Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

38 

L’homme qui m’a enfumé de première

Christian Picquet, se définit comme « co-fondateur du Front de Gauche, ancien responsable du courant unitaire de la LCR et du NPA, puis de la Gauche Unitaire, membre du Front de Gauche ».

Je complète : après avoir été aux Jeunesses communistes, 28 ans permanent de la LCR, candidat aux législatives contre le NPA dont il fut un responsable, candidat (élu) du Front de Gauche aux régionales en Midi-Pyrénées dans le sillage de Mélenchon, aujourd’hui membre du comité exécutif national du PCF, il vient de commettre un article au vitriol : « A quoi sert Mélenchon ? ».

Mélenchon qu’il embrassait naguère et qu’il embrasserait de nouveau s’il n’avait manqué 620 000 voix à la France insoumise. Parions, si le ciel se dégage à gauche, qu’il lui trouvera demain mille vertus.

Ajoutons (je vais y revenir, car il m’en cuit) qu’en 2012, il a été candidat à la députation en Haute-Garonne avec Danièle Gil, sous l’étiquette « Front de Gauche », tracté par Jean-Luc Mélenchon qui lui donna l’occasion de se produire avec lui en maints endroits où se trouvait la presse et devant la foule des Toulousains dans un meeting commun.

Dans sa diatribe, datée du 31 mai 2017 (1), où il s’est regardé écrire comme il s’écoute lancer ses effets oratoires comiques, Christian Picquet invoque « l’éthique » et jure qu’il n’est pas dans ses habitudes « de céder à la facilité des invectives ».

Après quoi, il prouve qu’il ne s’est pas relu.
En effet, il dénonce un « climat poisseux que ne cessent d’alourdir les insultes proférées par divers représentants de la France insoumise » , les « ignominies verbales », «  la violence hallucinante […] des partisans enfiévrés de Jean-Luc Mélenchon… », leur « hargne », « L’aveuglement sectaire de Jean-Luc Mélenchon », la « dérive personnelle » d’un « idiot utile » «  sans vergogne ».

J’ai eu l’occasion de rencontrer Christian Picquet au Conseil régional Midi-Pyrénées où j’ai déjeuné avec lui, j’ai assisté à une de ses conférences de presse. Bref, je l’ai approché, à la demande de sa suppléante, une amie communiste qui souhaitait que je leur apporte mon soutien public. Ce que j’ai fait. Depuis, je l’ai croisé plusieurs fois, mais il ne me reconnaît pas. Passons : les chiens regardent les évêques, la réciproque est rare. Et je préfère qu’il m’ait oublié.

Déjà, à l’époque, il me paraissait franc comme un âne qui recule, ridicule dans ses discours calqués sur des effets tribuniciens obsolètes depuis la fin de la 3ème république.

Pas une seconde je n’ai cru à sa sincérité.
Mais, bon, j’ai fait ma B.A. en soutenant le package : Front de Gauche d’alors, Picquet, et une vieille amie pétrie d’idéal, maire communiste (aujourd’hui en dissidence).

C’est probablement ce que j’ai fait de pire depuis 10 ans.

Maxime VIVAS

Note :
(1) Sur son blog, Christian Picquet précise que l’article a été remis à jour le 1er juin. Le titre est surmonté de cette note : "Une tribune pour "L’Humanité" . Est-ce à dire qu’il a essayé, sans y parvenir, de publier ça dans l’Huma ?

URL de cet article 31970
   
Même Auteur
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.