RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Marie-Jean Sauret. Le fil politique (1991-2022)

Une compilation remarquable qui rend compte d’un parcours intellectuel et politique foisonnant sur une période de trente ans.

Universitaire, Marie-Jean Sauret est connu, à Toulouse et bien au-delà, comme un psychanalyste engagé au sens où il inscrit en permanence sa pratique dans la société et où il décrypte (je sais : ce verbe est galvaudé par les médias de masse, mais dans le cas présent, il n’y en a pas d’autre) les faits sociaux et politiques par le filtre de la psychanalyse.

Ce qui me semble être le combat de tout une vie chez Sauret, c’est la défense des particularismes (singuliers ou collectifs), de la singularité des individus dans le cadre d’une vision globale de l’humanité, en tentant de répondre à ce questionnement métaphysique vertigineux : « Sur quoi régler mon pas ? »

L’auteur, qui ne se cache pas derrière son doigt, s’inscrit dans la filiation de Freud et de Lacan. La psychanalyse fut inventée par Freud, non pas en tant que “ science juive ” (Freud étant de toute façon agnostique) mais sans qu’il cède sur sa particularité, sa judéité, parfois au péril de sa vie. Pour tenir les deux bouts de la chaîne, comme l’ont fait ses contemporains viennois d’origine juive (Zweig, Musil etc.), Freud, par et grâce à la psychanalyse, s’est appuyé sur sa particularité en inventant un moyen propre de la loger dans la collectivité.

Toujours sans se cacher derrière son doigt, Sauret – et c’est là le second fil conducteur de ce florilège – dénonce à mille reprises ce qui est pour lui l’ennemi principal de l’humanité : le capitalisme. Un système qui ne cesse de s’accroître « sans considération pour la communauté des hommes », un Rapetou qui dérobe à la collectivité des centaines de milliards lorsqu’il est en crise alors qu’on ne trouve nulle part dans le monde trois francs et six sous pour venir en aide aux retraités les plus pauvres et, plus globalement, un système qui prouve que, désormais, l’économique a pris le pas sur le politique et exerce un pouvoir total, pour ne pas dire totalitaire, en détruisant les relations entre les humains. La tête de pont de ce capitalisme désormais “ libéral ” étant l’impérialisme étasunien qui a réussi – en moins d’un siècle – à être « le monde » par son génie propre et par « la servitude lâche des gouvernements picorant les miettes du banquet ». Et ce même si les capitalistes se font quotidiennement la guerre : pour l’instant, en temps de paix, à la Bourse.

Le capitalisme est parvenu à être – en tout cas à nous faire croire qu’il est – une “ civilisation ”, en formatant les individus, en faisant de l’homo economicus un homo neuro-economicus. Ce nouvel homo (il fallait bien que je le place) est un homme machine « performant, efficace, durable, peu consommateur d’énergie, et pourtant consommateur des biens du marché ». Sous toutes les latitudes, on existe car on consomme : de la Chine à l’Arabie en passant par la Russie ou l’Europe occidentale. Et contrairement à ce qu’avait envisagé Marx, les prolétaires, au lieu de s’unir contre ce système qui les exploite, volent quotidiennement à son secours.

Dans un texte remarquable de 2009, Sauret – bien conscient que nommer le monde c’est le tenir dans sa main – décortique la novlangue du capitalisme, avec ces mots et expressions qui signifient le contraire de ce qu’ils disent ou qui dérobent, qui “ raptent ” (les Rapetou) les mots en les resémantisant de manière biaisée. Il donne des dizaines d’exemples des pièges de la langue d’où l’on ne peut plus s’extirper : “ indice de croissance négative ” pour “ crise économique ”, “ immigration choisie ” pour “ refus de l’immigration ”, “ gens modestes ” pour “ pauvres ”, “ exclu ” pour “ opprimé ”, “ salarié ” pour “ ouvrier ” ou “ travailleur ”, “ couches sociales ” pour “ classes sociales ”, “ néolibéralisme ” pour “ capitalisme ”, “ réforme ” pour “ casse ”.

Dès lors, il urge de se désaccoutumer (l’auteur utilise le verbe qui sonne anglais “ désaddicter ”) du capitalisme, perçu comme une drogue ou comme l’adjuvant suprême. Il faut, selon la formule de Pierre Bruno, autre psychanalyste lacanien, « mettre le capitalisme hors de nous ». C’est mal parti, en témoigne le besoin qu’ont eu les politiques européens d’institutionnaliser officiellement l’économique, comme quand ils font de l’équilibre budgétaire une obligation constitutionnelle. Mais en bons toutous du système bancaire, ils oublieront cette obligation lors du déclanchement de la première pandémie venue.

