RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
33 

L’apocalypse pour très bientôt - (The New York Times)

The End - The Doors

Soudain, il est devenu facile de voir comment l’euro - cette grande expérience défectueuse d’une union monétaire sans union politique - peut rompre au niveau des coutures. Nous ne parlons pas d’une perspective si lointaine. Les choses pourraient s’effondrer à une vitesse étonnante, dans un terme de mois, pas d’années. Et les coûts - à la fois économiques et, sans doute encore plus importants, politiques - pourraient être énormes.

Cela ne doit pas se produire ; l’euro (Ou du moins sa plus grande part) peut encore être sauvé. Mais il faudra que les dirigeants européens, en particulier en Allemagne et à la Banque centrale européenne, commencent à agir très différemment de la façon dont ils ont agi ces dernières années. Ils doivent cesser de moraliser et traiter avec la réalité, ils ont besoin d’arrêter de temporiser et, pour une fois de redresser la courbe.

Je voudrais pouvoir dire que j’ai été optimiste.

L’histoire jusqu’ici : Lorsque l’euro est entré en fonction, il y a eu une grande vague d’optimisme en Europe - et il s’est avéré que ceci, c’était la pire chose qui pouvait arriver. L’argent versé en Espagne et d’autres nations, qui étaient alors perçus comme des placements sûrs ; cette inondation du capital a alimenté une énormes bulle immobilière et d’énormes déficits commerciaux. Puis, avec la crise financière de 2008, la crue a séché, causant de graves récessions dans les pays mêmes qui avaient auparavant explosé.

A ce moment-là , le manque d’union politique de l’Europe est devenu une responsabilité grave. La Floride et l’Espagne ont toutes deux connu des bulles immobilières, mais lors de l’éclatement de la bulle en Floride, les retraités pouvaient encore compter sur l’obtention de leurs chèques de sécurité sociale et de Medicare de Washington. L’Espagne n’a pas reçu un soutien comparable. Donc, la bulle a éclaté se transformant aussi en une crise financière.

La réponse de l’Europe a été l’austérité : des réductions sauvages des dépenses dans une tentative de rassurer les marchés obligataires. Pourtant, comme n’importe quel économiste sensé aurait pu vous le dire (et nous l’avons fait, oui, nous l’avons fait), ces réductions ont aggravé la dépression dans les économies en difficulté de l’Europe, en minant à la fois la confiance des investisseurs et en conduisant à une instabilité politique croissante.

Et maintenant vient le moment de vérité.

La Grèce est, pour l’instant, le point focal. Les électeurs qui sont naturellement en colère contre les politiques qui ont produit 22% de taux de chômage - plus de 50% chez les jeunes - se sont retournés contre les partis ayant appliqué ces politiques. Et parce que la totalité de l’establishment politique grec a été, en effet, victime d’intimidations pour approuver une orthodoxie économique vouée à l’échec, le résultat de la révulsion des électeurs a été la montée en puissance des extrémistes. Même si les sondages sont mauvais et la coalition au pouvoir gagnait péniblement en quelque sorte une majorité dans le prochain tour de scrutin, ce jeu est fondamentalement en place : la Grèce ne poursuivra pas, ne pourra pas poursuivre les politiques que l’Allemagne et la Banque centrale européenne exigent.

Alors quoi maintenant ? A l’heure actuelle, la Grèce connaît ce qui est appelé une "banqueroute à petites foulées" - quelque chose comme une banqueroute au ralenti, car les déposants sortent de plus en plus leur argent en prévision d’une éventuelle sortie grecque de l’euro. La Banque centrale européenne assure, en effet le financement de cette banque gérée par les prêts des euros nécessaires à la Grèce ; si (et probablement) lorsque la banque centrale décidera qu’elle ne peut plus prêter, la Grèce sera contrainte d’abandonner l’euro et d’émettre à nouveau sa propre monnaie.

Cette démonstration que l’euro est, en fait, réversible conduirait, à son tour, à mettre sous pression les banques espagnoles et italiennes. Une fois de plus la Banque centrale européenne devrait choisir de fournir ou pas un financement sans limite, si elle devait dire non, l’euro dans son ensemble exploserait.

Cependant, un financement n’est pas suffisant. L’Italie et, en particulier l’Espagne, doivent se voir offrir un espoir - un environnement économique dans lequel ils aient des chances raisonnables de sortir de l’austérité et de la dépression. En réalité, la seule façon de fournir un tel environnement serait pour la Banque centrale d’abandonner son obsession de la stabilité des prix, d’accepter et même de favoriser plusieurs années d’une inflation de 3% ou 4% en Europe (Et plus que cela en Allemagne).

Tant les banquiers centraux que les Allemands détestent cette idée, mais c’est la seule façon plausible par laquelle l’euro pourrait être sauvé. Dans les derniers deux ans et demi, les dirigeants européens ont réagi face à la crise avec des demi-mesures qui n’ont acheté que du temps, mais ils n’ont pas fait usage de ce temps. Maintenant le temps est écoulé.

Alors l’Europe va-t-elle finalement se redresser à cette occasion ? Espérons-le - et pas seulement parce qu’une défaillance de l’euro aurait des répercussions néfastes à travers le monde. Les plus grands coûts d’un échec de la stratégie européenne seraient probablement politiques.

Pensez-y de cette façon : un échec de l’euro équivaudrait à une défaite énorme pour l’ensemble de la construction européenne, la tentative de ramener la paix, la prospérité et la démocratie sur un continent avec une histoire terrible. Il devrait tout aussi bien avoir le même effet qu’en Grèce où l’échec de l’austérité a discrédité un courant politique et légitimé des extrémistes.

Pour chacun d’entre nous, alors, le succès européen est un enjeu important - pourtant c’est aux Européens eux-mêmes de s’offrir ce succès. Le monde entier attend de voir s’ils sont à la hauteur.

Paul Krugman, le 17 mai 2012.

Source : Apocalypse Fairly Soon

URL de cet article 16736
  

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.