Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

C’est presque à croire que la naïveté des medias est programmée ...

L’Allemagne espionne la France : ou quand les français découvrent l’eau chaude !

L’Allemagne espionne la France, on attend toujours la réaction de Paris

Source : Actualités Politique, Monde, Economie et Culture - L’Express

Les autorités françaises ont très peu réagi après que le quotidien Süddeutsche Zeitung a indiqué que le BND allemand avait espionné le quai d’Orsay et l’Elysée pour le compte de la NSA étasunienne.

Tous les ingrédients d’un scandale international sont réunis : des écoutes par des services de renseignement et une amitié trahie. Pour l’heure pourtant, l’affaire de l’espionnage de hauts fonctionnaires français par le BND, les services de renseignement allemands, pour le compte de la NSA, ne fait pas beaucoup réagir en France.

Selon le quotidien Süddeutsche Zeitung, des diplomates du ministère français des Affaires étrangères, des fonctionnaires du Palais de l’Elysée et de la Commission européenne ont été écoutés depuis la station d’écoutes bavaroise de Bad Aibling. Selon plusieurs médias allemands, le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maiziere, qui était à l’époque chef de la chancellerie ne pouvait donc pas ignorer les activités du BND. Ce dernier a proposé de s’expliquer la semaine prochaine devant la commission d’enquête parlementaire allemande chargée de faire la lumière sur les pratiques de la NSA. L’opposition allemande accuse Berlin d’avoir menti en déclarant le 14 avril ne rien savoir d’un quelconque espionnage économique pour le compte de la NSA.

Le quai d’Orsay "en contact étroit avec nos partenaires allemands"

Ni l’Elysée ni Matignon n’ont réagi jeudi. Seul le ministère des Affaires étrangères, contacté par L’Express, répète comme un mantra être "en contact étroit avec nos partenaires allemands sur ce sujet". Sans plus de précisions.

L’opposition est elle aussi muette. "Tout le monde est en vacances", glisse un élu. Pierre Lellouche, chargé des relations internationales à l’UMP, se dit "scandalisé mais pas surpris" par les faits allégués. "C’est bien possible que les services de renseignement allemands nous aient espionnés pour le compte des Américains. De tout temps, il a existé des connivences entre services", explique l’élu qui s’est fait remarquer récemment par son opposition frontale au projet de loi de Bernard Cazeneuve sur le renseignement. Pierre Lellouche accorde "la bonne foi au gouvernement allemand" qui, selon lui, pouvait tout à fait ne pas être mis au courant de ces écoutes. "Il faut tirer tout cela au clair mais faut-il provoquer pour autant une crise diplomatique avec l’Allemagne ?", demande-t-il. "On ne va pas monter au rideau tant qu’on ne sait pas précisément ce qui s’est passé." Selon lui, l’UMP demandera "des explications" au ministre français des Affaires étrangères lors des prochaines questions au gouvernement à l’Assemblée nationale mardi prochain. Mais pas avant.
L’extrême gauche et les souverainistes en colère

Jean-Luc Mélenchon, lui, n’a pas la patience d’attendre jusque-là. Dans un communiqué envoyé jeudi, il exige que le gouvernement français convoque l’ambassadeur d’Allemagne à Paris et que François Hollande demande à Angela Merkel de présenter des excuses à la France. Le responsable politique, pas spécialement connu pour sa germanophilie, demande enfin l’ouverture conjointe d’une enquête parlementaire et d’une enquête judiciaire "pour faire toute la lumière sur ces atteintes à la souveraineté de la France".

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La France, demande lui aussi des "excuses" d’Angela Merkel "à la France et aux Français". "De son côté, écrit le député souverainiste, le gouvernement français doit défendre la dignité nationale, en réservant à cette ténébreuse affaire toute la fermeté, l’attention et le sérieux qu’elle mérite, sans se laisser intimider par la place centrale que sa voisine occupe dans l’Union européenne".

