Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

12 

Petit conte déjanté pour « des gens qui ne valent rien »

Il était une fois dans un Pays d’essence Républicaine, un Président mal élu, gouvernant par ordonnances, se faisant rapidement appeler Jupiter,

Il voulait voir les jeunes de son Pays « rêver de devenir milliardaires » en argent accumulé, pour « porter des costars » et créer des « start-up » [1],

Il expliquait son « mépris de classe » de manière ostentatoire : « Vous croisez des gens qui réussissent et d’autres qui ne sont rien ».

Survient un jour plusieurs accidents graves qui paralysèrent les transports, ainsi que les réseaux informatiques, bloquant y compris la bourse,

Les premiers « qui ne valent rien » à intervenir, portaient casques et vestes de cuir pour éteindre les feux produits par les multiples accidents,

Ils étaient accompagnés des services d’urgences des hôpitaux publics, rejoints bénévolement par les personnels en vacance [2], pour soigner les victimes,

Les chirurgiens, les infirmières et les aides-soignantes mobilisées dans les « hôpitaux de proximité », ne comptaient pas leurs heures,

De nombreuses lignes électriques ayant aussi été coupées par la tempête, les équipes se mobilisèrent rapidement, aidés par des retraités [3]

Il fallut rapidement aussi remettre en état les lignes de chemins de fer bloqués par les accidents, et l’on vit alors beaucoup de « bleus de travail »,

Dans la sidérurgie aussi, le travail de nuit fut demandé pour remplacer les nombreux rails, aiguillages et équipements endommagés ou détruits.

Pour les réseaux informatiques les techniciens et les « petites mains » qui posent les câbles dans les endroits partagés par les rats et leurs excréments investirent jour et nuit leurs métiers, pour que le système paralysé, puisse, pour « l’intérêt général », redémarrer rapidement.

Les taxis, ne dépendant pas d’Ubber et se rappelant la Marne, aidèrent des salariés à rejoindre leur domicile ou un « lieu d’accueil communal »,

Las agriculteurs mettant « la main à la pâte », amenèrent des produits frais, du lait, et de l’eau, là où la population sinistrée en manquait,

Partout, dans tous les domaines, « les gens qui ne valent rien 
 » aidaient, matérialisant ainsi, notre banderole : « liberté, égalité, fraternité »,

En deux jours et deux nuits le Pays n’était plus paralysé, au bout d’une semaine tout fonctionnait, au bout d’un mois l’accident était effacé.

Les « costars-cravates » de la bourse mis au chômage technique, purent reprendre leur activité spéculative et prédatrice au bout de deux jours.

Morale du conte : Quand tout va bien, ce sont les « costars-cravates des gens qui réussissent », qui crèvent l’écran, quand tout déraille, ce sont « les moins que rien » dénommés prolétaires qui « font le travail », mais ce sont toujours les « gens qui réussissent » qui passent à l’écran…

Pour « les gens qui font le travail et qui ne valent rien », le 3 Juillet 2017, Fabrice

[1Champignon hallucinogène qui confonds entreprises et illusions

[2Attentat Novembre 2015

[3Tempête de Décembre 1999


URL de cet article 32067
   
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.