Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

25 

Finalement, il suffisait de tout arrêter pour que tout s’accélère.

En ce moment, tout tourne au ralenti, sauf l’Histoire.

La débandade de ’’l’union" européenne. (Que ceux qui ont encore besoin d’un dessin prennent des cours d’alphabétisation chez les Cubains.)

La crapulerie assumée du capitalisme - qui se voulait généralement plus feutrée sous nos latitudes.

L’incurie d’une classe politique qui sait au fond d’elle qu’elle doit retarder au maximum le "retour au normal".

Retour au normal. On ne croit pas si bien dire. Le "normal" dont il s’agit ici, celui où il faudra retourner, ce n’est pas l’"avant", mais son exact opposé, l’opposé de tout ce que cette classe parasite représente. C’est ça, le retour au normal. Le normal des gens normaux, quoi, des pas méchants, ni cruels, ni méprisants, ni trop égoïstes (même si parfois... mais parfois n’est pas toujours), etc.

Il suffit de pas grand chose. Par exemple, la prise de conscience que nous vivons un moment qui sera raconté dans les livres d’histoire. Je sais, rester cloîtré n’est pas forcément la première idée qui vient à l’esprit lorsqu’on pense à une révolution. Cela dit, tout le monde est d’accord : il y aura un avant et un après. Un tel changement de tous les paradigmes laissera forcément des traces. La question est : lesquelles ?

Mais quelque chose me dit que ce confinement ne durera pas le temps annoncé. Pour le meilleur ou pour le pire. Le système, déchiré entre son désir de visser le couvercle, et son constat d’une économie qui part à la dérive, fera forcément le mauvais choix. Forcément, parce que le seul bon choix, ce serait qu’il s’attache une pierre autour du cou et qu’il aille se jeter dans la mer (non sans avoir demandé pardon à qui de droit). Et ça, le système, c’est pas son truc. Alors, ça va forcément tanguer. Genre "socialisme ou barbarie", vous voyez ?

Comme quoi, finalement, il suffisait de tout arrêter pour que tout s’accélère.

* * *

Alors, je prends rendez-vous. Chaque mesure "exceptionnelle" qui sera prise, chaque conquête sociale qui sera "suspendue", chaque "effort" qui sera demandé (toujours aux mêmes), chaque liberté qui sera rognée... aucun ne sera rétabli d’office. Car après la crise sanitaire, viendra la crise économique - celle qui était déjà en route (virus ou pas) mais qui sera grandement amplifiée. Viendront le temps du bilan, le temps des questions gênantes, des remises en cause, qu’ils tenteront de faire taire. Tandis que les crimes internationaux sont commis en temps réel (renforcement des sanctions économiques contre l’Iran, le Venezuela, Cuba...), les anciens masques tombent déjà mais la narrative sera réécrite afin que de nouveaux puissent être portés. Mais nous, oublierons-nous qui est venu en aide, et qui a spéculé sur les pénuries, qui a fait preuve de solidarité, et qui a agit par froid calcul ? Qui a réagi en être humain et qui en psychopathe ?

Pour sûr, des résistants de la dernière heure seront présentés et célébrés comme des héros et ceux de la première oubliés. Le virus deviendra "chinois". La crise deviendra "globale". La "guerre contre le terrorisme" sera du pipi de chat en comparaison de celle qu’ils vont nous inventer. Où tout appel à la raison sera qualifié de trahison (Patriot Act version 2.0). Pendant ce temps, le contrôle des médias sera resserré, la guerre contre les fake news redoublée, tandis que les réseaux sociaux isoleront en douceur la dissidence qui sera ramenée à quelques poches de contestation où on s’échangera entre soi.

Ce jour-là, comme vous regretterez Wikileaks et Julian Assange.

Viktor DEDAJ
"Poussez pas derrière, faut pas la rater celle-là"

URL de cet article 35838
   

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le conservatisme moderne est engagé dans un des exercices philosophiques les plus anciens qui soient : à savoir, la recherche d’une justification morale à l’égoïsme.

John Kenneth Galbraith

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.