RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Afrique du Sud poursuit Israël devant la Cour internationale de Justice pour génocide

Tout au long de la longue lutte du peuple sud-africain contre l’apartheid, il a été soutenu par des mouvements et des nations progressistes du monde entier. Le Congrès national africain et sa branche armée Umkhonto we Sizwe ont également été régulièrement condamnés comme terroristes par l’Occident, qui a continué à soutenir le régime de Pretoria et à s’opposer aux sanctions.

Sa propre expérience de lutte et de solidarité avec les opprimés est profondément ancrée dans la conscience sud-africaine et ce n’est pas un hasard si elle a été à l’avant-garde internationale pour condamner les actions d’Israël à Gaza. Il est allé encore plus loin en portant plainte contre Israël devant la Cour internationale de Justice (CIJ) pour génocide. La CIJ est un organisme des Nations Unies basé à La Haye. (L’Afrique du Sud, le Bangladesh, la Bolivie, les Comores et Djibouti ont également demandé séparément à la Cour pénale internationale (CPI) d’enquêter sur les allégations de crimes de guerre contre Israël.)

Actes génocidaires

Il y aura cette semaine une audience préliminaire de la CIJ au cours de laquelle l’Afrique du Sud cherchera à empêcher Israël de commettre des actes potentiels de génocide en cessant immédiatement ses opérations de combat. Israël ne reconnaît pas la Cour mais, dans la mesure où il prend cette décision au sérieux, il a déclaré qu’il se défendrait.

La requête de l’Afrique du Sud à la Cour déclare : « les actes et omissions d’Israël... sont de nature génocidaire, car ils sont commis avec l’intention spécifique requise... de détruire les Palestiniens de Gaza en tant que partie du groupe national, racial et ethnique palestinien plus large » et que « la conduite d’Israël – par l’intermédiaire de ses organes d’État, de ses agents et d’autres personnes et entités agissant sur ses instructions ou sous sa direction, son contrôle ou son influence – à l’égard des Palestiniens de Gaza, constitue une violation de ses obligations en vertu de la convention sur le génocide ».
Pour étayer son argument, l’Afrique du Sud cite le nombre de morts à Gaza, le déplacement forcé de civils, la privation de nourriture et les attaques contre des hôpitaux qui limitent l’accouchement en toute sécurité des bébés – la prochaine génération de Gazaouis. Il affirme également que la vie culturelle palestinienne a été ciblée par Israël et que les politiciens et les responsables israéliens ont préconisé le nettoyage ethnique des Palestiniens. Il comprend de nombreux exemples « d’incitation directe et publique à commettre un génocide par des responsables de l’État israélien ». Il s’agit notamment des déclarations du Premier ministre Benjamin Netanyahou et des ministres du gouvernement Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir. Les déclarations citées incluent des appels à rendre Gaza inhabitable et à la réinstallation de la population palestinienne en dehors de Gaza.

Les États-Unis attaquent la position de l’Afrique du Sud

Comme on pouvait s’y attendre, les États-Unis ont rejeté avec colère la décision sud-africaine. Faisant face aux réalités que le monde peut voir chaque soir sur les écrans de télévision, John Kirby, coordinateur du Conseil national de sécurité des États-Unis pour les communications stratégiques, a qualifié cette mesure de « sans fondement, contre-productive et complètement sans aucun fondement factuel ». Démontrant qu’au moment critique et malgré toute parole apparemment de modération, les États-Unis continueront à soutenir Israël.

Les enjeux sont importants pour la crédibilité de la CIJ, car elle a précédemment statué que la Russie devait mettre fin à son opération militaire en Ukraine. Si elle permet à Israël de continuer à commettre quotidiennement des atrocités à Gaza sans sanction, cela soulèvera clairement des questions quant à sa composition et à ses préjugés. La Cour compte un nombre disproportionné de juges originaires de pays occidentaux et son président actuel est l’Étasunien Joan Donoghue.

Cette décision de l’Afrique du Sud de tenir Israël responsable de ses actes donne la parole à la majorité mondiale qui condamne le génocide de Gaza et rend la vie plus difficile à ses apologistes occidentaux dont les intérêts sont liés au maintien à tout prix d’Israël comme allié. D’où la réaction des États-Unis contre l’Afrique du Sud.