Le capitalisme évalue la valeur de chacun et les rapports entre les humains uniquement en termes marchands. La conséquence est que « la force, le pouvoir, reviennent dans le réel » en se substituant au Droit, à la loi. D’où, par exemple, cette politique infiniment trompeuse qui prétend régler le déficit de la Sécurité sociale, non par la solidarité, mais par le marché. D’où l’Éducation nationale (y compris l’université où les droits d’entrée ne cessent d’augmenter) qui fonctionne désormais comme une entreprise libérale de « commercialisation de compétences et de connaissances » permettant aux individus de se vendre sur le marché de l’emploi. Il n’est pas neutre que le banquier qui nous gouverne ait nommé à la tête du Conseil scientifique de l’Éducation nationale le neuro-scientifique Nicolas Dehaene, favorisant le scientisme, la gestion des universités par des algorithmes, l’idéologie de l’homme augmenté.

Autre destructeur de l’humanité, selon l’auteur : le terrorisme car il récuse tout discours, tout lien social. Marie-Jean Sauret propose une analyse qui risque de perturber certains : l’abstentionnisme électoral et la montée du djihadisme, dans ce que l’on nomme en novlangue les “ banlieues ”, sont concomitants, sont le constat de ceux – parmi d’autres – qui ont observé que le monde se dégradait parce que les politiques avaient abandonné devant l’économique. Ils se tournent alors, les adolescents en particulier, vers les “ vendeurs de sens ”. L’auteur constate alors de manière radicale que « si l’on se suicide plus dans les pays riches que dans les pays pauvres – phénomène à mettre en parallèle avec l’origine sociale de la majorité des convertis au radicalisme islamique – c’est précisément que la faillite des idéaux joue sa partie autant que la misère économique. La capitalisme tue. »

Avant de tuer, il asservit. L’ordolibéralisme – concept forgé par des universitaires allemands dès 1932 – défait la démocratie « au profit d’une gouvernance par traités irréversibles ». La prolétarisation, la fin des solidarités induisent « le culte de l’individualisme et de la compétition ». Le capitalisme met l’humanité en couple réglée.

Pour finir, deux petits bémols. J’aurai un point de désaccord avec Marie-Jean Sauret lorsqu’il dit que l’être humain naît deux fois : d’abord en tant que création biologique (au même titre que les blattes, par exemple), puis en tant qu’être de parole. Je partage l’opinion de la majorité des linguistes pour qui il n’y a qu’une seule naissance. L’être humain naît dans la langue. Selon un processus évolutif, bien entendu. Le temps qu’il passe de la production de cris à celle de mots (et d’une grammaire) lui permettant de nommer le visible et l’invisible, qu’il soit terrestre ou céleste. Même s’ils communiquent, on n’a jamais réussi à faire parler des singes. Ils n’ont pas le bon gène. Pour s’entendre, les singes s’épouillent. Les hommes se parlent. La langue n’est pas un ustensile parmi d’autres, disait Heidegger.

Par ailleurs, dans un article du 21 mars 2022 pour Politis : “ Préférez-vous l’extrême droite (ou Macron) à Jean-Luc Mélenchon ”, Marie-Jean Sauret a abdiqué devant son coauteur – un certain Jean-Marie Lelièvre – qui lui a imposé l’écriture inclusive dont il propose (sans abdiquer) une critique brillante : « La difficulté, c’est la tentative de loger le réel du sexe dans la langue en le réduisant à un genre grammatical, et en tentant une écriture qui en disent deux à la fois. Pas suffisant pour ceux qui ne se reconnaissent pas et inventent un mot qui les laisserait dans l’indéfinition : “ iel ”, mais il se trouvera bien quelqu’un pour critiquer qu’il ait une allure masculine (il commence par i et finit sans e)… » J’ajoute que dans ce texte en écriture inclusive, les auteurs, offrant des verges pour qu’on les batte et incapables de pratiquer cette nouvelle religion comme il convient, mettent un terme à leur effort au bout de 10 lignes, épuisés par un “ chacun.e ” et par un “ un.e journaliste ” . Pathétique, j’en ai les larmes (de joie) aux yeux.

Éditions le retrait, Orange, 2022.

Illustration : Marie-Jean Sauret en compagnie de Pierre Lemaitre et moi-même en 2014. Photo de Raphaëlle Gensane


URL de cet article 38489
  

Même Auteur
Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.