre conviction libre et fondée et refusent de se vacciner seront exclus de la vie sociale. Que le vaccin se transforme ainsi en une sorte de symbole politico-religieux visant à créer une discrimination entre les citoyens est évident dans la déclaration irresponsable d’un homme politique qui, se référant à ceux qui ne se vaccinent pas, a dit, sans se rendre compte qu’il utilisait un lexique fasciste (1) : « nous les purgerons avec le green pass ». La « carte verte » constitue ceux qui en sont dépourvus en porteurs d’une étoile jaune virtuelle.

Il s’agit d’un fait dont on ne peut surestimer la gravité politique. Que devient un pays dans le sein duquel est créée une classe discriminée ? Comment peut-on accepter de vivre avec des citoyens de seconde classe ? [L’Etat d’Israel nous donne une réponse – remarque de la traductrice]. Le besoin de discriminer est aussi ancien que la société et, certes, des formes de discrimination étaient présentes même dans nos sociétés dites démocratiques ; mais que ces discriminations de fait soient sanctionnées par la loi est une barbarie que nous ne pouvons accepter.

Carte Verte.

Nous avons déjà montré l’injuste discrimination d’une classe de citoyens exclus de la vie sociale normale qui découle de l’introduction de ce green pass. Cette discrimination est une conséquence nécessaire et calculée, mais non le but principal de la carte verte, qui vise non les citoyens exclus, mais l’ensemble de la population qui en est pourvue. La finalité poursuivie par les gouvernements à travers elle, c’est, en fait, un contrôle minutieux et inconditionné du moindre mouvement des citoyens, tout à fait analogue au passeport interne que chacun, sous le régime soviétique, devait avoir pour pouvoir se déplacer d’une ville à l’autre. Toutefois, le contrôle est, dans ce cas, encore plus absolu, parce qu’il concerne tout mouvement du citoyen, qui devra présenter le green pass lors de chacun de ses mouvements, même pour aller au cinéma, assister à un concert ou s’asseoir dans un restaurant. Le citoyen non « encarté » sera, paradoxalement, plus libre que celui qui a la carte, et c’est justement la masse des « encartés » qui devrait protester et se rebeller, puisque dorénavant ils seront recensés, surveillés et contrôlés dans une mesure qui n’a pas de précédents même dans les régimes les plus totalitaires. Il est significatif que la Chine ait annoncé qu’elle maintiendra ses systèmes de traçage et de contrôle même après la fin de la pandémie. Comme cela devrait être évident, ce dont il s’agit avec le green pass, ce n’est pas de la santé, mais du contrôle de la population, et, tôt ou tard, même les « encartés » auront l’occasion de le comprendre à leurs dépens.

(1) La politique de répression du fascisme sous Mussolini est symbolisée par deux armes, l’huile de ricin (administrée de force aux opposants pour les humilier – voir Amarcord de Fellini) et le gourdin.

»» https://sinistrainrete.info/articoli-brevi/20828-giorgio-agamben-citta...
URL de cet article 37238
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.