Les conservateurs protègent Israël

Ici, au Royaume-Uni, Boris Johnson et d’autres ont attaqué la police métropolitaine pour avoir affiché des avis d’information dans les aéroports afin de permettre aux personnes revenant d’Israël/Palestine de signaler des crimes de guerre dans les territoires. Il s’agit d’un devoir légal de soutenir les enquêtes en cours menées par la Cour pénale internationale. Mais Johnson insiste sur le fait qu’il devrait ignorer cela et se concentrer sur les questions de maintien de l’ordre à Londres. Il n’y a pas eu un tel tollé lorsque la Met a demandé des informations aux voyageurs venant uniquement d’Israël, en omettant la Palestine, ni sur d’autres enquêtes internationales telles que les allégations contre la Russie en Ukraine.

Comme on dit au Québec, le chat est sorti du sac. C’est seulement là où Israël doit rendre des comptes que les conservateurs se découvrent soudainement une affection pour le bien-être des Londoniens. Cependant, en réagissant de cette manière, ils supposent évidemment qu’Israël est vulnérable aux allégations de crimes de guerre et qu’ils veulent essayer de le protéger.

L’avenir de Gaza

La position sud-africaine soulève également la question non seulement des actions d’Israël, mais aussi de ses intentions. Comment envisage-t-elle Gaza à la fin de ses opérations là-bas – en supposant que leur fin soit prévisible ?
C’est devenu une question de plus en plus épineuse pour les partisans d’Israël et cela provoque des divisions au sein même d’Israël. Les familles des otages craignent que l’opération ne réponde pas aux objectifs déclarés de libération de leurs proches et, en fait, plusieurs d’entre eux ont été eux-mêmes tués par l’action israélienne, y compris un groupe qui tentait de se rendre aux forces israéliennes tout en brandissant des drapeaux blancs. Il n’est pas non plus évident que ses actions parviendront à « détruire le Hamas ». Le seul résultat réel à ce jour a été la dévastation totale de Gaza, le meurtre de dizaines de milliers de ses habitants, le reste étant confronté chaque jour à la famine, à la maladie et à la mort possible. En soi, cela constitue une preuve de la véritable intention d’Israël de détruire la population palestinienne.

Parallèlement à l’éradication totale de la population palestinienne de Gaza, diverses autres possibilités ont été évoquées par des personnalités israéliennes. Yoav Gallant, le ministre de la Défense, a proposé qu’Israël garde le contrôle militaire de la bande de Gaza avec une sorte d’administration palestinienne fantoche qui dirigerait la vie quotidienne. Il suggère que les États-Unis, l’Union européenne et l’Égypte soient également impliqués. D’autres sont favorables au démembrement de la bande de Gaza, en la divisant en districts plus petits, toujours sous contrôle militaire israélien.
Les États-Unis ne font que du bout des lèvres l’implication d’une Autorité palestinienne « réformée » responsable de Gaza. Ce que cela est censé signifier, nous ne le saurons probablement jamais car Israël a rejeté l’idée. Keir Starmer, chef de file des travaillistes britanniques, a déclaré qu’Israël ne devrait pas déterminer ce qui se passe à Gaza et qu’il ne devrait pas y avoir d’occupation militaire israélienne. Cependant, son appel à une implication régionale et internationale passe à côté du point crucial selon lequel il appartient aux Palestiniens de déterminer leur propre avenir. Cela ne tient pas non plus compte du fait qu’Israël doit être défié dans sa guerre contre les Palestiniens, la première exigence étant un cessez-le-feu immédiat.

Plus la pression sur les Palestiniens est forte, plus leurs dirigeants se rassemblent. Toute solution doit reposer sur la participation et le leadership des différents groupes politiques palestiniens. Sans cela, il n’y aura pas de résultat juste pour les Palestiniens ni de paix future.

Quant à toute décision de la Cour internationale de Justice, si elle devait exiger qu’Israël cesse son action militaire à Gaza, alors la seule chose dont nous pouvons être sûrs est qu’Israël traitera cette affaire avec le mépris avec lequel il a traité toutes les autres condamnations internationales de sa politique dans le passé. La guerre continuerait, mais ce serait une guerre plus difficile à justifier pour ses partisans.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0RHDqtVR...
URL de cet article 39260
  

Même Thème
Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"On pourrait penser qu’un pays qui peut équiper chaque flic comme un soldat pourrait équiper chaque médecin comme un médecin"

Jeff Bercovici

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.