RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre publique à mon amie Marie-Pierre Vieu, dirigeante nationale du PCF, et tarbaise à qui mon amitié reste acquise, malgré ses fluctuations politiques

Chère Marie-Pierre,

Tu as écrit ce jour mercredi 14 décembre 2016 dans l’Humanité une phrase qui restera historique : « L’unité de la gauche redevient une exigence car perçue comme le seul moyen d’éviter le pire. ». Bravo ! Tu parles d’unité, et pas « d’union ». C’est rassurant ! A la première lecture, je croyais que ton papier était un canular.

Donc, si je comprends bien, tu nous proposes, à nous communistes, une nouvelle danse du ventre devant les restes du PS, et de ses candidats à la « primaire » qui visent davantage le contrôle d’un parti en ruines que des constructions véritablement de gauche, de rupture avec le système capitaliste. Ils pourront d’ailleurs bientôt monter une équipe de football.

Pour parvenir à des « constructions majoritaires », tu nous incites donc à faire une fois de plus le trottoir de la « socialo-dépendance ».

Nous serions, si nous te suivions, embarqués dans ce que le PS pratique depuis longtemps : se servir du Front national comme repoussoir, comme épouvantail, après l’avoir fait monter dans le sens du poil, pour mieux contraindre l’électeur au « vote utile ». Ce qui fait monter le Front national, c’est d’une part l’absence d’alternative « anti-système », de classe, notre assimilation à ce que l’on appelle en Espagne « la caste » (nous aussi !), et d’autre part notre éloignement des milieux populaires. Nous devrions apparaître comme « différents », porteurs d’utopie, d’idéal, d’éthique, de souffle révolutionnaire. Nous en sommes malheureusement loin.

A te lire, face à la gravité de la situation, ceux qui ne partageraient pas ton point de vue tomberaient dans « le parti-pris disqualifiant  ». C’est précisément le flou qui entoure notre positionnement, notre manque de radicalité, de lisibilité, qui poussent les électeurs les plus désespérés vers des options qui leur semblent, à tort, « plus efficaces ». Ils nous disent « avoir tout essayé », et sont en passe d’opérer un vote de colère instrumentalisée.

C’est à tous ceux-là qu’il faut répondre, c’est tous ceux-là qu’il faut reconquérir, concrètement. Il faut s’engager dans la campagne électorale, franchement, et pas à contre-cœur, avec un projet communiste anti-capitaliste, et cesser de soutenir Mélenchon avec des préventions. Et comment soutenir Mélenchon, tout en prônant le vieux piège à mouches  : l’union de la gauche. Fais gaffe, Marie-Pierre, tu risques les déchirures musculaires, avec de tels grands écarts. On a déjà donné. Quelle « gauche ? » Pour quoi faire ? Avec quel programme ? Pour aller vers quoi ? Quelques miettes pour quelques uns, ou des transformations sociales profondes pour tous ?

Effectivement, l’heure est grave, et notre responsabilité d’autant plus grande. Je connais ton attachement au Parti, les combats que nous avons menés ensemble. Tu es une dirigeante nationale, il nous reste peu de munitions, ne les gâchons pas. Soyons pleinement nous-mêmes, et ouverts ; l’unité se pose en en terme de mouvement social, en bas, de convergence dans les luttes contre le capitalisme, pour des changements structurels, loin, très loin, des calculs d’appareil, des formules creuses et usées.

Jean ORTIZ

URL de cet article 31312
  

Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.