Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


L’"effet-Dempsey"

Il n’est pas assuré que les déclarations (voir le 31 août 2012) du général Dempsey, président du comité des chefs d’état-major des forces armées US, toutes fermes sinon violentes qu’elles soient, soient pour autant exceptionnelles et sans exemple. Après tout, le comportement de l’US Navy et de certains amiraux, notamment l’amiral Fallon, notamment au cours de l’année 2007 et toujours dans le cas iranien, avec des initiatives relevant de l’insubordination à peine déguisée pour empêcher toute possibilité d’attaque contre l’Irak (voir notamment le 17 mai 2007, le 18 juillet 2007 et le 13 septembre 2007), présentent sans aucun doute les mêmes caractères de gravité et d’exceptionnalité. Nous dirions plutôt que Dempsey tombe à son heure, d’ailleurs figurant dans un courant nouveau du système de la communication à Washington (plutôt qu’un "courant d’opinion" ). D’où l’écho extraordinaire de ses déclarations.

Le cas du général Dempsey est salué avec enthousiasme par Justin Raimondo, sur Antiwar.com le 5 septembre 2012. La date est importante : la chronique de Raimondo paraît presque une semaine après les déclarations de Dempsey (elles-mêmes présentées sur Antiwar.com le 31 août 2012). Cela indique que le commentateur, qui est d’habitude très rapide à réagir à l’événement, a réagi encore plus à l’effet des déclarations de Dempsey, qu’il analyse pourtant pour ce qu’elles sont, qu’à ces déclarations elles-mêmes.

« Le président des Etats-Unis n’a peut-être pas les cojones (couilles, ndt) de s’opposer au premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mais le président du comité des chefs d’état-major lui les a —et il ne s’en prive pas !

 »Quand le général Martin Dempsey a dit aux reporters britanniques qu’il ne voulait pas que les Etats-Unis soient "complices" d’une attaque israélienne contre l’Iran, les copains de Tel Aviv ont été complètement sonnés. Cela faisait des semaines que Netanyahu et Cie racontaient à qui voulait les entendre que les Etats-Unis n’avaient pas d’autre choix que de se laisser entraîner dans une autre guerre régionale au cas où les Israéliens attaqueraient Téhéran : et cela d’un ton presque jubilatoire. En l’absence d’une réponse claire de la part de la Maison Blanche, on avait l’impression que les Israéliens nous avaient coincés : le géant américain semblait impuissant en face des habiles manipulations du pygmée israélien. C’est alors qu’est arrivé Dempsey dont la déclaration a fait voler en éclat le menaçant chantage israélien —et a jeté la panique dans le gouvernement de Netanyahu… […]

 »"La déclaration de Dempsey a changé quelque chose" — c’est l’euphémisme de l’année. Et peut-être de la décennie. Parce que c’est la première fois depuis l’époque de George Herbert Walker Bush qu’une personnalité majeure remet ce Sale Petit Pays à sa place. Cela fait des mois que les Israéliens se conduisent comme s’ils étaient une superpuissance et nous, une toute petite chose entièrement dépendante de la générosité de son bienfaiteur —et de son infinie patience.

 »Peut-être pas si infinie que ça d’ailleurs, du moins pour ce qui concerne l’armée étasunienne. Vous vous souvenez sans doute qu’avant l’invasion de l’Irak, de nombreux officiers de haut rang avaient dénoncé publiquement la folie de croire que nous pouvions transformer ce pays en une banlieue américaine en l’envahissant. Ils ont dénoncé la sous-estimation des forces armées et des autres ressources nécessaires à une occupation de longue durée et les néoconservateurs leur ont dit de retourner dans leurs casernes.

 »Ils n’aiment pas beaucoup Dempsey et après ça ils l’aimeront encore moins : à leurs yeux, il est juste un instrument de l’administration Obama. Si c’est vrai que le général Dempsey parle au nom de la Maison Blanche, et si le président des Etats-Unis ne peut plus parler en son nom propre et de sa propre autorité d’un sujet aussi vital que notre sécurité nationale, n’est-on pas tombé bien bas ? Quel témoignage du pouvoir du Lobby Israélien ! Ce n’est pas mal pour un groupe de pression qui n’est même pas censé exister..."

