RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les darks-vadors de l’Empire, au service de Jupiter.

Il était une fois dans un royaume aux terres riches et productives d’un « blé avenant » et d’artisans et ouvriers producteurs

Mais dont le peuple était, comme en 1789, affublé d’impôts et de taxes injustes, les conduisait à subir au quotidien les fins de mois difficiles.

Pauvreté de la solde, pauvreté du logement, précarités de l’emploi, ubérisation des contrats et marginalisation des « sans droits »,

Tandis que dans le même temps les richesses s’accumulaient en haut de la pyramide sans jamais ruisseler sur le « peuple d’en bas ».

Telle était la situation de la « République  » du monarque Macron, surnommé « Jupiter » en révérence au « Dieu de l’Olympe » imposant…

Alors, l’Histoire arrêté depuis tant de temps, depuis trop longtemps, selon la thèse de « la fin de l’Histoire », repris son cours impénitent,

Et le « gilet jaune des contraintes », du travail et des sécurités du « nomadisme salarial imposé », devint symbole de liberté et d’Emancipation,

Et comme Louis XVI, en 1789, où les gardes suisses étaient chargés de la sauvegarde d’un pouvoir en déroute politique permanente,

Jupiter, promu par les banquiers de « l’ordre juste », celui du « capitalisme propriétaire », fit appel aux « darks-Vadors » de son empire,

Car, c’est du rapport de propriété privée des moyens de production que « l’extraction de richesses » opère sa razzia sur les peuples,

Rejetant ceux-ci dans les bas-fonds du « marché du travail », des précarités sans fin, du logement cher et des « fins de mois » inaccessibles.

L’on vit alors, comme au « champs de Mars » (1791), des scène de tirs des « dark-vadors », estropier, mutiler et aussi tuer le peuple prolétaire.

Casqués, bottés, gantés, protégés et organisés en « bandes de répression » contre un peuple portant ses doléances contre les injustices…

Les mêmes que celle de 1789, injustices fiscales, injustices sociales, et injustices politiques qui font tant de dégâts sur la Nation solidaire.

La justice, comme en 1789, aux ordres du pouvoir du monarque Jupitérien, condamnait à tours de bras les « révoltés de la finance ».

Car telle est l’origine est de la violence, celle de la « finance libérée », du « marché libre et non faussé », produisant « l’ubérisation sans fin »

Des pauvretés accumulées, sur le trottoir des perditions, dormant sur le macadam des métropoles du business, des prédateurs mondialisés,

Dont les poussettes, ouvertes à tous les vents, ne servent qu’à amasser les détritus récupérés dans les poubelles de « l’Hypercentre gentrifié ».

Oui, comme l’écrivait Hugo, « C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » qui balbutie ici, à nouveau, en pire du pire.

Comme l’annonçait déjà Robespierre, celui dont la réputation de sanguinaire doit être comparé aux « violences » dénoncées des gilets jaunes,

« Le peuple ne demande que le nécessaire, il ne veut que justice et tranquillité ; les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches l’intérêt particulier »… déclamation tellement authentique, tellement historique, à l’aune des « fraudeurs de l’impôt en bande organisée »…

En ces temps de violences du Capital sur le travail, et face aux « darks-vadors » de l’Empire de Jupiter, Rappelons ici et encore notre Histoire :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré et le plus indispensable des devoirs.

Les « gilets jaunes » ne sont que la matérialisation de cette banderole, contre les « darks-vadors de l’Empire », au seul service de Jupiter.

Pour l’insurrection du Peuple, le 27 Janvier 2019, Fabrice

URL de cet article 34517
  

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.