Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Nation, République, « commun » et cohésion sociale - Une critique.

Dans les lignes qui vont suivre, rien sur le passé, sur l’histoire de cette thématique qui rapporte ici (dans cet article) Nation, République, et l’idée de « commun » (Nation surtout), à « cohésion sociale ». Le regard critique se porte sur le présent et l’avenir, sur les conquêtes sociales à maintenir et à gagner.

Plus il y a de cohésion sociale, de justice sociale (1) et plus l’idée de Nation ou de République ou de « chose commune » est forte et pertinente. Corrélativement, plus il y a d’inégalités socio-économiques, de fractures sociales, de richesses matérielles voisinant avec misères sociales et plus les idées de Nation, de République, de « commun » perdent de leur sens, et se voient instrumentalisées dans des batailles idéologiques diverses. Difficile de décrire plus sobrement un processus de construction-destruction de ce qui peut être du commun sur un territoire, au-delà la langue, de la laïcité, de la cuisine française et de son vin !

Autrement dit, plus ces notions de Nation, République, (communs) sont instrumentalisées pour unir artificiellement des résidents d’un territoire dans un imaginaire commun qui a de moins en moins de portée réelle, si ce n’est un passé plus ou moins mythifié (l’Etat social d’après-guerre souvent), et plus il s’agit d’un véritable fétiche, soit un double processus contradictoire selon Alain Bhir , soit d’une part une abstraction (à Majuscule) qui surplombe les humains (processus de domination descendant) avec, d’autre part, des humains réels qui eux sont « à genoux », comme en adoration béate devant l’Abstraction (processus d’aliénation montant).

La Nation comme la République valent mieux que sa réduction fétichisée par le néolibéralisme. Nous ne défendons donc pas une hyper critique dénonçant qu’aucun commun serait possible entre ceux d’en-haut (le 1%) et le peuple-classe (les 99% d’en-bas) mais ce commun se fragmente socialement (et au plan sociétal aussi, mais c’est hors sujet). Il importe de réduire les fractures sociales creusées par le néolibéralisme, le capitalisme financiarisé et mondialisé. Quelle force peut mobiliser le peuple-classe vers la justice sociale et une autre démocratie ?

1 - Ce qui est écrit ci-dessous vient du très sérieux site vie-publique.fr

La conception moderne de la nation dépasse largement le cadre ethnique ou tribal. Elle trouve plutôt sa source dans un ensemble complexe de liens qui fondent le sentiment d’une appartenance commune. Elle est ainsi à la fois extérieure aux individus, en même temps qu’elle est intériorisée et transmise d’une génération à l’autre. Pour s’imposer, elle suppose également l’existence d’une volonté durable de vivre au sein d’un même ensemble.

Certaines données objectives permettent de définir une nation : le territoire, l’ethnie, la langue, la religion, la culture, l’État. Mais l’idée de nation ne leur est pas réductible. Il existe ainsi des nations plurilingues (ex : la Suisse) ou connaissant plusieurs religions (ex : l’Allemagne). Il y a également des nations sans territoire propre ou d’autres encore qui sont partagées entre plusieurs États. Aussi la nation apparaît-elle d’abord comme une construction politique, dont la fonction est de garantir la cohésion sociale et de faire respecter l’autorité de l’État.

2 - La cohésion sociale est un élément important de la nation, ce qui valorise en principe la justice sociale et fiscale et donc grosso modo le « plus pour en-bas et moins pour en-haut » !

Les luttes contre la pauvreté, le mal logement, la santé à deux vitesse, les inégalités, etc sont les éléments fondamentaux de la cohésion sociale et donc d’une vraie Nation, d’une vraie République, constamment menacée par des dynamiques d’éclatement, de destruction (voir contribution sur Erich Fromm) qui se nomment concurrence, conquêtes de marchés, profit, retour sur investissement. Ces politiques ne sont plus soutenues réellement pour emporter des effets sociaux tangibles !

On peut dire que le néolibéralisme avec sa forte montée des inégalités sociales et économiques a cassé non seulement l’Etat social mais aussi la Nation. Car il ne suffit pas que les très riches du 1% d’en-haut parlent français, soient athées de sub-culture catholique, trempent la baguette beurrée dans le café, etc, il faut aussi qu’ils contribuent à la redistribution financière vers en-bas, vers le peuple-classe 99% et notamment les couches sociales modestes, au lieu de profiter de la financiarisation de l’économie pour se « gaver », pour gonfler leur patrimoine de façon outrancière.

Pas de liberté sans politique d’égalité, sinon c’est la liberté-privilège !

S’ajoute à l’exigence de redistribution des richesses (qui était assez commune à gauche jadis) celle de l’appropriation sociale, une question difficile et qui « fâche » beaucoup plus !

Christian DELARUE - Altermondialiste animateur du site amitié-entre-les-peuples.org

Inégalités et exigences de justice sociale en France - Note C. Delarue - Amitié entre les peuples

URL de cet article 31038
   
Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Informer n’est pas une liberté pour la presse, mais un devoir. La liberté de la presse a bien une limite : elle s’arrête exactement là où commence mon droit à une véritable information.

Viktor Dedaj


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.