Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

13 

Vaine menace contre l’Iran - Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale, se ridiculise

Le général Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale de Trump, continue de démontrer les limites de ses capacités intellectuelles et stratégiques. Il est allé devant les caméras pour émettre cette vaine menace :

« La communauté internationale a trop toléré le mauvais comportement de l’Iran. Le rituel consistant à convoquer le Conseil de sécurité des Nations Unies pour une réunion d’urgence et à publier une déclaration forte ne suffit pas. L’Administration Trump ne tolérera plus les provocations iraniennes qui menacent nos intérêts.

Nous ne ferons plus semblant de ne pas voir les actions hostiles et belliqueuses de l’Iran envers les États-Unis et la communauté mondiale. »

Quel est l’objectif d’une pareille fanfaronnade ?

Il est intéressant de noter que la déclaration a été publiée une heure seulement après que Donald Rumsfeld eut quitté la Maison Blanche où il avait discuté de « processus » avec Flynn et le personnel du Conseil de sécurité nationale.

Les néo-conservateurs sont bien sûr très heureux d’entendre de pareilles sottises. Obama devrait remercier Trump pour avoir mis en garde l’Iran, écrit Eli Lake. Et James Rubin s’exclame à l’unisson : le président a enfin, fait quelque chose d’intelligent en matière de politique étrangère. Pour la toute première fois, les rédacteurs néocons du Washington Post félicitent Trump et mettent en exergue la sortie puérile de Flynn.

Mais les États-Unis n’ont aucun moyen de contraindre en quoi que ce soit les 80 millions d’Iraniens. L’administration Bush l’a compris (c’était une des raisons pour laquelle Rumsfeld a été renvoyé), l’administration Obama l’a admis et l’administration Trump devra aussi l’accepter.

L’Iran est sanctionné par les États-Unis depuis 1979. Quelques années de sanctions unilatérales étasuniennes de plus ne changeront pas ses positions d’un iota. La « communauté internationale » soutient l’accord nucléaire et souhaite la levée des sanctions internationales. Elle n’acceptera pas de nouvelles sanctions simplement parce qu’un larbin de Trump l’a décidé.

On a besoin de l’Iran pour parvenir à la paix et combattre le terrorisme islamique au Liban, en Syrie, en Irak, en Afghanistan et ailleurs. Pour ne serait-ce que tenter d’atteindre ces objectifs sans l’Iran, il faudrait des centaines de milliers de soldats américains. Et ils ne serviraient sans doute à rien, si l’Iran décidait de ne pas les soutenir. Car, en réalité, on ne peut rien faire au Moyen-Orient sans l’Iran. Bien que ce pays ne soit pas vraiment en mesure d’intervenir activement dans d’autres pays, il peut dresser partout des obstacles de nature à bloquer les solutions que les États-Unis essaient de mettre en œuvre.

L’Iran répondrait à de plus petites attaques directes des États-Unis par des attaques de ses forces par procuration ailleurs. Les troupes américaines en Irak et en Afghanistan, en particulier, et leur ravitaillement, seraient en grand danger. Une attaque massive contre l’Iran lui-même entraînerait la destruction de bases militaires américaines au Koweït, au Bahreïn, au Qatar, en Oman et en Arabie saoudite. Les navires étasuniens empruntant le détroit d’Ormuz deviendraient des cibles faciles.

Un quelconque mouvement des États-Unis contre l’Iran ne recevrait pas vraiment d’appui international. Envoyer le destroyer lance-missiles USS Cole sur la côte yéménite tout en fantasmant sur le minage Houthi des eaux territoriales apparaîtrait comme une resucée trop évidente de l’incident du « Golfe du Tonkin ».

Un mouvement militaire significatif contre l’Iran serait une faute stratégique désastreuse de politique étrangère, aussi grave que l’attaque de l’administration Bush contre l’Irak. Cette attaque a renforcé la position de l’Iran sur le long terme. Une attaque contre le pays lui-même aurait le même résultat, dans de plus grandes proportions encore.

Les membres les plus adultes de l’administration Trump savent tout cela. Mathis, le secrétaire à la Défense, qui n’est pas un ami de l’Iran, a tiré le tapis sous la vaine menace de Flynn :

Le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, a déclaré samedi que la menace du programme de missiles de l’Iran n’exigeait pas actuellement de réalignement des forces américaines au Moyen-Orient, une déclaration qui revenait quelque peu sur la forte mise en garde que la Maison Blanche venait juste de prononcer contre Téhéran.

Le commandement central des États-Unis pour le Moyen-Orient n’a même pas été informé de la menace que Flynn allait lancer contre l’Iran. Ses paroles n’ont apparemment pas reçues l’aval de l’Administration.

Serait-ce pour prouver qu’il est capable de faire partie de l’Administration que Flynn s’est lancé en franc-tireur dans de telles menaces ? Ou a-t-il été poussé par d’autres personnes à dire ces sottises ?

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/02/national-security-advisor-flynn-i...
URL de cet article 31494
   
« Arabesque américaine » : Printemps Arabe ou révolutions colorées fomentées par les USA ?
Ahmed BENSAADA
Souvent évoqué, parfois décrié, mais rarement analysé, le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe fait enfin l’objet d’un travail sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Arabesque américaine* est l’ouvrage d’Ahmed Bensâada, un chercheur algérien établi à Montréal. Dès les premières lignes, l’auteur annonce la couleur « une chose est évidente : le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si je devais naître pauvre en Amérique latine, je prierais le bon Dieu pour qu’il me fasse naître à Cuba »

Manu Chao


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.