Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Gramsci, les « monstres », l’hyperpatriarcat et les intégrismes religieux.

On cite beaucoup cette phrase de Gramsci en ce moment (1) : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Gus Massiah, ce vieux militant tiers-mondiste avant d’être altermondialiste (2), l’a encore fait le 28 janvier dernier à Paris lors de la réunion de refondation de la Fondation Copernic.

On a beaucoup cité dans cette réunion de la Fondation Copernic le néolibéralisme ou le capitalisme financier comme « monstre » qui sape les quelques bases conquises (en 36, en 46, plus tard encore en France) d’une civilisation démocratique sociale et écologique pourtant largement à construire (pour mériter le nom de socialisme ou d’éco-socialisme). On a moins évoqué le FN qui instrumentalise le féminisme sans jamais parler d’égalité. Tout comme tous les intégristes religieux de la planète. Ne les oublions pas !

Contre des rapports sociaux millénaires d’inégalités hommes - femmes.

L’égalité hommes - femmes et la liberté des femmes constituent une conquête partagée par de nombreuses femmes et de nombreux hommes progressistes (qui ne se disent pas tous pour autant pro-féministes faute de s’y reconnaitre dans les différents courants), une conquête de civilisation fragile et à affermir certes, mais aussi à défendre face aux contre-mouvements réactionnaires dont le FN et les intégristes religieux qui, l’un et l’autre, refusent la liberté et l’égalité hommes-femmes au prétexte d’une différence, terme qui permet de placer une différence naturelle aussi bien que construite socialement et acceptée mais dans un cadre égalitaire.

L’ami Gus Massiah, qui ne partage pas l’ensemble de mes développements sur le sujet, m’a tendu la perche pour une intervention contre la peste intégriste qui monte d’en-bas souvent au lieu de venir des banques et des oligarchies financières. En effet il n’avait pas oublié d’évoquer la configuration présente, fort fragile, qui a remis partiellement en cause dit-il « des rapports sociaux millénaires contre les femmes ». Pour ma part, je prends appui, depuis un certain temps maintenant, sur le sociologue De Singly et son concept de « seconde modernité » pour évoquer cette « configuration patriarcale rabaissée » ou le patriarcat subsiste bien assurément, mais moins qu’avant et ou par contraste avec le passé on peut discerner nettement deux mondes.

Quel « choc de civilisation » ?

A ce propos des chocs entre deux mondes, soyons prudents et donc explicites. Il ne s’agit pas de voir ici un « choc de civilisation » – bien qu’il existe assurément – entre zones géographiques, entre un Sud et un Nord ou un Orient contre un Occident bien délimité puisque les « forces monstrueuses » oppressives qui militent, au non d’une interprétation intégriste ou fondamentaliste de la religion, sont partout tout comme d’ailleurs celles et ceux qui résistent. Les uns et les autres sont partout, dans chaque pays, dans chaque quartier. Faut dire cela en précisant évidemment qu’il existe des Etats fondés sur des préceptes religieux archaïques.

« Double impasse » (Sophie Bessis - octobre 2014) et triple combat.

Dans les pays des Révolutions arabes de 2011, il y a bien celles et ceux qui se sont mis en mouvement révolutionnaire pour virer les dictateurs et leurs appuis et pour établir un Etat de droit démocratique et un Etat social avec ds services publics travaillant pour la satisfaction des besoins sociaux populaires dans le cadre de l’intérêt général. Ce monde arabo-progressiste, de culture musulmane ou non, a mérité et mérite encore soutien, solidarité et fraternité dans son combat renouvelé non seulement contre le capital financier, prédateur du social et de l’environnemental, mais aussi – ne l’oublions pas – contre le puissant retour des « monstres religieux » ; et en retour sous plusieurs formes : djihadistes, salafistes, intégristes musulmans sexoséparatistes. Il existe aussi une gauche tout à la fois féministe, sociale et laîque qui mène un triple combat au sein des révolutions arabes (ou non) qui voient un retournement contre-révolutionnaire s’instaurer avec les intégrismes religieux. Elle mérite soutien.

Une double colonisation du monde : culturelle-marchande et culturelle-intégriste.

On évoque aisément les djihadistes comme ennemi – c’est difficile de ne pas le faire – mais on voit moins dans la société civile le travail quotidien du négatif des intégristes musulmans sexoséparatistes. Il y a, ici aussi en Europe, une sorte de « colonisation culturelle » de certains espaces via les étendards habituels de l’intégrisme religieux sexoséparatiste qui est source d’inquiétude et de rejet, tant chez les femmes que les hommes, pour ceux et celles qui ne veulent pas d’un retour en arrière sur un ensemble de droits et de pratiques.

Ce type de colonisation culturelle-intégriste se rapporte à une autre colonisation culturelle de type marchande. Sophie Bessis critique sévèrement ces deux types de colonisation du monde.

Christian DELARUE
Membre du CO de la Fondation Copernic
Fin janvier 2017

Socialisme contre une « double impasse » : sortir du capitalisme financier, sortir des intégrismes religieux.
https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/040415/socialisme-contre-une-double-impasse-sortir-du-capitalisme-financier-sortir-des-integrismes-r

NOTES

1) Gaêl Brustier sur Slate
Pourquoi citent-ils tous Gramsci ? | Slate.fr
http://www.slate.fr/story/130298/antonio-gramsci-explique

2) Gus Massiah a écrit en février 2011 (et pas en octobre 2014 comme Sophie Bessis ) « Cinq premières leçons » sur les « insurrections révolutionnaires » c’est à dire au tout début de la révolution tunisienne - décembre 2010 pour son départ - ce texte qui ne dit rien - c’est normal, ce n’est pas une critique - du rôle des salafistes ou des intégristes musulmans face aux forces laïques et féministes qui participent pleinement au combat social et démocratique.

Les insurrections révolutionnaires : cinq premières leçons - CETRI, Centre Tricontinental
http://www.cetri.be/Les-insurrections-revolutionnaires?lang=fr

URL de cet article 31495
   
Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples.

Machiavel


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.