Plus loin, Raimondo revient sur les motifs du général Dempsey et argumente qu’il parle également au nom des militaires, qui ne veulent absolument pas d’un nouveau conflit, et certainement pas avec l’Iran (dans ce cas également, c’est bien la partie "iranienne" du propos de Dempsey qui retient toute l’attention, alors que ce qu’il dit sur la Syrie est au moins aussi important). On en revient effectivement à l’analyse selon laquelle Dempsey a agi, moitié pour les militaires, moitié et implicitement pour le président. (Nous-mêmes, le 31 août 2012 : « DEBKAFiles estime que Dempsey a agi directement suivant les consignes de la Maison-Blanche, pour qu’Obama se débarrasse une fois pour toutes de l’acharnement israélien à l’entraîner contre l’Iran. Nous ne souscririons pas à 100% à cette version, qui renvoie un peu trop à la haine farouche anti-Obama des Israéliens extrémistes, tout en envisageant qu’elle soit à moitié vraie, à moitié fausse ; c’est-à -dire l’idée que Dempsey, sans agir sur consigne expresse de la Maison-Blanche, aille tout de même dans le sens de ce qui arrange la Maison-Blanche. D’une façon plus assurée, nous penserions volontiers que Dempsey exprime surtout l’exaspération des militaires US, confrontés à des myriades de problèmes internes, toujours engagés en Afghanistan, et qui ne tiennent absolument pas à engager une nouvelle campagne majeure alors que leurs moyens et leurs forces sont à bout de souffle… »)

Raimondo enrage, à côté de cela, à propos de la "plate-forme" du parti démocrate, qui reprend les thèses pro-israéliennes de la culpabilité de l’Iran, de la menace iranienne, et toute la litanie à ce propos. Pourtant, il omet de signaler, ou plutôt la chose ne lui était pas encore connue lorsqu’il écrivit sa chronique, qu’un incident considéré comme gravissime par le conformisme-Système a marqué les dernières retouches de cette "plate-forme" . Comme le rapporte notamment The Times of Israel, le 6 septembre 2012, on s’aperçut au dernier moment que cette "plate-forme" ne contenait pas l’affirmation sacrée que Jérusalem est la capitale d’Israël : « La plate-forme contient encore beaucoup de thèses pro-israéliennes mais les Démocrates ont enlevé la mention de Jérusalem comme la capitale d’Israël, ils ont supprimé la demande que les Palestiniens retournent dans la future Palestine au lieu de rentrer en Israël et d’autres choses encore. La chose a vite circulé sur les blogs politiques et dans les principaux journaux étasuniens. Dès mardi soir, les Démocrates avaient un véritable crise sur les bras."

"A real crisis (une véritable crise)" , vous dit-on… La chose ("Jérusalem capitale…" , bla bla bla) figure sur toutes les "plates-formes" du même démocratique parti démocrate US depuis 40 ans. Et puis, là , elle avait disparu ! Où était-elle passée ? Qui était capable de le dire, dans ce méandre étrange de manipulations qui forment une "plate-forme" politique électorale ? ("Les Démocrates ont perdu le contrôle du message israélien" , écrit Times of Israel) Le formidable président Obama, l’homme de toutes les vertus adaptables dans tous les sens, intervint de tout son poids pour résoudre cette real crisis, si importante, si vitale pour la civilisation : il fallait réintroduire "bla bla bla" , et tout de suite. On vota donc (les délégués), car on est en démocratie. Re-surprise ! Il fallut trois votes successifs pour obtenir ce que la direction du parti, Obama et le Lobby IAPAC voulaient, - car, puisqu’on est en démocratie, on fait démocratiquement voter les délégués le nombre de fois nécessaires jusqu’à ce qu’ils votent dans le sens voulu par la direction, le temps d’en menacer quelques-uns et d’en corrompre quelques autres entre les votes. Cette piètre histoire, qui pourrait faire un bon film hollywoodien financé par le cirage Kiwi, avec George Clooney dans le rôle d’Obama, n’en révèle pas moins une indication d’une certaine impatience et d’une certaine désaffection vis-à -vis de la cause absolument sacrée d’Israël.

