RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Deraa reprise : les médias occidentaux en étouffent de dépit

Devant l’inexorable avancée des forces gouvernementales syriennes en direction de Deraa, les représentants des rebelles de la prétendue « armée syrienne libre » (ASL) ont négocié par l’intermédiaire de la Russie un accord qui a acté le retour de la ville et de sa région sous l’autorité de Damas.

Les rebelles n’ont pas eu d’autre choix que celui de négocier car ayant été lâchés par les Etats-Unis et la Jordanie voisine qui contrairement à ce qu’ils en ont espéré se sont abstenus de voler à leur secours.

Présentée par les médias mainstreams occidentaux comme paniquée et fuyant en masse devant l’avancée des forces loyalistes, la population de la région de Deraa a au contraire célébré leur arrivée, soulagée qu’elle s’est dit être de ne plus avoir à subir l’abjecte férule de la soi-disant rébellion. Ce que ces mêmes médias qui n’ont eu de cesse d’inonder l’opinion internationale en scènes de combat ont totalement zappé la vue d’une population accueillant avec démonstration de liesse les soldats de l’armée arabe syrienne ne cadre pas avec la présentation qu’ils font du conflit syrien depuis qu’il a commencé. Force leur est cependant d’admettre que la prétendue « armée syrienne libre » qu’ils se sont échinés à présenter comme le bras armé d’une rébellion « modérée » alternative crédible au régime « sanguinaire » de Bachar El Assad s’est volatilisée depuis longtemps et que ce qui en reste s’est mis sous le parapluie de la Turquie ou a fait alliance avec les groupes terroristes affiliés à Al Qaïda ou ayant fait allégeance à Daech et à son autoproclamé khalifat islamique.

La reconquête du sud de la Syrie par les forces loyalistes désormais pratiquement parachevée a fait entrevoir que la coalition étrangère anti-Bachar El Assad a fait une croix sur l’objectif qu’elle s’était fixé de renverser celui-ci. N’ayant pu l’atteindre, elle émet désormais des signaux en direction du pouvoir légal syrien et de son principal allié la Russie leur donnant à comprendre qu’elle est désormais disposée à prendre part au processus de pourparlers sur la solution politique du conflit syrien. La contrepartie cruciale que cette coalition entend obtenir pour le revirement stratégique qu’elle a opéré en lâchant les rebelles qu’elle soutenait dans le Sud et le Sud-Ouest syrien est que Damas prenne ses distances avec l’Iran, son autre allié dans le conflit, ou du moins n’autorise pas son implantation militaire dans cette région hautement névralgique car frontalière autant avec la Jordanie qu’avec Israël.

Bachar El Assad est non seulement à créditer d’avoir pratiquement gagné la guerre par procuration que cette coalition lui a déclarée, mais d’être aussi en voie de l’emporter politiquement dès lors que ses ennemis voyant qu’ils ne sont pas parvenus à l’abattre en sont à attendre de lui qu’il conforte l’autorité souveraine retrouvée de l’Etat syrien en déliant celui-ci de toute vassalité à l’égard de puissances étrangères. L’on est à l’évidence loin de la séquence médiatique dans laquelle il était donné à entendre que le président syrien n’était qu’une potiche servant de paravent à ses protecteurs étrangers.

URL de cet article 33549
  

Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.