Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Comment Ryad finance l’effort de guerre anti-Iran d’Israël

La visite effectuée il y a quelques mois en Arabie saoudite par Donald Trump a, on s’en souvient, donné lieu à la signature d’un faramineux contrat d’achat d’armement étasunien par la monarchie wahhabite, mais aussi à la promesse faite par le roi Salman et son fils Mohamed, prince héritier, que le royaume investira dans le partenariat économique américano-saoudien un pactole financier de l’ordre de 300 milliards de dollars. En visite à son tour aux Etats-Unis où il a rencontré le président des EU, Mohamed Ben Salman a de nouveau sorti le chéquier et signé son à-valoir de 10 milliards de dollars en paiement d’un supplément d’armement à vendre par les Américains à son pays.

On fera remarquer qu’après chacune de ces visites, Washington a fait l’annonce d’octroi de nouvelles aides financières à l’Etat hébreu. Peu après la visite de Donald Trump à Ryad d’où il est d’ailleurs reparti directement en Israël, l’administration des EU a en effet annoncé que l’Etat sioniste allait bénéficier d’une rallonge financière à hauteur de trente milliards de dollars. Après celle de Mohamed Ben Salman en Amérique, il a été annoncé par Washington qu’Israël recevra 700 millions de dollars pour mettre à niveau et parfaire son système électronique de détection et de protection antimissile.

Que conclure sur cette concomitance réitérée entre des accords qui procurent aux EU une pluie d’argent saoudien et le fait qu’Israël obtienne l’augmentation des aides financières que lui accordent les Etats-Unis sinon qu’il a été convenu entre Washington et Ryad que l’Arabie saoudite contribue à l’effort de guerre qu’entreprend l’Etat sioniste en prévision d’une intervention militaire contre l’Iran. Financer l’effort de guerre israélien qui donne lieu à des préparatifs militaires contre l’ennemi commun qu’est l’Iran pour l’Etat sioniste et la monarchie wahhabite n’a probablement soulevé aucune opposition parmi les Al Saoud qui paniquent aux succès que cet ennemi a remportés sur le royaume sur tous les fronts où ils se font la guerre par procuration. Pour eux, s’assurer que la machine de guerre israélienne soit en capacité d’entreprendre l’intervention militaire qu’ils ne cessent de réclamer à l’Amérique, cela justifie que la monarchie ouvre ses coffres-forts à l’Etat sioniste, ce qu’ils ne peuvent néanmoins assumer ouvertement et explique la façon détournée qu’ils ont eu de lui faire parvenir leurs subsides financiers. Plus personne n’est dupe pour ignorer qu’Israël et la monarchie wahhabite ont scellé un pacte anti-iranien en contrepartie duquel cette dernière s’est engagée à graduellement normaliser ses relations avec l’Etat sioniste et surtout à entraîner l’ensemble du monde arabe sur la même voie. Une voie qui implique le sacrifice par ce même monde arabe de la cause palestinienne. En même temps qu’il a fourni à Donald Trump le nerf de la guerre dont une partie est destinée à l’Etat sioniste, le prince héritier saoudien a probablement donné aussi son onction à l’ « accord du siècle » dont le président des EU s’apprête à en divulguer la teneur. Les révélations ayant filtré sur cette teneur ont dévoilé que ce plan de « paix » étasunien pour le conflit israélo-palestinien ne sera rien d’autre qu’un processus destiné à enterrer définitivement la solution à deux Etats revendiquée par les Palestiniens et défendue par la communauté internationale. Pour les Al Saoud, l’alliance anti-Iran avec Israël a rendu pour eux « halal » tous les revirements et trahisons.

Kharroubi Habib

URL de cet article 33130
   
Dominique Fernandez : Ramon
Bernard GENSANE
(Paris, Grasset, 2008) La lecture des livres de Dominique Fernandez (romans, livres de voyage, photographies) m’a toujours procuré un très grand plaisir. Avec, cependant, deux petits bémols. Pour se rassurer, j’imagine, Fernandez éprouve le besoin d’en faire des kilos, d’écrire jusqu’à plus soif. Dans son très beau livre sur Tchaikovski, par exemple, s’il ne nous décrit pas trois cents rues et artères russes, il n’en décrit aucune. Dans son Ramon, il nous inflige, par le menu (c’est le cas de le dire), (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé.

Fidel Castro


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.