RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Rex et Ysengrin

R – Salut Ysengrin. Ça fait plaisir. Comment vas-tu ? Ça fait une paye !

Y – Bien ! Je suis en forme. Comme tu peux en juger. Et toi, Rex ?

R – On fait aller. On fait au mieux avec les changements survenus ces dernières années.

Y – Changements ? Quel bel euphémisme !

R – Je sais. J’ai parfois honte. Le boulot n’est plus ce qu’il a été. C’est sûr, cela ressemble à du remplissage, à du bourrage de mou. C’est vraiment devenu un taf comme les autres.

Y – Tous les métiers sont respectables. Mais avoir une éthique est consubstantiel au…

R – Tu sais bien que la presse va mal. Les supports sont en pleine mutation...

Y – C’est surtout le journalisme qui est malade. À qui la faute ?

R – On est tous responsables.

Y – Les fautes collectives n’engagent personne. Facile à dire. Mais, coupables, certains le sont plus que d’autres.

R – Avec les fils invisibles qui nous lient aux actionnaires, avec l’emprise des annonceurs telle l’épée de Damoclès, avec le lectorat versatile, le métier...

Y – Avec cette frénésie stérile, cette course à l’immédiateté,...

R – Avec tout cela, le métier est devenu compliqué. Il ne reste plus beaucoup de place, de temps pour l’investigation, pour écrire, décrire les relations entre les événements.

Y – C’est pourtant l’essence du métier. Tu vas me dire que la presse est un commerce (2) comme les autres.

R – On vend bien au public les paroles de la couleur dont il veut.

Y – Je te parle de journalisme. Celui-ci est fait pour éclairer, et non pour flatter les opinions.

R – Sans presse, il n’est point...

Y – Quelle presse ? Les pages ont l’air pleines, elles semblent contenir des idées, mais qu’on y mette un tant soit peu d’attention, ce ne sont que robinets d’eau tiède qui glougloutent (3).

R – C’est...

Y – Nous ne sommes pas des marchands de phrases (2).

R – Si, un peu. Nous écrivons des articles lus aujourd’hui,...

Y – Oubliés demain (2), je sais.

R – Mais, dans ce magma, l’initié trouvera toujours l’information vraie...

Y – Il y a trop de ces rienologues (3), tous ces bons apôtres de la bourgeoisie triomphante.

R – Oui, je te le concède, le terme de journaliste est facilement galvaudé.

Y – Il y a un choix apparent, un semblant de diversité. Mais, en vérité, au silence sont réduites les voix discordantes.

R – Il est indéniable qu’il est une pensée dominante, voire hégémonique.

Y – La presse est admirable et sublime...

R – … quand elle assène un mensonge (3). Tu vois, je sais encore mes classiques.

Y – Il revient au journaliste de conquérir, de préserver sa liberté (4), son libre arbitre. C’est une question de volonté...

R – Question volonté.. Au fait, j’aurais voulu te dire... Voilà. Quand tu as été banni, en 2006 (5), j’ai pas... Avec la famille... L’aînée qui allait rentrer en fac... Les emprunts sur le dos. J’ai pas...

Y – C’est...

R – Non, sincèrement. J’aurais voulu t’apporter mon soutien. Mais, tu sais, la situation était difficile pour tout le monde.

Y – Enfin, tu veux dire pour la majorité écrasée, humiliée. Mais que fais-tu de la minorité et ses serviteurs ?

R – Tu me connais. Je partage ton idéal, j’ai partagé ta dénonciation du « délicieux despotisme ». Mais il est des fréquentations qui posent question...

Y – Je n’ai fait que mon travail de journaliste. Il est juste de donner la parole à l’accusé, non ?

R – L’accusé ? Ce type avait quand même du sang sur les mains !

Y – Tu vas pas me faire, toi aussi, le coup de l’ami du tyran ?

R – Il est difficile d’être à contre-courant, surtout maintenant. On est tous sur des sièges éjectables.

