RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Européens, ou les nouveaux Troyens

Illustration : peinture de H. P. Motte.

Chaque matin, les Troyens découvraient l’avancement des travaux. Des travaux grandioses auxquels ils ne participèrent qu’à l’insu de leur plein gré, comme si des forces supérieures veillaient à leur bonne exécution.

Il fut d’abord édifié une colossale tête de cheval. Cet animal n’était-il pas la plus belle conquête de l’homme ? Cette figure, faite des meilleurs chênes, alliait force et sagesse. Fatigués des travaux d’inutiles guerres, et jouets d’un destin sans cesse plus contraire, les Troyens laissèrent se construire, à leurs portes, le quadrupède géant.

Était-ce don pour invoquer la prospérité ?

Était-ce offrande pour conjurer la guerre ?

Certains, inspirés par la raison, conseillèrent ou de le jeter dans l’onde, ou de le livrer au feu, ou du moins d’en sonder les flancs, et de se défier de semblables présents.

Alors que la multitude incertaine se partagea en avis contraires, un inconnu s’avança. La mise soignée, le regard vif, il fendit cette foule curieuse, devenue silencieuse ; tous voulurent désormais connaître sa naissance, les secrets de son âme ; on l’engagea à parler. Il dit d’une voix émue et posée : « Je suis Sinon, je suis Troyen comme vous. C’est un privilège que d’être né Troyen. C’est un privilège que d’être né dans notre Cité, qui est tant en avance sur les autres. Cette œuvre qui s’est construite chaque jour devant nous sera le garant de la prospérité, et de la paix. Nous avons connu trop de guerres inutiles. Nous avons cru connaître la Der des Der, nous avons subi sa terrible suivante. Il nous faut maintenant conjurer ce sort funeste qui nous accable. Cette construction est là pour cela. »

Comme Sinon parla sans détour, on lui demanda : « Pourquoi le cheval ? Quel homme en dessina la structure hardie ? Est-ce une offrande ? ».

Il répondit : « Ce cheval est bien plus qu’un symbole, c’est un bouclier, un palladium du meilleur bois. Nous sommes devenus bien trop petits pour le monde actuel. Il nous faut être à la mesure de nos concurrents d’aujourd’hui, et de ceux de demain. Cette monumentale construction est notre grand espoir et notre grande chance... »

Ainsi s’exprima longuement Sinon. Il décrivit et le colosse et l’objectif. Il parla abondamment et de la chose et du mot. Avec une aisance telle que l’on eût pu croire que ce simple mortel en fut le génial inventeur. Ainsi, ses mots choisis, triomphèrent-ils d’un auditoire acquis à la paix et à la prospérité. Les artifices, les affirmations insidieuses eurent raison de leur défiance. Ils furent pris par les mots, ils ignorèrent tout de la réalité du personnage, ils ignorèrent le secret de ses affaires, ses inavouables fréquentations.

Comme le cheval avait fier allure, comme il était abouti, il ne restait qu’à le conduire au sein de la Cité.

Puisque l’énorme édifice de rouvre ne put passer par les portes, les Troyens pratiquèrent une brèche dans leurs murs et ils ouvrirent les remparts de leur cité. Tout le monde se mit à l’ouvrage : on glissa des roues sous les pieds du cheval, et on lui mit au cou des cordages solides. La fatale machine franchit les murs, portant dans ses flancs le funeste destin. Des enfants et des jouvenceaux l’escortèrent, chantant l’hymne à la joie, s’amusant de leurs mains fébriles à toucher le grand câble. Elle s’avança et, impressionnante, elle glissa jusqu’au centre de la Cité. Ô patrie ! Ô Troie ! Quatre fois elle s’arrêta au seuil des portiques, et quatre fois dans ses flancs retentit un bruit suspect. Ils poursuivirent cependant sans rien voir, et en proie à une fureur aveugle, ils placèrent le monstre néfaste dans la citadelle consacrée. Le ciel tourna, et la nuit s’élança de l’Océan enroulant d’une grande ombre et la terre et le ciel. Les Troyens se turent ; le sommeil envahit leurs membres fatigués.

