RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Deraa reprise : les médias occidentaux en étouffent de dépit

Devant l’inexorable avancée des forces gouvernementales syriennes en direction de Deraa, les représentants des rebelles de la prétendue « armée syrienne libre » (ASL) ont négocié par l’intermédiaire de la Russie un accord qui a acté le retour de la ville et de sa région sous l’autorité de Damas.

Les rebelles n’ont pas eu d’autre choix que celui de négocier car ayant été lâchés par les Etats-Unis et la Jordanie voisine qui contrairement à ce qu’ils en ont espéré se sont abstenus de voler à leur secours.

Présentée par les médias mainstreams occidentaux comme paniquée et fuyant en masse devant l’avancée des forces loyalistes, la population de la région de Deraa a au contraire célébré leur arrivée, soulagée qu’elle s’est dit être de ne plus avoir à subir l’abjecte férule de la soi-disant rébellion. Ce que ces mêmes médias qui n’ont eu de cesse d’inonder l’opinion internationale en scènes de combat ont totalement zappé la vue d’une population accueillant avec démonstration de liesse les soldats de l’armée arabe syrienne ne cadre pas avec la présentation qu’ils font du conflit syrien depuis qu’il a commencé. Force leur est cependant d’admettre que la prétendue « armée syrienne libre » qu’ils se sont échinés à présenter comme le bras armé d’une rébellion « modérée » alternative crédible au régime « sanguinaire » de Bachar El Assad s’est volatilisée depuis longtemps et que ce qui en reste s’est mis sous le parapluie de la Turquie ou a fait alliance avec les groupes terroristes affiliés à Al Qaïda ou ayant fait allégeance à Daech et à son autoproclamé khalifat islamique.

La reconquête du sud de la Syrie par les forces loyalistes désormais pratiquement parachevée a fait entrevoir que la coalition étrangère anti-Bachar El Assad a fait une croix sur l’objectif qu’elle s’était fixé de renverser celui-ci. N’ayant pu l’atteindre, elle émet désormais des signaux en direction du pouvoir légal syrien et de son principal allié la Russie leur donnant à comprendre qu’elle est désormais disposée à prendre part au processus de pourparlers sur la solution politique du conflit syrien. La contrepartie cruciale que cette coalition entend obtenir pour le revirement stratégique qu’elle a opéré en lâchant les rebelles qu’elle soutenait dans le Sud et le Sud-Ouest syrien est que Damas prenne ses distances avec l’Iran, son autre allié dans le conflit, ou du moins n’autorise pas son implantation militaire dans cette région hautement névralgique car frontalière autant avec la Jordanie qu’avec Israël.

Bachar El Assad est non seulement à créditer d’avoir pratiquement gagné la guerre par procuration que cette coalition lui a déclarée, mais d’être aussi en voie de l’emporter politiquement dès lors que ses ennemis voyant qu’ils ne sont pas parvenus à l’abattre en sont à attendre de lui qu’il conforte l’autorité souveraine retrouvée de l’Etat syrien en déliant celui-ci de toute vassalité à l’égard de puissances étrangères. L’on est à l’évidence loin de la séquence médiatique dans laquelle il était donné à entendre que le président syrien n’était qu’une potiche servant de paravent à ses protecteurs étrangers.

URL de cet article 33549
  

Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.