RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Régimes spéciaux : une bataille décisive / « c’est la plus difficile des réformes, puisqu’elle concerne ceux qui ont le pouvoir de blocage le plus fort [...]. Si elle réussit, le reste suivra. », La Riposte.




Vu sur Sarkozy News






[Nous sommes à la veille d’une confrontation majeure entre les classes, dont les enjeux dépassent la question des régimes spéciaux. Comme l’a dit Raymond Soubie, le conseiller social de Sarkozy, « c’est la plus difficile des réformes, puisqu’elle concerne ceux qui ont le pouvoir de blocage le plus fort [...]. Si elle réussit, le reste suivra. » (Les Echos du 1er nov 2007).]






La Riposte, vendredi 2 novembre 2007.


Avec la décision de six syndicats de la SNCF de lancer un mouvement de grève reconductible à partir du 13 novembre, l’appel à la grève pour le 14 novembre dans le secteur de l’énergie, et la mobilisation des fonctionnaires pour le 20 novembre, la perspective s’ouvre d’une confrontation majeure entre les travailleurs de ces secteurs et le gouvernement Sarkozy-Fillon.

Pour le gouvernement, comme pour les travailleurs - tous les travailleurs, qu’ils en soient ou non conscients - l’enjeu de la lutte qui s’engage est énorme. Une défaite des grévistes et la démolition effective des « régimes spéciaux » ouvriraient la voie à une intensification de l’offensive générale contre les droits et les conditions de vie de tous les travailleurs, sans exception.

Sarkozy a clairement cherché à provoquer ce conflit. Il pense sans doute - et non sans raison - que le fait de reporter un conflit avec les bataillons les plus organisés et puissants du mouvement syndical diminuerait ses chances de l’emporter. Sa démarche est similaire à celle de Margaret Thatcher, qui avait délibérément provoqué la grève des mineurs britanniques de 1984-1985. Comme Sarkozy, Thatcher ne manquait pas de cran. Elle savait que si elle parvenait à vaincre les mineurs, elle réaliserait plus facilement ses objectifs face aux autres catégories de travailleurs. Cette stratégie s’est avérée payante. La défaite des mineurs a donné lieu, temporairement, à un certain défaitisme dans le mouvement syndical britannique. Les travailleurs se disaient : « si les mineurs n’ont pu arrêter Thatcher, quelle chance avons-nous d’y parvenir, nous autres ? » C’est pour les mêmes raisons que Sarkozy multiplie les provocations à l’encontre des cheminots. S’ils sont battus, le gouvernement passera immédiatement à l’offensive pour aller plus loin dans le démantèlement du système de retraites - au profit des assurances privées - et redoublera de férocité dans ses attaques sur les autres fronts.

Face à un tel enjeu, le devoir de chaque syndicaliste, de chaque communiste et de chaque militant socialiste - malgré la lâcheté des dirigeants du PS, qui font favorables à la suppression des régimes spéciaux - est de soulever un mouvement de solidarité active autour de cette grève. Par un immense effort collectif, montrons à ce gouvernement réactionnaire les vastes réserves d’énergie et de combativité que recèlent nos organisations et notre classe ! Une telle bataille ne laisse pas de place aux discours pusillanimes qu’on entend trop souvent dans la bouche des dirigeants syndicaux. L’ennemi est devant nous, implacable, rapace. Répondons-lui avec une vigueur et une détermination tout aussi fermes.

Selon un récent sondage TNS-Sofres, la baisse de la « côte de popularité » de Sarkozy se poursuit, malgré les efforts de toute l’industrie médiatique. Il ne recueille plus que 54% d’opinions favorables. En la matière, l’augmentation de salaire de 140% que ce champion de la « modération salariale » vient de s’octroyer n’arrangera rien, pas plus que les pratiques corrompues de ses « amis » et « frères » du MEDEF. Sa popularité descendra certainement en dessous des 50% dans les semaines à venir. Selon le même sondage, Fillon serait déjà à 44%. Le vent tourne - et pour cause. L’économie française stagne. Alors que Sarkozy promettait 4%, puis 3%, puis « au moins 2,5% » de croissance du PIB, en 2007, elle ne dépassera même pas les 2%. La balance du commerce extérieur s’est littéralement effondrée. La régression sociale s’aggrave dans tous les domaines. Le pouvoir d’achat de la masse de la population subit une érosion constante. Dans le domaine de la politique internationale, la diplomatie sarkozienne va de fiasco en fiasco, qu’il s’agisse de la menace de « guerre » contre l’Iran, aussitôt abandonnée, ou de l’affaire de l’enlèvement d’enfants tchadiens - une opération « clandestine et illégale » soutenue par la logistique de l’armée française ! La grève du 18 octobre et le débrayage massif, chez Air France, montrent la combativité grandissante des travailleurs. Les étudiants entrent en action contre la réforme universitaire. Même les magistrats et autres professionnels du système judiciaire se mobilisent contre le gouvernement.

