Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Syrie - Les États-Unis jettent l’éponge - La Résistance se recentre sur Israël

Cet article du New Yorker est remarquable de par son titre arrogant et les mensonges qu’il contient. Tout cela est peut-être nécessaire pour détourner l’attention du vrai message du papier - les États-Unis sont obligés de renoncer à leurs projets en Syrie : Trump va laisser Assad rester jusqu’en 2021 alors que Poutine déclare la victoire en Syrie.

L’Administration Trump est maintenant prête à accepter le maintien du président Bachar al-Assad au pouvoir jusqu’ à la prochaine élection présidentielle prévue en Syrie en 2021, selon des officiels américains et européens. Cette décision vient contredire et annuler les nombreuses déclarations précédentes des États-Unis selon lesquelles Assad devrait démissionner dans le cadre du processus de paix.

...

L’Administration Trump dit qu’elle veut toujours un processus politique qui envisage le départ d’Assad. Mais elle a conclu qu’il faudra peut-être attendre jusqu’en 2021, lorsque les prochaines élections auront lieu, pour y parvenir.

...

Les responsables américains craignent qu’Assad ne remporte les élections syriennes de 2021, d’une manière ou d’une autre, et ne reste au pouvoir pour les années à venir.

Les États-Unis « laissent Assad rester » parce qu’il n’y a tout simplement rien d’autre à faire sans mener une guerre à grande échelle. Ils ont tout essayé - et ils ont perdu. En 2012, ils ont tenté d’assassiner Assad, mais il n’était pas à la réunion de sécurité que la CIA a fait sauter. Ils ont envoyé 100 000 combattants Takfiri du monde entier en Syrie et expédié des dizaines de milliers de tonnes d’armes et de munitions. La campagne mondiale de propagande anti-syrienne en faveur des Takfiri a été sans précédent. Ils ont tenté de créer une opposition politique et l’ont parrainée à coup de centaines de millions de dollars. Ils ont finalement envahi le pays et tenté de le diviser en morceaux par la force. Ils ont échoué sur tous les fronts.

La décision des États-Unis reflète les options limitées de l’Administration, la réalité militaire sur le terrain et le succès des alliés de la Syrie, les Russes, les Iraniens et les Hezbollah, qui ont soutenu le régime d’Assad assiégé.

...

Les groupes d’opposition syriens soutenus par les États-Unis ont été inefficaces. Ils se sont disputés entre eux et se sont divisés en factions.

...

Au plan diplomatique, Washington a été marginalisé par la puissante troïka russe, iranienne et turque, qui domine aujourd’hui le processus de paix.

En 2013, l’auteur de l’article, Robin Wright, a présenté le rêve israélien d’une scission du Moyen-Orient.

Il s’agit d’un remake de la carte des « Frontières du Sang » diffusée en 2006 par le colonel néoconservateur Ralph Peters. C’était une version actualisée d’une carte du « Nouveau Moyen-Orient » de Bernhard Lewis publiée dans Foreign Affairs. Ces cartes ont été mises à la poubelle quand les États-Unis ont dû quitter l’Irak. L’expression cartographique de l’arrogance impériale de Wrigth prendra fin là aussi.

Wright joue un grand rôle à Washington. Elle fait partie des *borg* et avait, et a toujours, des fonctions à l’U.S. Institute of Peace (qui planifie les guerres), au Wilson Center, au Brookings et à Carnegie Endowment. Le fait qu’elle ait maintenant renoncé à sa carte ridicule reflète probablement les opinions dominantes au sein de ces institutions.

On se demande si la junte militaire de la Maison-Blanche est d’accord avec ça car elle semble persister dans son rêve de garder la Syrie et l’Irak sous son aile :

Le Col John Thomas, porte-parole du Commandement central des Etats-Unis (CENTCOM), a déclaré que les forces de la coalition internationale resteraient en Syrie pour soutenir les opérations des ’ Forces démocratiques syriennes ’ arabo-kurdes jusqu’ à la conclusion des négociations sur une solution politique à Genève.

Il a ajouté que les forces américaines continueraient à lutter contre les organisations terroristes proches d’Al-Qaïda en Syrie, y compris le Front al-Nusra,’ sans tenir compte de la présence de l’EI ’.

Qu’ils fassent de beaux rêves !

Hier Poutine est allé en Syrie. Il a déclaré la victoire et annoncé qu’une partie des troupes russes en Syrie allait rentrer au pays. Il s’est assuré que tout le monde, les États-Unis, les Turcs, les Saoudiens et les Israéliens, comprennent bien que les troupes reviendraient en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, s’ils essayaient de relancer la guerre :

« Si les terroristes relèvent la tête, nous déclencherons sur eux des frappes d’une violence inédite », a déclaré M. Poutine à l’armée russe.

Un autre membre de l’alliance syrienne, le parti libanais Hezbollah, se recentre désormais sur Israël. Le coup hasardeux de Trump, consistant à reconnaître illégalement Jérusalem comme capitale d’Israël, est arrivée juste au bon moment pour donner un nouvel élan à la résistance :

M. Nasrallah a appelé l’’axe de la résistance’ - faisant référence au Hezbollah et à ses alliés et parrains syriens et iraniens - à ’consacrer toute sa puissance et son temps aux Palestiniens’. J’appelle toutes les factions de résistance de la région à s’unir et à mettre en place une stratégie commune et un plan concret pour faire face à cette menace ’, a-t-il déclaré.

C’était Israël qui était derrière (pdf) la campagne pour démanteler la Syrie et l’Irak. Il a complètement échoué et la vengeance sera terrible. Le Hezbollah est mieux armé et mieux entraîné que jamais. Des groupes de combattants irakiens et iraniens expérimentés se tiennent prêts. L’armée syrienne est beaucoup mieux entraînée et équipée qu’avant la guerre. Le chef de la résistance irakienne Qais Al Khazali s’est récemment rendu au Sud-Liban et est allé voir la frontière israélienne. Il venait voir le nouveau champ de bataille.

La nouvelle alliance d’Israël avec l’Arabie Saoudite n’a pas amélioré sa situation. Le tyran Salman et son fils sont en mauvaise posture et leurs excellentes relations avec Trump ont capoté, sans doute à cause de la question de Jérusalem.

Le Premier ministre israélien Netanyahou est sous pression dans son pays. Les accusations de corruption s’accumulent et il pourrait ne pas finir son mandat.

Qui le remplacera ? Et que vont concocter les Sionistes pour répondre à la nouvelle situation ?

Moon of Alabama

Note :

*Les Borgs ou le Collectif Borg sont, dans l’univers de fiction de Star Trek, des races de créatures cybernétiques — en partie organique, en partie mécanique. Ils sont connus pour être impitoyables et particulièrement difficiles à éliminer.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2017/12/us-surrenders-on-syria-resistance...
URL de cet article 32699
   
Même Thème
Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience.

Karl Marx


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.