RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Surprise : ils viennent de déplacer les "lignes rouges"...

Ceux qui me connaissent savent (j’espère) que je ne suis pas très partisan de l’argument pour défendre Assange qui consiste à dire qu’après Assange, ils s’en prendront aux autres. Mon argument était (est ?) que "les autres" ne se sentent pas concernés par le cas Assange car, contrairement à Wikileaks et Julian Assage, ils savent parfaitement qu’ils ne franchiraient jamais les lignes rouges...

Mais voilà que oh surprise. Au vu des arrestations, tirs de flash ball, violences en tous genres exercés ces derniers jours sur les journalistes américains, notamment ceux des "grand médias" institutionnels, on constate qu’ils n’ont pas franchi les lignes rouges mais que ce sont les lignes rouges qui les ont franchis. Désormais, plus de reportages en direct sur les "bavures" policières, plus de forces de l’ordre filmées en pleines exactions. Tout ce que ces "journalistes" aimaient tant - la mise en images de leur propre "courage" et "dévouement" - vient d’être marqué d’une cible.

Vous ne vouliez pas franchir les lignes rouges de l’information sous contrôle ? On dirait bien que, sans lever le petit doigt, les lignes rouges se sont chargées elles-mêmes de vous les faire franchir. Je vous vois déjà dans votre future vie professionnelle, derrière un bureau et peut-être dans un "open space" en train de retranscrire les déclarations officielles, poussant des soupirs au souvenir de ces escapades en plein air chargées d’adrénaline où vous tentiez de vous faire passer pour des reporters de guerre.

Je ne vous cacherai pas que je me passais très bien de vous.

Le problème, ce sont toutes ces lois anti "fake news" qui se préparent. Vous n’aviez pas vu venir la manoeuvre, n’est-ce pas ? Vous avez même joyeusement participé à la curée anti-médias alternatifs, trop contents de faire partie de la presse "respectable". Mais à y réfléchir, rien d’étonnant à cela. Après tout, il arrive qu’un journaliste s’égare du troupeau et retrouve un professionnalisme que l’on croyait perdu. Sentez-vous la chape de plomb s’abaisser ? Entendez-vous ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?

Ca va être ennuyeux, un monde sans courage. Sans abnégation. Sans éthique.

Peut-être qu’un jour, quelqu’un parmi vous se révoltera et aura une idée de génie. Il dira :

"Et si on créait un site qui fonctionnerait comme ceci et comme cela ?" - "Et si je m’appelais Julian Assange ?"

Ben, je te répondrais que ce serait l’annonce d’une bonne nouvelle. Mais j’attendrai un peu avant de t’annoncer la mauvaise.

Viktor DEDAJ
"voilà, ça c’est fait"

URL de cet article 36195
   

Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.