RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Iran/Etats-Unis : sanctions, chantages et extorsions de fonds (ou comment le voyou fait appliquer sa "loi")

« Celui qui contrôle le vocabulaire contrôle les termes du débat  »

Une amende, selon le Larousse, est « une sanction pécuniaire édictée par la loi en matières civile, fiscale, douanière ou pénale, consistant en une somme d’argent payable à l’État. »

L’Etat, ici, n’est pas n’importe quel Etat, mais bien l’Etat sous la juridiction duquel se trouve l’enfreignant. Je paie une amende à l’Etat français lorsque j’enfreins une loi ou une réglementation édictée par l’Etat français ou une autorité française et lorsque je me trouve dans un état de subordination à, ou sous la juridiction de, l’autorité en question. En clair : je peux rouler à 200km/h sur une autoroute allemande sans risquer une « amende » lors de mon retour en France. A contrario, ce n’est pas parce que j’ai le droit de rouler à 200km sur une autoroute allemande que je pourrais me permettre de le faire sur une autoroute française.

Un autre élément fondamental en droit pénal est que la sanction ne s’applique qu’aux actes commis après la date d’application de la loi. En clair (bis) : si la vitesse sur une autoroute en France est limitée à 130 depuis ce matin, je ne peux pas être condamné à une amende pour avoir roulé à 140 hier.

Si tout ceci vous paraît évident, et juste, c’est que vous n’êtes ni un de ces psychopathes qui gouvernent le monde, ni un états-unien.

A l’annonce de la rupture unilatérale par les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien – accord apparemment respecté à la lettre par l’Iran, les Etats-Unis ont annoncé le retour des « sanctions » et des « amendes », contre l’Iran mais aussi contre les entreprises étrangères (dont des françaises).

Ce matin, à l’antenne de France Culture, le ministre français de l’Économie, Bruno Lemaire, a eu ce cri du cœur : les mesures punitives vont « poser des difficultés à toutes les entreprises européennes (..), des difficultés économiques considérables, mais plus important encore que le problème économique, c’est le problème de principe, d’avoir des sanctions extraterritoriales ».

Un problème de principe ? C’est ça le problème avec les principes : lorsqu’on commence à les violer soi-même, ou que l’on accepte sans trop broncher que d’autres les violent (y compris à son propre détriment) peut-on, ou a-t-on le droit, de s’étonner ?

Sanctions extraterritoriales ? Sans être un spécialiste du droit international, il me semble que l’alerte aurait du être donnée en 1996, lorsque les Etats-Unis adoptèrent une loi pénale qui devrait figurer dans tous les cours de droit international (ou de droit tout court) : la loi dite Helms-Burton. Cette loi, votée par le Congrès US et ratifiée par Bill Clinton, présentait déjà deux étonnantes « innovations ».

La première « innovation » fut la retro-activité. En effet, la loi déclare « illégaux » et punit des actes commis avant son entrée en vigueur.

La deuxième « innovation » fut, justement, l’extraterritorialité ce qui signifie que, dans l’esprit des ses auteurs, cette loi s’applique à tous et partout dans le monde.

La retro-activité d’une loi pénale est par définition une horreur sur laquelle il ne me paraît pas nécessaire d’insister. Les psychopathes ont leur logique, qu’il suffit de connaître.

Quant à l’extraterritorialité, il convient de préciser qu’il s’agit d’une notion avant tout politique. Admettre l’inverse, c’est admettre la possibilité que des Français vivant en France et menant une activité totalement légale en France pourrait se voir infliger des « amendes » (et plus, pourquoi pas ?) par des entités étrangères pour ces mêmes activités. Ce serait admettre que quelqu’un pourrait être poursuivi devant un tribunal français pour la violation d’une loi... états-unienne.

En poussant le raisonnement, on pourrait se promener dans la rue en France avec un fusil d’assaut sous prétexte que la loi états-unienne m’y autorise... pour peu que la notion d’extraterritorialité soit légèrement étendue et que je fasse preuve de la même mauvaise foi. (Après tout, il n’y a pas de raison que l’extraterritorialité ne s’applique que dans un sens restrictif.)

Ou qu’une Française en vacances au Etats-Uns dans l’état de l’Idaho se retrouve en prison pour avoir pratiqué en France un avortement au-delà de la limite autorisée dans cet Etat des Etats-Unis.

Plus drôle encore : vous-vous imaginez devant un juge US en train de vous défendre pour un délit commis là-bas, en invoquant une loi française ?

Alors, comment ça marche, l’extraterritorialité ? Simple : si l’entreprise en question ne se soumet pas au caractère prétendument « extraterritorial » de la loi US, l’administration américaine procédera à des mesures de représailles, soit directement contre l’entreprise en question, soit (dans certains cas) en s’en prenant à ses filiales ou intérêts aux Etats-Unis.

Les entreprises n’ayant aucun intérêt économique aux Etats-Unis pourraient donc se croire à l’abri. Pas tout à fait. Encore faut-il que l’entreprise n’ait pas de compte dans une banque US ni dans une banque qui aurait des intérêts aux Etats-Unis et qui elle-même se rendrait « complice » aux yeux du Département du Trésor US. (On a vu la Société Générale, par exemple, fermer tous les comptes, sans préavis, d’un ami vivant en France qui effectuait des virements réguliers à sa famille à Cuba. Motif invoqué : l’embargo US contre Cuba. Des cas similaires sont nombreux.)

Bref, dans un tel contexte, il ne reste plus grand monde pour prétendre échapper aux « sanctions » états-uniennes.

La prétention à l’extraterritorialité d’une loi – punir quelqu’un qui n’a commis aucune infraction chez lui – n’est qu’un vernis posé sur un acte qui s’apparente au chantage, et la menace de s’en prendre aux filiales et aux intérêts est l’équivalent du mafieux qui vous réclame de l’argent après avoir susurré qu’il sait où vos enfants vont à l’école.

On pourrait imaginer les effets - et la situation qui se créerait – si l’extraterritorialité de leurs lois était revendiquée par tous les pays, et pas seulement les Etats-Unis.

(Notons au passage que l’application de sanctions extraterritoriales - et retro-actives en ce qui concerne le blocus contre Cuba - sont l’oeuvre des mêmes qui tentent de criminaliser de simples appels au boycott.)

M. Lemaire a dit aussi qu’il n’est « pas acceptable » que les États-Unis se placent en « gendarme économique de la planète ». Gendarme ou Voyou, M. Lemaire ?

Mais voilà, la loi Helms-Burton de 1996, précurseur en la matière, ne visait « que » la petite Cuba. Le pro-américanisme bêlant combiné avec l’anticommunisme primaire a fait le reste. Les principes furent violés. L’exemple donné. L’habitude prise. Les années passèrent et les « amendes » tombèrent. Et il ne reste au ministre français de l’économie d’aujourd’hui qu’à exprimer une sorte de désaccord boudeur dont les Etats-Unis sauront certainement lui dire ce qu’il peut en faire.

Viktor DEDAJ
qui n’applique de manière extraterritoriale que la solidarité.

URL de cet article 33349
  

Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme devrait être plus proche de la science. Dans la mesure du possible, les faits devraient être vérifiables. Si les journalistes veulent préserver une crédibilité à long-terme envers leur profession, c’est dans cette direction qu’il faut aller. Avoir plus de respect pour les lecteurs.

Julian Assange

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.