Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Pour Florence Parly, il y a sanctions et sanctions

Sur les sites Internet de BFM-TV, de Valeurs actuelles et de France Info, j’ai lu que la ministre de la Défense Florence Parly n’avait pas exclu que l’Union européenne prenne des sanctions contre l’Iran après la suspension par Téhéran de certains de ses engagements au titre de l’accord sur le nucléaire de 2015.

Remarque 1. Je me suis étonné, en écoutant les journaux d’information de France Inter, de France 2 ou de France 3, qui sont des médias largement écoutés et vus, que cette information n’ait pas été davantage reprise et commentée, et largement commentée, car c’est tout de même, à maints égards, une information de première importance.

Remarque 2. C’est une information de première importance car Florence Parly, en évoquant cette possibilité, a inversé, de façon sidérante, l’ordre des responsabilités : en effet, si l’Iran a suspendu certains desdits engagements, c’est parce que, préalablement, le 8 mai 2018, c’est-à-dire il y a exactement un an, Donald Trump avait dénoncé cet accord signé par son prédécesseur – alors que, précisément, l’Iran respectait les termes de l’accord ! Le président des EU, cherchait délibérément l’affrontement – comme il le fait, conformément à ses vues et à son idéologie, à l’égard de Cuba et du Venezuela – pour ne rien dire de la Palestine...

Il est donc pour le moins étrange de faire porter la responsabilité de la crise sur l’Iran alors que cet État a attendu un an pour réagir et qu’il donne aux autres signataires de l’accord (parmi lesquels les Européens) 60 jours pour sauver l’accord de 2015. Les médias parlent "d’ultimatum" en évoquant les 60 jours de délai, en "oubliant" les 365 jours précédents durant lesquels les Iraniens ont patienté !

Tout se passe comme si les Européens, pour camoufler leur soumission, leur servilité, leur couardise à l’égard des États-Unis considéraient fictivement que la crise n’a débuté que depuis que les Iraniens se sont retirés de l’accord, comme si ce retrait était un effet sans cause. Ou plutôt, comme on le devine entre les lignes, comme si cette cause était la perversité foncière de la République islamique d’Iran, sa volonté "d’exporter" le djihadisme, le terrorisme, la charia et autres abominations. Et du coup – hop ! – les agissements de boutefeu de Donald Trump passent à la trappe...

Remarque 3. Florence Parly est coutumière de ces travestissements de la réalité, notamment lorsqu’elle feint l’innocence en prétendant qu’elle n’a "aucune preuve" [sic] que les armes vendues par la France à l’Arabie saoudite sont utilisées contre des civils. Comment cela, "aucune preuve" ? Comment la ministre peut-elle imaginer que l’Arabie saoudite, pays actuellement en guerre contre les Yéménites, achète des armes juste pour les exhiber dans un musée local de l’Armée, dans une espèce d’Invalides du désert ? En particulier les canons de 155 mm Caesar, très mobiles, puisque montés sur un camion, d’où leur nom (camion équipé d’un système d’artillerie). La portée de ces canons va jusqu’à 50 km lorsqu’ils sont équipés d’obus-roquettes. Et il ne s’agit là que d’un seul exemple des armes vendues par la France à l’Arabie saoudite...

PS (LGS) : Florence Parly a amassé une fortune de plus de 200 SMIC en seulement 6 mois de travail à la SNCF. Et 200 SMIC supplémentaires en indemnités. Une rémunération totale de 52.000€ par mois ! 312.000€ en tout.

URL de cet article 34897
   
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.