RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre ouverte à M. le Président de Solidarité Laïque

« Pour cette rentrée scolaire, (...) nous avons choisi d'aider les enfants de Mayotte (...) Tout le système éducatif de ce 101e et plus récent département français est à refonder. Tous les indicateurs sont au rouge, etc. »

Monsieur Dominique THYS
Président de Solidarité Laïque

Monsieur le Président,

Comme vous le rappelez dans votre message, Mayotte est un département français.

Et comme je suis un citoyen français et que je paye donc mes impôts, je trouve particulièrement odieux que les « pouvoirs publics », comme vous nommez pudiquement l’actuelle équipe au pouvoir dont les responsables se disent socialistes, laissent ce territoire dans un état de dénuement tel qu’il faille en appeler au don pour améliorer un peu (« 1 cahier, 1 crayon ») les conditions de la rentrée scolaire.

Bref, si je fais le don ci-joint ce n’est qu’avec la plus extrême réticence et avec l’objectif d’agir par ailleurs avec tout ce qui est en mon pouvoir de citoyen pour mettre un terme à la nocivité de ceux qui nous gouvernent actuellement.

Afin qu’une politique de gauche, c’est-à-dire réellement digne et généreuse, et non pas au service de l’argent se mette enfin en place. Afin qu’auprès des Français de Mayotte je me sente digne d’être Français.

En attendant ce jour, croyez bien que je suis entièrement solidaire de votre collectif dans toutes les démarches qu’il pourrait entreprendre auprès de nos dirigeants.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués

Mauris Dwaabala

P.S. L’école publique est ouverte à tous les enfants, du primaire au lycée, l’école coranique, organisée par les autorités musulmanes dans un lieu réservé, où habite parfois le fundi chargé de leur apprentissage du coran. La pédagogie consistant à leur faire apprendre et réciter par coeur des sourates entières en arabe, écrites sur des tablettes en bois ou sur leurs livres. Le fundi sur les photos de droite est muni d’un cable utilisé comme un martinet pour menacer ceux qui ne parlent pas assez fort ou qui flanchent. Parfois, comme sur la photo ci-dessus à gauche à M’Bouini, le cours est donné dans la rue sous l’autorité d’une bouéni.

Tous les âges sont présents dans le cours, de l’enfant de 3 ans qui dort sur sa natte, au grand adolescent qui se charge de quelques petits. De l’aveu d’un clandestin, il leur est impossible de refuser d’envoyer leurs enfants à l’école coranique, il faut comme dans toute chose faire comme tout le monde sous peine d’exclusion du village, ce qui leur est impossible pour leur survie.

Source : http://www.nougaret.com/pages/mayotte-lesenfants.htm

* « Solidarité Laïque est un collectif qui rassemble plus de 50 organisations, associations, coopératives, syndicats, fondations, mutuelles, proches de l’école publique et partageant nos valeurs. »

URL de cet article 26845
  

Même Thème
Islamophobie. Comment les élites françaises construisent le "problème musulman"
A. Hajjat et M. Mohammed
Les connaissances sur l’islam produites par différents acteurs appellent généralement une action politique pour « résoudre » le « problème musulman ». En ce sens, les conditions de production des connaissances sur l’islam peuvent être déterminées par la « solution » envisagée, et cette « solution » peut varier considérablement en fonction du diagnostic que l’on fait de la réalité sociale. Les mythes propagés par les experts sécuritaires et certains intellectuels médiatiques s’accompagnent souvent d’appels au (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.