Par une lune silencieuse, la main traîtresse de Sinon libéra furtivement ceux qui furent enfermés la veille dans les flancs du cheval : celui-ci les rendit à la lumière, et l’on vit tout joyeux trente mille soldats (1), sortis comme par magie de la machine fatale. Ils glissèrent le long du câble avant de se répandre dans la Cité endormie, où ils purent commettre, impunément, leurs obscures besognes.

Ainsi fut la ruse de Sinon. Ainsi sombra Troie.

La prospérité pour une aristocratie, la précarité pour beaucoup, la pauvreté tel un insondable précipice, et les conflits : ce fut ainsi, dorénavant.

Virgile et « Personne  »

Notes et extraits :

1 – Comprendre : ’’trente mille lobbyistes’’, à la solde de...

2 – Les passages repris sont extraits du livre II des Énéides par Virgile, traduction M. Rat. : épisode du ’’Cheval de Troie’’, cheval monumental en bois, conçu par les Grecs pour pénétrer dans la cité des Troyens et pour les détruire.

3 – Extraits de ’’Mémoires’’, Jean Monnet :

a- « Nos pays sont devenus trop petits pour le monde actuel, à l’échelle des moyens techniques modernes, à la mesure de l’Amérique et de la Russie aujourd’hui, de la Chine et de l’Inde demain. L’unité des peuples européens réunis dans les États-Unis d’Europe est le moyen de relever leur niveau de vie et de maintenir la paix. Elle est le grand espoir et la chance de notre époque. Si nous y travaillons sans retard et sans relâche, elle sera la réalité de demain. » (chap. XV)

b- « La liberté, c’est la civilisation. La civilisation, c’est : les règles + les institutions. Et tout cela parce que c’est le développement de l’homme qui est l’objet essentiel de tous nos efforts et non pas l’affirmation d’une patrie grande ou petite. 1. C’est un privilège que d’être né (homme). 2. C’est un privilège que d’être né dans notre civilisation. […] 5. Il nous faut maintenir notre civilisation qui est tant en avance sur le reste du monde. » (Chap. XX)

c- « Ceux qui ne veulent rien entreprendre parce qu’ils ne sont pas assurés que les choses iront comme ils l’ont arrêté par avance se condamnent à l’immobilité. Personne ne peut dire aujourd’hui la forme qu’aura l’Europe où nous vivrons demain, car le changement qui naîtra du changement est imprévisible.[...] C’était le Kon Tiki dont l’aventure avait passionné le monde et où je voyais le symbole même de notre entreprise. ’’Ces jeunes hommes, expliquais-je à mes visiteurs, ont choisi leur direction, puis ils sont partis en sachant qu’ils ne pourraient plus faire demi-tour. Quelles que soient les difficultés, ils n’avaient plus qu’une ressource : continuer d’avancer. Nous aussi, nous allons vers notre but, les États-Unis d’Europe, dans une course sans retour.’’ [...] Comme nos provinces hier, aujourd’hui nos peuples doivent apprendre à vivre ensemble sous des règles et des institutions communes librement consenties s’ils veulent atteindre les dimensions nécessaires à leur progrès et garder la maîtrise de leur destin. Le nations souveraines du passé ne sont plus le cadre où peuvent se résoudre les problèmes du présent. Et la communauté elle-même n’est qu’une étape vers les formes d’organisation du monde de demain. » (Chap. XXI, fin du livre)

d- « Réaliste qu’il était, Monnet est parti des intérêts économiques sans cependant jamais renoncer à son objectif visionnaire d’aboutir à une entente plus large entre les hommes et les peuples d’Europe qui s’étendrait à tous les domaines. » (Annexe)

4 - https://legrandsoir.info/les-pietres-fondateurs-de-l-europe-ces-heros-...


URL de cet article 31411
  

Même Thème
Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« LIBERTE. »

George W. Bush - Janvier 2005
mot prononcé 40 fois lors de son discours d’investiture qui a duré 20 minutes,
soit une moyenne d’une fois toutes les 30 secondes...

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.