RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mépris était son nom

‘‘Vous me mettez le paquet quand il dira « ce que je veux… c’est que vous… partout… vous alliez le faire gagner… parce que c’est notre projet ». C’est compris ?’’

Une fois n’est pas coutume, je vais me faire critique de cinéma et évoquer un film toujours à l’affiche, pour de longues semaines encore.

Mépris était son nom, c’est l’histoire d’un mec bien né à qui tout semble réussir. Et qui à la faveur d’un concours, d’un concours de circonstances devient président.
La sortie du film, ou l’entrée à l’Élysée, c’est pareil, a été précédée par une intense campagne. Une campagne promotionnelle du tonnerre de Zeus pour les hellénistes, de la foudre de Jupiter pour les latinistes ; pour les illettrés : demandez aux alcooliques.

J’aurais du mal à définir le genre cinématographique. C’est franchement inclassable : « ce n’est pas de droite, ce n’est pas de gôche ». Ce n’est pas un film politique sérieux : trop de novices sans caractère suivent un mouvement qui n’a pas d’idéal et où chacun vient avec ses « mélokos ». C’est plutôt à ranger du côté des grosses comédies franchouillardes, du côté des farces et attrapes. Bien sûr, de nombreux effets spécieux sont utilisés, ils nous feraient prendre des vessies pour des lanternes.

C’est l’histoire d’un mec, disais-je, ou plutôt d’un pur produit d’une élite, que l’on va suivre durant un quinquennat. Quinquennat qui commence par une colossale duperie et qui finira pa... Oups ! j’ai failli manger le morceau et révéler la fin.

Ce film est un mélange de grandiloquence car la scène de l’intronisation est digne des plus grands péplums, et de testostérone car les poignées de mains sont viriles à souhait. Mais parfois le scénario semble pécher par excès de confiance, par manque d’anticipation, par inexpérience. Le rôle principal, autour duquel s’articule le film, semble manquer de profondeur, de sagesse, d’humanité ; son goût pour les riches est caricatural ; son idée de faire de ses sujets des millionnaires est ridicule.

Même si ses échecs, qui ne tardent pas, le rendent plus humain, ses tentatives humoristiques, loin de le grandir, le ridiculisent. Avec les premiers couacs, la situation devient cahin-caha, le moral couci-couça et ses histoires de kwassa-kwassa font de sérieux dégâts.

Notre héros devient un incompris, son humour à deux balles lui revient comme un boomerang ; finalement celui qui se voyait déjà au sommet, ne montre plus que ses fêlures, ses faiblesses, ses lacunes en géo et sa vraie nature ; au fur et à mesure, il n’est plus que le jouet fardé d’un système qui le manipule.

Nonobstant ses maladresses, le film offre un moment savoureux, une scène sensuelle : « tu l’aimes ma réforme de l’ISF... Et ma sortie sur les fainéants, elle te plaît ? ... Dis-moi, mes ordonnances, tu les trouves comment mes ordonnances ? Rebondies ? Assez fermes ? »

À chacun de se faire une opinion quant à la nécessité d’avoir produit un tel film. D’aucuns penseront qu’il eût été préférable d’en réaliser un autre et qu’il se serait appelé « Les Jours heureux ».

Mais ce serait oublier que ce film a été produit par Les Quarante Valeurs, que les dialogues et le scénario sont du Mouvement des Exploiteurs de Salles (ah ! riez, si vous le pouvez). Et que le rôle-titre est tenu par Le Mozart de la Finance (les seconds rôles se contentent de jouer les utilités).

Une dernière info, peut-être qu’une rumeur entretenue : le film a failli s’intituler L’arnaque du siècle, mais les promoteurs ont fait, ici, montre de modestie...

Personne

URL de cet article 32336
  

Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.