RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
38 

L’homme qui m’a enfumé de première

Christian Picquet, se définit comme « co-fondateur du Front de Gauche, ancien responsable du courant unitaire de la LCR et du NPA, puis de la Gauche Unitaire, membre du Front de Gauche ».

Je complète : après avoir été aux Jeunesses communistes, 28 ans permanent de la LCR, candidat aux législatives contre le NPA dont il fut un responsable, candidat (élu) du Front de Gauche aux régionales en Midi-Pyrénées dans le sillage de Mélenchon, aujourd’hui membre du comité exécutif national du PCF, il vient de commettre un article au vitriol : « A quoi sert Mélenchon ? ».

Mélenchon qu’il embrassait naguère et qu’il embrasserait de nouveau s’il n’avait manqué 620 000 voix à la France insoumise. Parions, si le ciel se dégage à gauche, qu’il lui trouvera demain mille vertus.

Ajoutons (je vais y revenir, car il m’en cuit) qu’en 2012, il a été candidat à la députation en Haute-Garonne avec Danièle Gil, sous l’étiquette « Front de Gauche », tracté par Jean-Luc Mélenchon qui lui donna l’occasion de se produire avec lui en maints endroits où se trouvait la presse et devant la foule des Toulousains dans un meeting commun.

Dans sa diatribe, datée du 31 mai 2017 (1), où il s’est regardé écrire comme il s’écoute lancer ses effets oratoires comiques, Christian Picquet invoque « l’éthique » et jure qu’il n’est pas dans ses habitudes « de céder à la facilité des invectives ».

Après quoi, il prouve qu’il ne s’est pas relu.
En effet, il dénonce un « climat poisseux que ne cessent d’alourdir les insultes proférées par divers représentants de la France insoumise » , les « ignominies verbales », «  la violence hallucinante […] des partisans enfiévrés de Jean-Luc Mélenchon… », leur « hargne », « L’aveuglement sectaire de Jean-Luc Mélenchon », la « dérive personnelle » d’un « idiot utile » «  sans vergogne ».

J’ai eu l’occasion de rencontrer Christian Picquet au Conseil régional Midi-Pyrénées où j’ai déjeuné avec lui, j’ai assisté à une de ses conférences de presse. Bref, je l’ai approché, à la demande de sa suppléante, une amie communiste qui souhaitait que je leur apporte mon soutien public. Ce que j’ai fait. Depuis, je l’ai croisé plusieurs fois, mais il ne me reconnaît pas. Passons : les chiens regardent les évêques, la réciproque est rare. Et je préfère qu’il m’ait oublié.

Déjà, à l’époque, il me paraissait franc comme un âne qui recule, ridicule dans ses discours calqués sur des effets tribuniciens obsolètes depuis la fin de la 3ème république.

Pas une seconde je n’ai cru à sa sincérité.
Mais, bon, j’ai fait ma B.A. en soutenant le package : Front de Gauche d’alors, Picquet, et une vieille amie pétrie d’idéal, maire communiste (aujourd’hui en dissidence).

C’est probablement ce que j’ai fait de pire depuis 10 ans.

Maxime VIVAS

Note :
(1) Sur son blog, Christian Picquet précise que l’article a été remis à jour le 1er juin. Le titre est surmonté de cette note : "Une tribune pour "L’Humanité" . Est-ce à dire qu’il a essayé, sans y parvenir, de publier ça dans l’Huma ?

URL de cet article 31970
  

Même Auteur
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent.

Bertolt Brecht

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.