RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De l’abandon au mépris ou comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière

Est-ce vraiment malin, en 2013, alors que la révolution est accomplie et Hollande à l’Élysée, de mettre le mot ouvrier sur un livre ?

Bertrand Rothé est un type insupportable, non seulement il fait du vélo mais enseigne aussi l’allemand à sa fille et l’économie à la jeunesse des banlieues. Ajouter que cet asocial a choisi de quitter un boulot en béton chez Bouygues, pour jouer l’anachorète au sein de l’impécunieuse Éducation Nationale, achève le personnage, comme on le fait d’un cheval chez Spanghero. Au lieu de titrer son livre De l’abandon au mépris. Comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière, il aurait été bien plus simple de coller Journal d’un fou sur la couverture.

Diagnostiquons en choeur. Est-ce vraiment malin, en 2013, alors que la révolution est accomplie et que Hollande est à l’Élysée, de mettre le mot ouvrier sur un livre ? Alors que, comme Alain Colas de la surface de l’Océan, les ouvriers ont disparu des circonvolutions intracrâniennes de tout journaliste, écrivain, chanteur, danseur, joueur de triangle, fil-de-fériste et homme dit politique. S’il en restait quelques uns, les mots ont tué la chose et le balayeur, perdant sa cote d’ouvrier est devenu technicien de surface. Rideau.

Enlevez cette image d’ouvrier de devant les yeux, alors que l’on n’en trouve même plus dans les tribunes wahhabites du Paris-Saint-Germain. Si vous n’êtes pas convaincus, regardez la télé et vous y verrez les vrais citoyens. Que font-ils tous les Français ? Et bien du ski. Pour y donner votre point de vue quotidiennement, vous savez que la télé est l’exact reflet de la Nation, son miroir. Et, là -dedans, pas un seul ouvrier, ce qui est la preuve qu’il n’y a plus de prolos. Ou alors qu’ils sont à Davos et à Saint Moritz. Sûrement ça. Donc ce Rothé est assez bête pour faire un bouquin - qui ne soit pas une fiction - sur des gens qui n’existent pas. Ce n’est pas l’économie qu’il devrait enseigner, Rothé, mais l’archéologie, le Tigre et l’Euphrate, le Sumer. Et dire qu’un éditeur a été assez généreux, ou aveugle, pour imprimer cette histoire des absents…

On voit bien qu’Olivier Bétourné, le patron du Seuil, est un type mal élevé. Par exemple en acceptant de crédibiliser cette rumeur : Mitterrand aurait trahi la classe ouvrière qui l’avait élu. Que Mitterrand ait pu tromper quelqu’un, sa femme elle-même n’osait y croire. Si l’on poursuit ainsi dans la diffamation, on va finir par dire que Mitterrand était guillotineur en Algérie ! Mais Rothé est formel avec le formol (celui où l’on a étouffé les prolos) ses sources, ses dates et ses chiffres. Finalement ce type ne pense pas au doigt mouillé, alors je vais envoyer son bouquin à Fourest. L’entêté argumente et vous laisse mécontent : non les ouvriers ne sont pas morts, même si le PS les a enterrés vivants. Va falloir se faire une raison et supporter qu’avec leur mauvais goût prolétarien ils continuent de nous imposer Gombrowicz au Festival d’Avignon plutôt que Jan Fabre. Merde alors.

Révélation : et bien oui, au tournant de la « rigueur », avec Fabius au volant de la 2 CV, Tonton a largué les ouvriers qui, pourtant, en Mai 81 avaient préféré sa beauté de collaborateur de Vichy à celle de Marchais, simple travailleur volontaire dans l’Allemagne de Hitler. Bien fait pour les ouvriers. Ces moelles épinières avaient choisi de voter pour l’employé d’un maître de la Cagoule plutôt que pour un camarade. Et bien oui, la « désindustrialisation » de la France n’a pas pour seuls fossoyeurs Chirac, le roi fainéant, et Sarko, le petit frère des riches. Dieu, dit aussi Tonton, a, bien plus tôt, allumé l’essuie-glace à effacer les usines. Il a été le Victor Schoelcher du travail à la chaîne.

Vous avez bien compris, bien que détestant ce Rothé, au motif qu’il ressuscite des fantômes invendables dans notre monde médiatique, il faut admettre qu’après Newton cet attardé a raison.

Une autre chose navrante, chez notre professeur qui sème des mines, et pas seulement celles de ses crayons. Il nous démontre que ces ouvriers que les journaux disaient perdus, et qui auraient pris pension chez la Le Pen, est une vérité fausse. Disons un mensonge. Car le cadre, le paysan, les patrons de PME et les employés votent plus pour la Marine marchande que les ouvriers. Ces demeurés préférent le vote à gauche, quand le geste ne leur froisse pas trop l’épaule, ou la pèche à la ligne si la douleur est insupportable. Non seulement les ouvriers sentent mauvais mais, en plus, ils ont le culot de contredire Buisson et Pujadas. Ce qui est une vraie offense.

Si vous croisez Rothé, vous le reconnaitrez au litre de rouge qu’il porte dans sa musette, lancez lui des pierres. L’économiste a dit la vérité, il doit être exécuté.

De l’abandon au mépris. Comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière. Bertrand Rothé. Le Seuil. 19, 50 euros

URL de cet article 19503
  

Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Aussi longtemps qu’on ne le prend pas au sérieux, celui qui dit la vérité peut survivre dans une démocratie.

Nicolás Gómez Dávila
philosophe colombien

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.