Sarkozy a voulu se tailler l’image d’« homme fort » de la droite, mais c’est un (tout petit) géant aux pieds d’argile. Il est parfaitement possible de le battre. Les cheminots et l’ensemble des salariés du secteur public ont un pouvoir énorme. En 1995, Chirac et Juppé affichaient une détermination sans faille contre les cheminots. Mais ils ont dû capituler face à l’ampleur de la mobilisation et l’impact économique de la grève.

La Riposte n’a jamais accepté l’analyse superficielle, véhiculée par de nombreux dirigeants du PS et du PCF, selon laquelle la classe ouvrière avait « glissé vers la droite », de sorte que nous serions condamnés à traverser une longue période de réaction. Au lendemain de la défaite électorale, nous écrivions : « Sarkozy a atteint les sommets du mensonge et de l’hypocrisie. Il va, dit-il, s’occuper des pauvres, des "sans grade", des opprimés, des chômeurs, des ouvriers. Ceux qui ont cru à ce flot de promesses vont vite déchanter. Son action répondra exclusivement aux exigences de la classe capitaliste. La droite n’a d’autre objectif que de soumettre toute l’économie et toute la société à la loi du profit. Elle mènera une offensive implacable et systématique contre les acquis sociaux, contre les droits des salariés et les conditions de travail, contre les retraites et la sécurité sociale. Elle alimentera le racisme et poursuivra le harcèlement policier et administratif contre les étrangers. [...] La statistique électorale cache plus qu’elle ne révèle. Le suffrage universel attribue le même poids à ce qui est inerte, stagnant et démoralisé, qu’aux forces sociales les plus conscientes et les plus militantes. Une élection est comme une photographie. Elle donne une image figée d’une société en mouvement, dans un contexte d’instabilité croissante. La conscience sociale, l’humeur des différentes classes sociales, sont des choses extrêmement mobiles, fluides. [...] Loin d’être une période de "rassemblement national", les années Sarkozy seront marquées par des luttes de grande envergure, au cours desquelles se réveilleront les traditions militantes et révolutionnaires de notre classe.  »

Et voilà que nous y sommes déjà  ! Les changements dans l’humeur et la conscience des travailleurs - certes, de façon encore inégale et hésitante - sont une réalité palpable, que mêmes les marchands de sondages sont obligés d’admettre. Par exemple, 85% des sondés « ne croient pas en l’efficacité de gouvernement pour lutter contre la vie chère. »

A vrai dire, l’atout principal de Sarkozy - et la source principale de sa « confiance » - résident dans la mollesse et l’ambiguïté des directions syndicales. Selon une dépêche AFP du 1er novembre : « A l’Elysée, on souligne que Xavier Bertrand, ministre des Affaires sociales, est "en première ligne des discussions avec les syndicats". Pour atténuer l’impact des grèves, il mise sur un dialogue avec certains syndicats, comme la CFDT et les conducteurs autonomes de la SNCF. » François Chérèque, qui « dirige » la CFDT de capitulation en capitulation, est parfaitement capable de trahir le mouvement aussi cyniquement qu’il l’a fait en 2003, lors de la lutte contre la réforme des retraites. Dans les heures suivant la mobilisation du 13 mai 2003, l’une des plus massives depuis 1968, Chérèque a signé la « réforme Fillon » sans même s’en référer aux fédérations syndicales. Les dirigeants de Force Ouvrière, comme d’habitude, couvrent d’un radicalisme purement verbal leur refus de passer à l’action de façon décisive. La CGT, par son implantation et sa capacité de mobilisation, constitue la force décisive dans ce conflit. Mais là encore, l’attitude équivoque et conciliante de Thibault envers la réforme des retraites et la politique du gouvernement en général - « pas d’opposition systématique, on jugera sur pièces, etc. » - n’est pas à la hauteur des enjeux.

Quand Thibault dit qu’un autre « cadrage » de la réforme permettrait d’éviter un conflit, qu’est-ce que les travailleurs sont censés comprendre ? Lorsqu’il dit que, pour lui, une réforme est nécessaire, mais qu’il faut en négocier les « modalités », il se déclare battu d’avance sur l’essentiel. Ceci explique le défaitisme et la réticence à se lancer dans la lutte d’une fraction non négligeable des salariés. « Après tout, se disent-ils, vaut-il la peine de faire une grève illimitée pour n’obtenir que quelques révisions marginales ? » Les dirigeants syndicaux s’emploient à suggérer au gouvernement un nouveau « cadrage », ce dont Sarkozy se servira éventuellement pour diviser les travailleurs et affaiblir leur résistance. Au lieu d’oeuvrer pour unir l’ensemble des travailleurs du public et du privé autour d’une plateforme revendicative commune, les directions confédérales cherchent à séparer les différents « dossiers », facilitant ainsi la stratégie de division du gouvernement.