Pour sa part, le vice-président du FN Florian Philippot, sur son compte tweeter, a évoqué la "honte" que représente, selon lui, le manque de réaction de la France : " L’Allemagne a espionné la France pour le compte des États-Unis. Aucune réaction des autorités françaises : quelle honte !"

Autre "victime" de l’espionnage allemand, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a réagi jeudi : "Je ne sais pas ce qui s’est passé. Ceci devra être réglé par les autorités allemandes, y compris parlementaires, et nous verrons."

Waouuuh ! Quelle surprise ! Quel scoop ! L’Allemagne nous espionne ... Mais quel est l’abruti qui le découvre ? Quel est le simplet qui ne s’en doutait pas ?
Et en plus c’est pour le compte des États-Unis !!! Hooo ! Indignation !

Pour ceux qui s’indignent en découvrant celà : Wikipedia, vous connaissez ? Et bien, allez vous en servir pour autre chose que pour connaître la taille de Leonardo Di Caprio, le nombre d’ex-futures femmes de Georges Clooney, le nombre de buts marqués par Zlatan, le palmarés du festival de Cannes, ... et les mensurations de Nabila !

Car sur wikipedia, sans donc aller fouiller sur les sites classés "complotistes", on peut lire celà :

Liste des bases militaires des États-Unis dans le monde

Source :http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_bases_militaires_des_%C3%89tats-Unis_dans_le_monde#.C2.A0Allemagne

Cet article contient une liste non exhaustive des bases militaires des forces armées des États-Unis d’Amérique dans le monde hors du territoire métropolitain au début du XXIe siècle. Suite à des programmes de réorganisation (notamment BRAC 2005), des bases ont été fermées et de nouvelles ont été installées dans d’autres régions du monde.

Formations de la VIIe armée des EU en Allemagne de l’Ouest en 1987 :

Bases militaires étasuniennes en Allemagne en 2009 :

En 1987, la guerre était finie depuis longtemps ; en 2009, le mur était tombé depuis 20 ans. Mais il reste toujours 27 bases étasuniennes en Allemagne, dont voici la liste :

Ansbach
Bad Aibling
Bad Kreuznach
Bamberg
Baumholder
Darmstadt
Friedberg
Garmisch
Geilenkirchen (Geilenkirchen Air Base)
Giebelstadt
Grafenwöhr
Hanau
Heidelberg
Hohenfels
Illesheim
Kaiserslautern
Kitzingen
Mannheim
Ramstein Air Base
Rhein-Main Air Base (fermé le 30 décembre 2005)
Schweinfurt
Spangdahlem Air Base
Stuttgart
Vilseck
Wiesbaden/Mayence
Wurtzbourg

(Pour info : zéro base en France, une en Belgique, trois en Espagne, une en Grèce, une au Pays-Bas, une au Portugal, et quand même sept au Royaume-Uni et en Italie). Mais la somme de tous les pays d’Europe est en dessous de l’Allemagne à elle seule.

Et vous voulez nous faire croire que l’Allemagne n’est pas sous influence étasunienne ? Mesdames et Messieurs des medias, cessez donc de prendre le peuple pour des demeurés, et cessez de faire semblant de vous indigner en balançant des "scoops" qui sont des faits avérés depuis des années.

Vous, dont le métier est d’informer, sachez que l’infantilisation de vos lecteurs, que vous cultivez, n’a pour résultat que de faire grimper les statistiques du Front National. C’est ce que vous souhaitez ? Si "oui", continuez, votre carrière prend forme ; si "non", ressaisissez-vous avant que le peuple ne vous étripe un jour, au matin du Grand Soir !

L’article dans sa Niche (avec les graphiques) : L’Allemagne espionne la France : ou quand les français découvrent l’eau chaude !

»» http://forget.e-monsite.com/pages/actualites/l-allemagne-espionne-la-f...
URL de cet article 28532
   
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.