RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Journalistes tués : pour RSF les Palestiniens ne comptent pas

Israël commet le plus grand massacre de journalistes du 21ème siècle, Reporters Sans Frontières regarde ailleurs

L’association Reporters Sans Frontières se présente comme une ONG de « défense de la liberté de la presse et la protection des sources des journalistes ». En réalité, c’est un organe de propagande de l’axe du bien, c’est-à-dire des intérêts occidentaux.

C’est ce que démontre un rapport frauduleux qui vient d’être publié par RSF, qui explique qu’en 2023 « 45 journalistes et collaborateurs des médias ont été tués dans le cadre de leurs fonctions », il s’agirait du « plus bas niveau depuis 2002 » ose l’association. Selon RSF, « la baisse du nombre de journalistes tués peut s’expliquer en partie et dans certaines zones par un renforcement de la sécurité des journalistes ».

On croit rêver. Pour écrire cela en plein massacre sur Gaza, alors qu’un État procède à l’élimination systématique des témoins, en particulier des journalistes, il faut avoir un solide sens de l’audace.

Depuis deux mois, l’État israélien procède à des meurtres de journalistes et à des entraves inédites au droit de la presse. Il bombarde un territoire assiégé, empêche les journalistes extérieurs de rentrer à Gaza et cible systématiquement ceux vivant dans l’enclave, les seuls à montrer la réalité de l’horreur qui s’y déroule.

Dès la mi-octobre, une semaine seulement après le début des bombardements, 12 journalistes palestiniens avaient déjà été tués, alors qu’ils portaient des casques et des gilets bleus avec les lettres « PRESSE » parfaitement identifiables. L’armée israélienne avait déjà assassiné plus de journalistes en 7 jours que la guerre en Ukraine en un an et demi !

Deux mois après le début de l’attaque, la Fédération internationale des journalistes – une ONG mondiale représentant 600 000 journalistes dans 146 pays – dénombre 64 journalistes tués par Israël rien qu’à Gaza. Le syndicats des journalistes palestiniens parle lui de plus de 75 journalistes tués et 140 autres blessés à Gaza en deux mois !

Alors comment RSF obtient ces chiffres fantaisistes ? En affirmant qu’ils ont été tués « sans lien évident avec leur métier ». Simple mais efficace : nier les morts. RSF prétend qu’ils auraient été tués en-dehors de leur métier, mais sans aucun élément pour en attester.

En même temps, que pouvait-on attendre d’une prétendue organisation de défense du journalisme qui n’est déjà pas capable de hausser le ton quand des journalistes sont blessés ou arrêtés par la police en France ?

À la tête de RSF, on trouvait jusqu’en 2008 Robert Ménard, aujourd’hui reconverti en politicien fasciste. À présent, c’est Christophe Deloire le boss de l’association. Un proche de Macron, par ailleurs nommé par le gouvernement à la tête des « États généraux de l’information », un gadget inféodé au pouvoir. Christophe Deloire, ancien du journal de droite Le Point, est dénoncé pour sa gestion autoritaire de RSF, marquée par des départs, des licenciements et le mal-être d’une partie de l’effectif. Libération écrit que cet homme a « un pied dans les lieux de pouvoir, l’autre dans les médias ».

Derrière ce gros mensonge à propos des journalistes tués à Gaza, un exemple du racisme et du colonialisme occidental. Une pseudo ONG prétendant défendre les « droits » de la presse déshumanise les vies arabes et palestiniennes. Elles ne comptent pas, ces vies sont exclues des décomptes.

On parle souvent du corporatisme de la presse : les journalistes ont tendance à défendre leurs collègues même quand ils sont en tort, par exemple quand une éditorialiste comme Ruth Elkrief est critiquée.

Mais ce corporatisme ne résiste pas au racisme : quand Israël massacre des journalistes palestiniens par dizaines, les bonnes âmes de RSF regardent ailleurs.

Reporters peut-être, mais certainement pas sans frontières

»» https://contre-attaque.net/2023/12/14/journalistes-tues-les-palestinie...
URL de cet article 39205
  

Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.

Mikhaïl Bakounine

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.