Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Désormais, un maire « rouge » dirige la ville natale de Franco

Defranquisation : le "Ferrol" n’est plus du "Caudillo"

De 1938 jusqu’à 1982, la ville portuaire galicienne de « El Ferrol » s’est appelée « El Ferrol du caudillo » (« caudillo » : dictateur militaire) parce qu’elle enfanta, rue de la vierge Maria, l’un des tyrans les plus cruels, bigots et ridicules du 20ième siècle.

La ville était supposée plus franquiste que le cheval de Franco et elle portait ce fardeau comme une croix, face à un océan qui vit partir tant d’exils... A tel point qu’à Cuba tout Espagnol est appelé « gallego »... c’est de Galice qu’embarqua faire fortune à Cuba le père des Castro, Ramon.

Mais « El Ferrol » avait aussi une classe ouvrière combattive, celle des chantiers navals aujourd’hui sinistré, « reconvertis » à la sauce européenne. Des grèves dures ont marqué la « reconversion industrielle » (euphémisme pour ne pas parler de « démantèlement ») décrétée par le gouvernement « socialiste » de Felipe Gonzalez, de l’ex PSOE, devenu le PE. Le PE. Le PSOE ayant perdu depuis longtemps le « S » de socialiste et le « O » d’ouvrier, il ne lui reste que peu :le PE, un parti démocrate à l’américaine... Felipe Gonzalez, le papa des GAL, Groupes antiterroristes de libération (paramilitaires pourchassant en territoire français les militants basques) a mis ses fonctions et ses compétences d’avocat au service des siens, de l’opposition démocratoque vénézuélienne, alors qu’en Espagne des centaines de militants sont poursuivis à cause de la « loi bâillon » qui criminalise le mouvement syndical, social...

Revenons à notre « Ferrol » (transition tirée par les boucles !). Le conflit social des chantiers navals dura presque une décennie. Au final, les chantiers durent réduire leur activité, la ville s’appauvrit, l’industrie métallurgique sous-traitante fut sinistrée.

« El Ferrol » vit naître pourtant le fondateur du socialisme espagnol : Pablo Iglesias... le Pablo Iglesias sans la queue de cheval.

Aux récentes élections municipales, la Galice se dota de listes et de candidatures d’union, les « Mareas »... les « Marées », composées de militants de Izquierda Unida, de Podemos et de Anova (nationalistes galiciens de gauche), dissidents du BNG.

Soutenues par un océan social, les marées ont devancé le PSOE et les « galléguistes » du BRG, contraints de se désister en faveur de cette nouvelle gauche, pour ne pas faire élire des maires néo-franquistes. Le parti populaire ne s’est pas marré du tout vu qu’il a été battu dans la plupart des villes galiciennes.

Désormais un maire « rouge » dirige « El Ferrol ». Formidable symbole !!! Extraordinaire renversement !!! La liste « Ferrol en commun », construite d’en bas, dans laquelle nul ne s’est autoproclamé candidat, a élaboré et « pacté » son programme avec le mouvement social. Le nouveau maire, d’Izquierda Unida, Jorge Suarez, assure qu’il est prêt si nécessaire à recourir à l’insoumission... et que la démocratie ne consiste pas seulement à voter tous les quatre ans... Franco aurait signé sa condamnation à mort après le café, comme à l’accoutumé... La liste élue s’est engagée à rendre au secteur public les services privatisés, à promouvoir l’emploi... Un programme à faire hennir le dictateur, le cheval du « caudillo par la grâce de Dieu, et tous leurs godillots Rajoyistes et Aznariens.

Jean Ortiz
Blog dans l’Humanité.

»» http://www.humanite.fr/blogs/defranquisation-le-ferrol-nest-plus-du-ca...
URL de cet article 29111
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.