Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La fin du contrat social

Tant qu’il y avait, en Occident, moyen d’assurer des conditions raisonnables de reproduction de la force de travail en exploitant celle dans les pays colonisés, les capitalistes occidentaux pouvaient concéder (toujours après des luttes décisives) un contrat social (RMI, sécu, retraite) afin d’obtenir la paix sociale tout en faisant fructifier le capital occidental.

Pour ce faire, les capitalistes occidentaux ont investi une partie de leurs capitaux dans les pays néo colonisés (délocalisation industrielle et transferts de capitaux) puis rapatriaient les capitaux en Occident.

La première conséquence à ce transfert de capitaux est bien évidemment les cohortes de chômeurs et de pauvres qui s’accroissent de manière exponentielle dans notre société avec comme corollaire l’accroissement des inégalités. La seconde conséquence est d’avoir fait germer une bourgeoisie nationale dans les pays colonisés qui après avoir pris le pouvoir économique, assume la gouvernance politique. Ce capitalisme naissant bénéficie de taux de plus-value bien supérieurs à ceux de leurs concurrents occidentaux. Ceci étant expliqué par le fait que les capitaux investis consacrée à la reproduction de la force de travail (salaires, services publics) est bien inférieure à la part consacrée aux mêmes fins en Occident. La Chine est bien évidemment l’exemple le plus frappant.

Mais les nouveaux pouvoirs des pays émergeants ne peuvent perdurer qu’en se constituant un empire (les occidentaux ont fait de même il y a quelques siècles). Or dans un monde fini, l’accroissement ne se fait qu’au détriment des autres impérialismes. De fait, comme la crise économique de l’impérialisme est mondialisée, il devient de plus en plus difficile pour les anciens pays capitalistes industrialisés d’exporter leurs déficits et d’importer la plus-value des pays émergents.

En conséquence, les 35 h, la retraite à 60 ans, la sécu, les services publics, c’est définitivement FINI, quelque soit le gouvernement, il ne peut pas en être autrement. Cette situation alimente les regrets ceux qui ont vu dans le capitalisme une source de progrès. Mais ce n’est pas une mauvaise nouvelle car cela va avoir le mérite de décanter la situation politique. Les valets du capital, avec dans les rôles principaux le PS et la CFDT, ne pourront plus négocier le poids des chaînes qu’il nous impose et du coup la justification de leur existence est nulle. Nous attendons tous avec impatience la PASOKification du PS. Mais on ne savourera cette victoire que si le parti qui prendra sa place sera intransigeant avec les pouvoirs (économique, médiatique et judiciaire) exorbitants du capital ce qui revient à dire que le pouvoir décisionnel sera en dernier ressort confié aux usagers et aux ouvriers mais plus à la classe parasitaire de la société. Nous nous délectons par avance des bons moments que nous allons vivre.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/2015/01/l...
URL de cet article 27912
   
Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’Occident a dominé le monde non pas par la supériorité de ses idées, de ses valeurs ou de sa religion mais par sa supériorité à recourir méthodiquement à la violence. Les occidentaux l’oublient souvent, les autres ne l’oublient jamais."

Samuel P. Huntington


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.