Y – J’en sais quelque chose et pourtant, tu vois, je n’ai pas varié. J’ai été viré de quotidiens, éjecté des studios, expulsé de l’université.

R – C’est sûr, la sortie de ton livre a suscité un malaise certain au sein de la « Société des Rédacteurs »...

Y – Ceux qui me jugèrent l’avaient-ils lu ? Non, bien sûr !

R – Bien sûr, il eût été...

Y – Non ! Il m’a été répondu que l’on ne peut pas donner la parole à un dictateur, dans cet honorable quotidien. Il m’a été impossible d’argumenter que, déjà, le couperet était tombé.

R – Je reconnais. Cela a fait un peu chasse aux sorcières.

Y – Comme d’autres avant moi, j’ai été ostracisé. Comme quelques-uns, j’ai conservé l’essentiel...

R – À l’évidence, tu n’as rien perdu de ta vivacité, de...

Y – Dis-moi, j’ai remarqué cette marque autour de ton cou ?

R – Ce n’est rien. C’est la vie.

Y – Je vois. Alors continue ton labeur, « quant à moi, je ne voudrais pas d’un royaume au prix de ma liberté » (« Le chien et le loup », Phèdre) (6).

« Personne »

(1) Illustration de A. Rackham pour « Les arbres et la cognée » d’Ésope (fabuliste grec ; VIIe -VIe av. J.-C.) : « c’est notre première concession qui nous vaut tous ces malheurs : si nous n’avions pas sacrifié les droits du frêne, nous serions nous-mêmes restés debout pour des siècles ». http://gallica.bnf.fr/

(2) Balzac, Les illusions perdues : « Le journal au lieu d’être un sacerdoce est devenu un moyen pour les partis ; de moyen, il s’est fait commerce ; et comme tous les commerces, il est sans foi ni loi. » Plus loin, « Nous verrons les journaux, dirigés d’abord par des hommes d’honneur, tomber plus tard sous le gouvernement des plus médiocres qui auront la patience et la lâcheté de gomme élastique qui manquent aux beaux génies, ou à des épiciers qui auront de l’argent pour acheter des plumes ». Plus loin encore : « quand il aura, lui, comme mille autres, dépensé quelque beau génie au profit des actionnaires, ces marchands de poison le laisseront mourir de faim s’il a soif, et de soif s’il a faim. » http://gallica.bnf.fr/

Et page 306 : « Mais nous sommes des marchands de phrases, et nous vivons de notre commerce. Quand vous voudrez faire une grande et belle œuvre, un livre enfin, vous pourrez y jeter vos pensées, votre âme, vous y attacher, le défendre ; mais des articles lus aujourd’hui, oubliés demain, ça ne vaut à mes yeux que ce qu’on les paye. »

(3) Balzac, Monographie de la presse parisienne http://gallica.bnf.fr/

Et conclusion, en page 207

(4) Étymologie de « liberté : « livreteit, ’’libre arbitre’’ » (Le Robert)

(5) https://www.legrandsoir.info/fidel-castro-et-la-repression-contre-les-...

(5) Phèdre (fabuliste latin ; vers -10, vers +54), « Le chien et le loup » http://gallica.bnf.fr/


URL de cet article 31307
  

RÉSISTANCES AU TRAVAIL
Stephen BOUQUIN
Stephen Bouquin (coordination) Louis-Marie Barnier, José Calderón, Pascal Depoorter, Isabelle Farcy, Djordje Kuzmanovic, Emmanuelle Lada, Thomas Rothé, Mélanie Roussel, Bruno Scacciatelli, Paul Stewart Rares sont les romans, même de science-fiction, fondés sur l’invraisemblance. Il en est de même avec les enquêtes en sciences sociales. Il existe néanmoins des vraisemblances négligées. Les résistances au travail en font partie. Le management contemporain a beau exalter l’individualisme, il exige en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Moins vous êtes, plus vous avez... Ainsi, toutes les passions et toutes les activités sont englouties dans la cupidité.

Karl Marx

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.