RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Grèce et moi.

Ah ! les chantres de « la sortie de l'euro et de l'UE » ne manquent pas d'air au sujet de la Grèce.

Savoir si « sortir de l’euro et de l’UE » serait se couper de l’Europe ou non, leur dernière peau de banane, n’est vraiment pas la question.

SYRIZA n’a pas dans son programme « sortir de l’euro et de l’UE » et n’a pas été portée aux commandes par les Grecs pour cela.

Le KKE a peut-être ces objectifs, mais il a fait 5% et rien ne porte à croire qu’il prépare avec eux une ascension fulgurante comme celle de SYRIZA.

De plus, avec ce score, s’il n’y avait pas SYRIZA, non seulement il ne couperait pas la Grèce de l’Europe, mais il l’enfoncerait encore davantage en la laissant aux mains des libéraux.

D’où la conclusion : ne pas agir comme le fait SYRIZA, c’est se couper non pas de l’Europe, mais de son propre peuple, lui ôter la possibilité de se défendre, et là-dessus il n’y a aucun doute.

De façon plus générale, une bataille est engagée, l’issue en est incertaine, elle a déjà apporté certains éclaircissements sur ce que valent l’organisation de l’UE, l’Allemagne et les gouvernements réactionnaires qui la suivent, mais nul ne devrait s’en prendre à SYRIZA qui est exposé au feu.

Même et surtout dans la perspective de son échec éventuel qui n’aurait alors été que la première phase d’affrontements ultérieurs et plus larges pour une Europe des peuples.

Qui a déjà vu jeter la pierre au dominé qui se bat, sous prétexte qu’il n’est pas le plus fort et en dissimulant le fait que l’autre option, plus radicale, est une pure évanescence ?

Se gargariser de la défaite prophétisée, sinon soi-disant constatée, ce ne sont pas des manières, pour s’en tenir au simple plan de la convenance.

Je soutiens les dirigeants et les partis du Front de gauche solidaires du peuple grec qui, en avant-garde de tous les autres, se bat pour sa peau

URL de cet article 28237
  

Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.