RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le chemin des chemins qui ne mènent nulle part

L'article « Le fil conducteur » de Ammar BELHIMER http://www.legrandsoir.info/le-fil-conducteur.html, si je l'ai bien lu, dit en substance deux choses : d'abord que les États-Unis et la France se sont fortement désindustrialisées bien que la masse des travailleurs salariés n'y ait jamais été aussi grande, et que cette masse formerait une sorte de nouvelle « classe ouvrière » ; et que d'autre part la « vraie » classe ouvrière existe toujours quoique réduite en effectifs, et que le jour où elle se mettra en branle, cela en cuira pour le capital. Ce qui, au lieu d'un fil conducteur pour le lecteur, constitue plutôt un strabisme divergent chez l'auteur.

Il faut se garder des erreurs de perspective.

Bien sûr, si l’on se limite aux populations des EU ou de la France, comme le fait l’article, le nombre des producteurs directs de l’industrie capitaliste a fortement diminué depuis telle ou telle date, 1970 par exemple.

Et pourtant, si l’on considère ce qu’était alors le nombre de ces producteurs dans le monde cette fois, en le comparant à ce qu’il est devenu aujourd’hui, que constate-t-on ? Qu’il a également diminué ? Rien n’est moins sûr.

Autrement dit, les capitaux n’ont pas de frontières, donc l’exploitation des travailleurs est également sans frontières.

Ce n’est pas un moyen secondaire pour le capital, outre les procédés connus et éprouvés pour augmenter ses profits chez lui, que d’avoir recours depuis plusieurs décennies à des forces de travail étrangères dont l’entretien journalier sur place est bien moins onéreux.

Ou encore : le travail directement productif emploie-t-il moins de monde ici ? Il suffit de regarder ailleurs pour concevoir que la masse mondiale des travailleurs en usine a spectaculairement augmenté en même temps qu’augmentait la masse des produits, mais ceci à l’échelle mondiale, et en dépit de tous les progrès que l’on constate dans l’automatisation ici.

À ces considérations, il faut ajouter que la production capitaliste n’est pas un bloc, qu’elle comporte des secteurs dont certains, dits « à forte valeur ajoutée », c’est-à-dire de haute technicité, ont plutôt tendance à rester sur le territoire et à employer une main d’œuvre d’élite qui ne se trouve pas ailleurs.

Ce n’est pas la même chose de produire un Rafale ou une centrale nucléaire ici que des paires de chaussettes ou des t-shirts, voire des automobiles, à des milliers de kilomètres.

C’est ainsi qu’apparait déjà, au degré matériel de la production elle-même, de la technique, la notion de monopole.

Fortes de leur savoir-faire, de leur culture scientifique et technique, certaines nations ont le monopole de fait de certaines productions. L’Allemagne par exemple, celui des machines-outils.

L’exemple des entraves opposées à l’Iran dans le développement de son industrie nucléaire illustre parfaitement la jalousie avec laquelle est gardé ce monopole par ceux qui le détiennent.

Placés devant une situation qui ouvre peu de perspectives révolutionnaires de prise du pouvoir par une classe ouvrière numériquement anémiée (anémiée seulement en nombre ?) deux attitudes se dégagent.

La plus couramment rencontrée consiste à envisager la quasi totalité de la population du pays comme prolétarienne puisque salariée. Plus rare, celle qui affirme que la classe ouvrière existe toujours.

Aucune n’est satisfaisante, mais il s’agit déjà d’une autre question.

URL de cet article 28562
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous vous trouvez nuls, souvenez-vous qu’il a fallu 20 ans, des milliers de milliards de dollars et 4 présidents US pour remplacer les Talibans par des Talibans

Norman Finkelstein

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.