Il y a du vrai là -dedans, mais du vrai dans quelque chose d’absolument bas… Nous ne dirons pas que "la déclaration de Dempsey a changé quelque chose" , mais plutôt que l’effet des déclarations de Dempsey a signalé quelque chose. Il ne s’agit pas d’un changement d’opinion et de conviction sur Israël et les liens entre Israël et les USA, mais cela sans véritable conséquence car nous pensons de moins en moins que le cas d’Israël et des liens entre Israël et les USA (comme tout le reste, d’ailleurs) soit, pour Washington, c’est-à -dire pour le Système, une question d’opinion et de conviction, - sauf pour l’habituel mini-groupe d’hypomaniaques, hystériques, experts bien rémunérés, pro-israéliens qu’on trouve dans la capitale US. Le membre-standard du Washington américaniste ne se préoccupe plus, ni d’opinion, ni de conviction. Il s’agit d’une question de communication, un "phénomène de communication" renvoyant à divers facteurs comme le conformisme de fer évitant les risques de la pensée à former soi-même, par conséquent les nécessités de carrière, la puissance d’influence de l’AIPAC sioniste, les fonds de campagne pour les candidats, etc., qui déterminent le soutien de forme absolument hystérique (la forme remplaçant la substance) à Israël et aux liens entre Israël et les USA.

Qu’importe, - le fait est que ce phénomène de communication est en train de s’affadir, de perdre de son poids et de son brio, de s’user d’une certaine façon, exactement comme le sont, en cours d’usure, Netanyahou et la narrative permanente de la prochaine attaque-surprise de l’Iran. C’est en cela que les déclarations de Dempsey, qui reposent, elles, sans aucun doute, sur une conviction solide par intérêts corporatistes parce que les militaires n’aiment pas les exigences des Israéliens, ne sont importantes que par leur "effet" ; elles rencontrent effectivement un "courant" de communication, encore incertain et mal identifié. La cause israélienne va devoir désormais se battre de plus en plus pour garder sa première place, et être considérée comme "sacrée" . Même la puissance d’influence de ce thème de communication et l’argent qui va avec ne suffiront pas à stopper net ce mouvement d’érosion, car le Système a à sa disposition toutes les combinaisons possibles de corruption, - et il n’en manque pas, quantitativement parlant… Les dirigeants israéliens eux-mêmes, des maîtres dans l’art de la communication et de l’influence, ont d’ailleurs compris cette évolution dans ce sens, peut-être inconsciemment, car ils sont effectivement "sonnés" par les déclarations de Dempsey. (Au reste, ce n’est pas nécessairement une révolution à venir dans les relations internationales parce que ces relations sont dans le chef des USA et du Système, dans un état complet de paralysie, comme le montre le parcours sans fin de "l’attaque-surprise pour demain matin" contre l’Iran, depuis sept ans, cause "sacrée" d’Israël alors en pleine capacité d’influence.)

Nous reprendrons donc la première phrase du paragraphe précédent, à propos des déclarations de Dempsey, et la complèterons en fonction de notre jugement sur les mécanismes qui conduisent à cette vérité… "Il y a du vrai là -dedans, mais du vrai dans quelque chose d’absolument bas" , - d’absolument sans la moindre substance, d’absolument construit selon les règles de la communication-Système. Ce qui est remarquable, c’est la somme d’énergies diverses et d’affirmations pompeuses et péremptoires déployées autour de causes si complètement vides, si complètement réduites à leur seul aspect de communication (communication-Système, dans ce cas), - et c’est bien là qu’est la force du Système, sa surpuissance, - mais aussi sa faiblesse, son caractère autodestructeur, - et l’un n’allant pas sans l’autre…

Pour consulter l’original : http://www.dedefensa.org/article-l_iran_et_les_principes_d_identit_et_...

Traduction des parties en Anglais : Dominique Muselet

URL de cet article 17667
   
Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie.

Frederic Bastiat (1801 - 1850)


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.