Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Iran soumis à une guerre économique totale

La sommation accompagnée de la menace de représailles économiques étasuniennes faite par Donald Trump aux pays s’approvisionnant en pétrole iranien d’avoir à cesser de le faire a été accueillie par les experts comme allant provoquer un emballement irrépressible des marchés pétroliers qui propulserait le prix du baril à des hauteurs qui ne se sont jamais vues. Ils se sont d’autant convaincus que cela allait advenir que la sommation étasunienne a été faite dans le contexte d’un marché pétrolier déjà perturbé par la menace d’un rétrécissement de l’offre induite par les réductions à l’exportation des pétroles vénézuélien et libyen et par la décision de l’OPEP en accord avec ses partenaires hors cartel de ne pas ouvrir grandes les vannes.

Depuis cependant le prix du baril a grimpé jusqu’à frôler les 80 dollars, sans que cela soit annonciateur du grand emballement annoncé. Il y a en effet que les craintes soulevées dans les milieux pétroliers par la sommation américaine ont été calmées par l’annonce faite par les autorités saoudiennes de la disponibilité de leur pays à augmenter sa production pétrolière pour éponger le déficit de l’offre qu’un tel contexte pourrait entraîner. Ryad qui ne peut que satisfaire la guerre économique totale déclarée par Donald Trump a positivement répondu à la demande qu’il lui a adressée de faire cette annonce pour rassurer les marchés pétroliers.

Les Etats-Unis veulent certes imposer une fermeture totale du robinet iranien, mais pas qu’elle s’accompagne d’une flambée des prix sur les marchés. Mission a été donc dévolue à la monarchie pétrolière arabe de faire cavalier seul et ne plus s’estimer tenue au respect des décisions de l’OPEP.

Tout en visant à asphyxier la République islamique avec l’intention que cela aura pour conséquence l’effondrement de son régime, Donald Trump est également dans celle d’en finir avec le cartel pétrolier qu’il estime poursuivre une politique contraire aux intérêts de l’Amérique en la matière. L’Arabie Saoudite qui a tout à gagner avec des prix du pétrole approchant la barre des 100 dollars et allant même au-dessus fera néanmoins ce que Donald Trump lui a demandé. Ryad subordonne en effet tous ses actes et initiatives à l’impératif que les Al Saoud se sont fixé : celui d’abattre le régime iranien et de mettre fin aux prétendues ingérences iraniennes dans le monde arabe.

La guerre économique déclarée à l’Iran par les EU en collusion avec la monarchie wahhabite est préparatoire à celle militaire qu’envisage l’axe anti-iranien qu’ont formé Washington, Tel-Aviv et Ryad. Celle-ci se produira inéluctablement quand apparaîtront en Iran les signes indicateurs que la population iranienne lasse de la situation provoquée par les sanctions économiques en viendrait elle-même à vouloir un changement de régime. L’agitation contestataire qui a secoué le fameux bazar de Téhéran il y a quelques jours a probablement conforté l’axe en question dans sa résolution d’en finir par tous les moyens avec la République islamique et à accentuer la pression internationalement pour que cet objectif soit accepté comme étant rendu « inévitable et indispensable » pour un retour à une situation moins conflictuellement imprévisible au Moyen-Orient.

URL de cet article 33548
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.