Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Discours de Macron : entre mesurettes et enfumage

Après près d’un mois de mobilisation des gilets jaunes, Emmanuel Macron s’est enfin décidé à parler. C’était lundi soir, devant plus de 20 millions de français qui attendaient ce que le chef de l’Etat avait à annoncer. Et comme moi ils ne furent pas satisfaits.

Car Emmanuel Macron n’a pas répondu aux attentes, non seulement des gilets jaunes, mais plus généralement des Français qui les soutiennent. Des mesurettes ont été annoncées et il a bafouillé quelques excuses, certes, mais ces propos apparaissent tellement décalés de la réalité de la situation. D’ailleurs les Français ne s’y trompent pas puisqu’au lendemain de sa prise de parole, 54% d’entres eux déclaraient vouloir la poursuite du mouvement des gilets jaunes.

Les mesures

Quatre mesures ont donc été annoncées :

la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2 000€ par mois, dès le mois de janvier, pour l’année 2019. Une prétendue augmentation du SMIC de 100€.

Le retour des heures supplémentaires défiscalisées.

Une prime de fin d’année dans les entreprises.

D’aucuns pourrait penser que certaines revendications des gilets jaunes ont été entendues et que les plus démunis vont bénéficier de ces mesures. Or, à bien y regarder, on peut se rendre compte, très rapidement, de la supercherie.

Regardons la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités d’abord. Une mesure qui n’aurait jamais dû être votée par ce gouvernement, mais surtout une annonce qui ne peut satisfaire tout le monde. Que se passera-t-il si un retraité (ou un couple de retraités) gagne 2 001€ ? Et surtout que se passera-t-il en 2020, puisque cette annulation ne vaut que pour l’année 2019 ?

Quand au retour des heures supplémentaires défiscalisés, une mesure qui était en place sous Sarkozy, elle peut conduire les employeurs à recourir aux heures supplémentaires plutôt que d’embaucher des travailleurs supplémentaires.

Mais sa plus grosse entourloupe vient sans doute de sa prétendue augmentation du SMIC qui n’en est pas une. Car, si Emmanuel Macron a bel et bien annoncé l’augmentation de 100€ par mois du SMIC, cela se fera de trois manières différentes. Premièrement il sera revalorisé à hauteur de 1,8%, soit une vingtaine d’euros. Deuxièmement une autre vingtaine d’euros découlera d’une baisse des charges sociales. Il reste donc 60€ à trouver. Cela se fera au moyen d’un coup de pouce à la prime d’activité, qui devait initialement être répartie sur les années du quinquennat en plusieurs tranches. En clair Emmanuel Macron ne fait donc que tenir une de ses promesses de campagne. Ce n’est donc pas le SMIC qui augmentent, puisque toutes les personnes payées au SMIC n’y auront pas le droit. Mais surtout le président de la République a bien insisté sur le fait que les employeurs n’auront pas à payer ce « coup de pouce ». Autrement dit c’est le peuple qui va encore devoir payer ce qui s’apparentait à première vue à un cadeau.

Et que dire, pour finir, de cette prime de fin d’année. Une prime qui sera versée au bon vouloir des patrons, donc qui, dans de nombreux, cas ne verra jamais le jour.

Certes il y a eu également des phrases contre l’évasion fiscale, ou sur le fait que les patrons français devaient payer leur impôts en France, admettant donc au passage que ce n’est pas le cas pour certains. Mais ces phrases restent vides de sens et ne s’accompagnent pas de mesure concrètes. Or c’était justement là, parmi ces grandes fortunes, ces privilégiés à qu’il fallait prendre l’argent. Ceux qui s’engraissent sur le dos de la majorité des gens et qui ne contribuent en rien à la solidarité envers les plus démunis. Il aurait été très simple à Emmanuel Macron de rétablir l’ISF – ce qui aurait permis de récupérer près de 3,5 milliards d’euros – mais même cela le président des riches a été incapable de le concéder.

C’est tout le résumé de ces 13 minutes d’interventions. Où les riches, les actionnaires, les grands patrons, les banquiers auront, comme toujours, été épargnés alors que c’est à eux de payer désormais. Dans le même temps, Emmanuel Macron n’a pas eu un seul mot pour les victimes de ces derniers jours, se contentant de dénoncer la violence, n’a pas eu un seul mot pour les lycéens et les étudiants qui se mobilisent pour leur avenir, ni pour les fonctionnaires, ni pour les chômeurs, ni pour les handicapés.

Bref, si ce discours marque effectivement un premier pas de recul, il ne constitue en rien une réponse convenable aux revendications à la fois des gilets jaunes mais plus globalement d’une large majorité de Français.

République sociale

»» https://republiquesocialeblog.wordpress.com/2018/12/11/discours-de-mac...
URL de cet article 34227
   
Même Thème
Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Monique Pinçon-Charlot - Michel Pinçon - Étienne Lécroart
Un ouvrage documentaire jeunesse engagé de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, illustré par Étienne Lécroart Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour questionner la société et ses inégalités, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, passés maîtres dans l’art de décortiquer les mécanismes de la domination sociale, s’adressent pour la première fois aux enfants à partir de 10 ans. Avec clarté et pédagogie, ils leur expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social dans lequel ils vont grandir et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que nous risquons de devenir la société la mieux informée à mourir par ignorance.

Reuben Blades


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.