Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Moyen-Orient : Ennemis sur-mesure ?

Depuis l’invasion et la destruction de l’Irak par les Etats-Unis en mars 2003, le Moyen-Orient se trouve plongé dans un inconcevable chaos. De la sorte, plusieurs guerres parallèles ou croisées s’y déroulent alimentées par les ambitions des uns, les menées des autres. L’Irak fait toujours face aux affres de la guerre depuis ce fatidique 21 mars 2003, la Syrie est à feu et à sang depuis quatre ans, conséquence directe d’un présumé « printemps arabe » ; le Yémen est sous la coupe d’apprentis impérialistes - sous-traitants pour des commanditaires évidents - qui occasionnent d’autres morts et destructions. Un général saoudien aurait - aux sollicitations des ONG internationales réclamant une pause humanitaire au Yémen - répondu qu’il n’avait pas de temps à perdre avec ces « futilités » ; il a « une guerre à mener ». Qu’y a-t-il, en effet, de plus facile que de semer la mort et la désolation à partir du ciel ?

Déjà pénible, la situation est désormais inextricable dans cette région. Cette déstabilisation plurielle du Monde arabe - avec le concours des armées arabes - est exécutée au profit de qui ? Même si la réponse peut paraître évidente - on peut ainsi avancer que les Etats-Unis et Israël tirent tous avantage de cette détérioration de la situation au Moyen-Orient - reste ce fait : que veut l’Arabie saoudite qui s’est pleinement engagée dans un engrenage à hauts risques. Il ne faut pas s’y tromper, c’est bien Riyadh qui a imposé cette belligérance et est l’initiatrice de cette improbable « coalition » - formée des monarchies du Golfe (moins le sultanat d’Oman) soutenues par la Jordanie, l’Egypte, le Maroc et le Soudan - partie dans une guerre contre les moulins à vent. Notons que le Sénégal, à la demande de Riyadh, a envoyé mardi un détachement de 2100 militaires en Arabie saoudite. Si l’on se réfère au plan états-unien de morcellement dudit Monde arabe - l’Arabie saoudite elle-même n’y échapperait pas - en petits Etats confessionnels et ethniques, la position de Riyadh apparaît dès lors plus qu’intrigante, suicidaire, voire criminelle.

Les guerres en Syrie et en Irak - qui avaient déjà un relent ethnique et confessionnel - se sont ainsi propagées au Yémen, où des pays sunnites - menés par un wahhabisme rétrograde - s’attaquent de front aux chiites yéménites. Cela donne l’impression que les sunnites musulmans seraient en guerre contre les chiites musulmans. Opposer ainsi artificiellement les musulmans entre eux - notons le curieux souci de précision des médias internationaux qui ne manquent pas de faire la distinction entre les divers groupes et sous-groupes chiites et sunnites, insistant lourdement sur ces deux branches de l’islam que l’on présente comme d’irréductibles antagonistes - est-ce innocent ? Sommes-nous face à une guerre de religion d’un autre âge ? Est-ce la réalité ? Nous en doutons, d’autant plus que cette donne - préparée de longue main - ne correspond en rien aux intérêts des musulmans de quelque obédience qu’ils se réclament.

De fait, la guerre que l’Arabie saoudite a entreprise contre les chiites yéménites est perçue comme une préparation au vrai conflit avec... l’Iran -profondeur stratégique du Monde arabo-musulman - supposé ennemi principal du Royaume wahhabite. Aussi, l’équivoque demeure : au profit de qui la guerre au Yémen a-t-elle été fomentée ? Ainsi, l’Arabie saoudite qui a initié et soutenu la rébellion en Syrie - apportant une aide multiforme aux jihadistes d’Al-Nosra, filiale syrienne d’Al Qaîda - aura singulièrement tiré les marrons du feu pour les Etats-Unis et Israël. Aussi, pendant que le monde a les yeux braqués sur le « spectacle » des guerres fratricides interarabes, l’Etat hébreu poursuit tranquillement la judaïsation et la reconfiguration de la Palestine occupée. Est-ce cela le résultat attendu par les maîtres d’oeuvre de la déstructuration dudit Monde arabe, dans laquelle le Royaume wahhabite joue un rôle de premier plan ? La question se pose aussi de savoir quel a été le rôle de l’Arabie saoudite dans la division des ethnies et des confessions moyen-orientales qui ont vécu, jusqu’ici, en bonne entente ? Or, l’Arabie saoudite, dont la responsabilité est totalement engagée dans les clivages apparus entre musulmans (chiites et sunnites) voit se retourner contre elle l’autoproclamé « Etat islamique » (EI) dont les agissements de Riyadh ne sont pas pour peu dans son avènement. Notons que l’EI, qui occupe une partie des territoires syrien et irakien, n’a pas caché sa volonté de libérer... les Lieux Saints de l’islam, ayant désormais une frontière de 400 km avec... l’Arabie saoudite. A quel jeu jouent, au final, les Al-Saoud, qui ont mis, avec l’appui des Etats-Unis, le Monde dit « arabe » sens dessus-dessous et à feu et à sang. Pour quels profits ?

Karim MOHSEN

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/215595-ennemis-sur-mesure.html
URL de cet article 28589
   
Même Thème
La poudrière du Moyen-Orient, de Gilbert Achcar et Noam Chomsky.
Noam CHOMSKY, Gilbert ACHCAR
L’aut’journal, 8 juin 2007 Les éditions Écosociété viennent de publier (2e trimestre 2007) La poudrière du Moyen-Orient, Washington joue avec le feu de Gilbert Achcar et Noam Chomsky. Voici un extrait qui montre l’importance de cet ouvrage. Chomsky : Un Réseau asiatique pour la sécurité énergétique est actuellement en formation. Il s’articule essentiellement autour de la Chine et de la Russie ; l’Inde et la Corée du Sud vont vraisemblablement s’y joindre et peut-être le Japon, bien que ce dernier soit (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
42 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.