RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Tepa cap. Et si Sarkozy ne tenait pas la distance ? par Michel Husson.








Regards, décembre 2007.


Sur un an, la consultation médicale a augmenté de 19 %, l’essence de 6 %, la baguette de 12 %, le ticket de métro de 7 %, les pommes de 10 %, etc. Après ce relevé de prix, auxquels on devrait ajouter les loyers, Le Parisien du 9 novembre livre les résultats d’un sondage CSA : « pour la première fois depuis deux ans, le pouvoir d’achat passe en tête des préoccupations des Français devant la santé, la garantie de retraite, l’emploi et l’environnement ». Et 71 % des personnes interrogées ne croient pas aux vertus de la loi Tepa [1] ou de la réforme de la loi Galland sur la grande distribution pour augmenter le pouvoir d’achat.

Sarkozy s’était pourtant présenté pendant sa campagne comme le champion du pouvoir d’achat. Le Parisien cite ce qu’il écrivait alors dans son livre Ensemble : « Le but de la politique que je propose n’est pas de maintenir stable le pouvoir d’achat, il est de l’augmenter. Le but, ce n’est pas la stagnation, c’est le progrès ». Un premier test avait été passé dès juillet, quand le grand bonimenteur avait refusé tout coup de pouce au Smic. Dans la loi Tepa, son cadeau d’arrivée aux riches, la seule mesure destinée au pouvoir d’achat est la réforme du régime des heures supplémentaires, censée mettre en musique son fameux slogan « travailler plus pour gagner plus ». On a eu droit ensuite à une conférence sur le thème, petite colline médiatique qui a accouché d’une souris. Et depuis, la commission Attali ne cesse de promettre monts et merveilles de la libéralisation des marges des grandes surfaces, qui sont pourtant l’un des secteurs déjà les plus rentables.

Mais la réalité est là  : tout augmente, et après avoir fait face aux dépenses incompressibles, le pouvoir d’achat disponible est en berne. Et il n’y pas grand-chose à espérer des heures supplémentaires. La lettre Gestion sociale du 2 novembre 2007 montre au contraire que c’est un « nouveau sujet de tension ». Ainsi, 30 % des 23000 salariés de Carrefour voudraient bénéficier du nouveau régime mais ils viennent de découvrir que ce n’est possible que si le patron en fait la demande. Leur PDG n’en a pas l’intention, d’autant plus qu’une convention d’entreprise lui permet de faire faire « jusqu’à six heures de plus par semaine, à tarif inchangé ». Aux Aéroports de Paris, autre cas de figure : les salariés pourront passer de 35 heures à 37h 1/2 par semaine sans gagner plus, parce qu’ils sont annualisés et que le patron « a fait ajuster pauses et congés payés ». Il faudrait de toute manière qu’ils travaillent plus de 1607 heures par an pour pouvoir bénéficier de la loi Tepa. Quant aux cadres au forfait, il leur faut effectuer plus de 218 heures supplémentaires par an pour « gagner plus ». L’opacité de la loi et les libertés d’interprétation qu’elles donnent au patron ont rendu nécessaires deux tables rondes au Crédit Lyonnais. Enfin, chez Cora, les élus du personnel veulent remettre à plat l’aménagement du temps de travail.

Cette loi sur les heures supplémentaires condense toutes les arnaques dont est capable ce gouvernement [2] et elle risque de faire voler en éclat le discours publicitaire de Sarkozy. Il faudrait pour cela deux choses : que les salariés qui font des heures supplémentaires s’aperçoivent qu’ils se font rouler dans la farine et que les salariés, pris dans leur ensemble, constatent que la loi sert de prétexte à un gel général des salaires.

Sarkozy est déjà plus coincé qu’il n’y paraît. La hausse du blé, du lait ou du pétrole ne sont pas de son fait, mais il ne peut faire valoir cet argument parce que c’est lui qui augmente la franchise médicale, baisse les retraites et qui aura besoin d’augmenter les impôts, sous une forme ou une autre, pour payer les cadeaux qu’il a faits aux riches. C’est aussi lui qui refuse, cela va de soi, toute augmentation des cotisations patronales ou de l’impôt sur les revenus financiers et les super-profits pétroliers. Sa stratégie d’offensive tous terrains risque de se briser assez vite sur les résistances qui s’élargissent tous les jours. Admettons même qu’il sorte sans trop de dégâts de son bras de fer sur les régimes spéciaux. Le mécontentement social qui s’approfondit autour de la question du pouvoir d’achat n’en sera pas effacé pour autant et la moindre mesure jugée insupportable pourra, sur le modèle du CPE, être l’étincelle qui déclenche un nouveau « tous ensemble ». Et si Sarkozy ne tenait pas la distance ?

Michel Husson, économiste, administrateur de l’ INSEE, chercheur à l’ IRES (Institut de recherches économiques et sociales), membre de la Fondation Copernic. Auteur entre autres, de "Les casseurs de l’ Etat social", La Découverte.




SNCF, RATP, EDF : une grève pour quoi ? La CGT ne demande pas le retrait de la réforme ! par Jean-François Dignac.




+ + L’usine à gaz Sarkozy, par Michel Husson.






Le gavage éhonté des riches se poursuit en douce, par SuperNo.




Les fabriques de l’idéologie, par Michel Husson.


Régimes spéciaux : une bataille décisive / «  c’est la plus difficile des réformes, puisqu’elle concerne ceux qui ont le pouvoir de blocage le plus fort. Si elle réussit, le reste suivra. », La Riposte.




Fonctionnaires, régimes spéciaux : des économies ou des cacahuètes ? par Michel Husson.



SNCF, RATP, EDF, GDF : une « réforme » peut en cacher une autre, par Michel Husson et Pierre Concialdi.


A propos de la loi sur les heures supplémentaires, par Michel Husson.












[1N.d.l.r : Loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat.

[2Pour une critique approfondie, voir la note OUPS « Loi sur les heures supplémentaires : un choc en trompe-l’oeil » http://sarkoups.free.fr/oupshsup.pdf.


URL de cet article 5696
  

Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.