Sarkozy a dit à maintes reprises qu’il n’avait aucune intention de céder sur l’essentiel de cette contre-réforme. Dès lors, qu’y a-t-il à négocier, si ce n’est la manière dont les salariés perdraient leur retraite ? Le refus d’un cheminot CGT, à Saint-Denis, de serrer la main de Sarkozy devant les caméras de télévision, fait honneur au mouvement syndical, tout comme les propos du syndicaliste lui déclarant que « la rue » trancherait le conflit. Le mouvement syndical et l’ensemble des travailleurs ont besoin de dirigeants dont le langage arme leur pensée, élève leur combativité, les unit dans une lutte commune et ravive les grandes traditions militantes du mouvement ouvrier français. Mobilisation de tous les travailleurs pour le retrait pur et simple de la réforme ! Maintien intégral des dispositions des régimes spéciaux ! Pas plus de 37,5 annuités de cotisation pour tous ! Aucune retraite en dessous du SMIC !

Nous sommes à la veille d’une confrontation majeure entre les classes, dont les enjeux dépassent la question des régimes spéciaux. Comme l’a dit Raymond Soubie, le conseiller social de Sarkozy, « c’est la plus difficile des réformes, puisqu’elle concerne ceux qui ont le pouvoir de blocage le plus fort [...]. Si elle réussit, le reste suivra. » (Les Echos du 1er nov). Le « reste », c’est la démolition des conquêtes sociales, la précarité accrue de l’emploi, la poursuite du démantèlement des services publics, la dégradation du pouvoir d’achat et toutes les autres mesures qui visent à renforcer les intérêts des capitalistes milliardaires qui possèdent le pouvoir dans ce pays. Soutenons cette lutte de toutes nos forces. Efforçons-nous de lui donner un caractère aussi massif et général que possible. Mais ne perdons pas vue la nécessité impérieuse de réarmer le mouvement syndical et le Parti Communiste avec les idées, le programme et les principes du socialisme. En France comme partout ailleurs, le capitalisme n’offre aucun avenir digne de ce nom à des millions de travailleurs, de jeunes et de retraités. Aussi longtemps que les capitalistes posséderont l’industrie, le commerce, les banques, les entreprises de crédit et d’assurance, ils détiendront le pouvoir sur nos vies, étoufferons nos aspirations, renforceront les inégalités et refouleront la société en arrière.

- Source : La Riposte www.lariposte.com






Après le droit de grève, Fillon s’attaque maintenant aux régimes spéciaux de retraite, par Jean-Jacques Chavigné.

Vérités et mensonges sur les régimes spéciaux, par Yves Housson.



Fonctionnaires, régimes spéciaux : des économies ou des cacahuètes ? par Michel Husson.

SNCF, RATP, EDF, GDF : une « réforme » peut en cacher une autre, par Michel Husson et Pierre Concialdi.

Régimes spéciaux de retraites : changez de poste, écoutez Gérard Filoche.


Grève SNCF - "Haro sur les médias !" : pour Le Monde, les cheminots menacent la liberté de la presse ... par Vincent Présumey.


Le gavage éhonté des riches se poursuit en douce, par SuperNo.


Attention une bande a organisé un racket contre les entreprises de métallurgie ! A ce jour elle est impunie. Que fait la justice ? par Gérard Filoche.






Denis Gautier-Sauvagnac, Medef : Le plus grand scandale de ce début de siècle éclate, par Gérard Filoche.



* * * L’usine à gaz Sarkozy, par Michel Husson.






URL de cet article 5652
   

Même Thème
LA TYRANNIE DU BIEN VIEILLIR
Martz Didier, Michel Billé
La tyrannie du Bien Vieillir, voilà bien un paradoxe ! Il faut être un peu iconoclaste pour aller s’en prendre à une si belle idée, qui fait si largement consensus : « bien vieillir ». Bien vieillir, qui pourrait être contre ? Qui ne le souhaiterait pas pour soi-même et pour autrui ? Qui oserait affirmer préférer vieillir mal ? C’est que le désir de bien vieillir de chacun sans trop d’inconvénients est devenu un slogan qui anime les cercles politiques, court dans les maisons de retraite, envahit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.