RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les raids enragés des guácharos.

Dans le parc national Alejandro de Humboldt, non loin de Caripe, dans le nord-Est du Venezuela, se trouve une grotte appelée « Cueva del gu ­ácharo ».

Elle est ouverte aux touristes sur 1200 mètres. La légende dit qu’elle se termine au Brésil. On y accède par une immense voûte qui se continue en rétrécissant. Venus de l’obscurité et amplifiés par l’écho, en jaillissent des cris effrayants, mélange de grognements de bêtes sauvages, de rires de sorcières, de ricanements de diables et diablotins qui vous persuaderaient que là est la porte des enfers.

On hésite à faire dix pas en avant, surtout quand on écoute le guide raconter qu’un jour il est entré avec 15 touristes et est ressorti avec 14. Il s’esclaffe et ajoute que le manquant s’était attardé et attendait dans le noir. Même pas dévoré tout cru par des monstres, ni rôti dans les flammes souterraines !

En fait, vivent dans cet antre des milliers d’oiseaux appelés guácharos. Ils sont jusqu’à 15 000.

Rien à voir avec les chauve-souris. Les guácharos sont parés de plumes aussi lisses, colorées et douces au toucher que la couverture d’un magazine français. Leur cri est un moyen d’« eco-localización », explique le guide. Un sonar..

Les guácharos sortent la nuit en bandes bruyantes, escadrilles serrées capables de masquer de leurs ailes la lueur de la lune. Les querres-querres, oiseaux au jaune plumage qui, dans la journée, volètent paisiblement d’arbre en arbre aux alentours, ne leur cherchent pas querelle. Trop paisibles et numériquement inférieurs.

Toute la nuit, en des raids enragés, les guácharos vont faire provision des graines dont ils se nourriront et nourriront leurs petits dans la grotte. Ils s’empiffrent, croissent et se multiplient.

Cependant, ils n’occupent pas durablement les territoires où ils vont faire leurs emplettes. Ils n’emportent dans leur bec que la nourriture nécessaire. Ils ne tuent, ni ne détruisent. Pas davantage, ils n’humilient.

Ils sèment sur leur passage leur fiente fertilisante et quelques plumes pour égayer les chapeaux ou marquer les pages des livres.

Bref, ce ne sont que des voisins un peu sans gêne qui poussent trop la sono après vingt-deux heures.

Il ne leur est jamais venu à l’idée d’établir trois, cinq, sept postes avancés pour contrôler les 181 hectares du parc et y préparer une attaque contre les autres espèces au plumage et au mode de vie différents. Ni même d’assurer leur embonpoint par la famine des autres.

C’est pourquoi, de mémoire de querre-querre, et même si le locataire de la grotte a la taille d’un faucon, aucun oiseau de la forêt ne s’est jamais écrié : « Guácharo go home ».

Maxime Vivas
au Venezuela

URL de cet article 9532
  

Même Auteur
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples.

Machiavel

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.