RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Trahison au Venezuela

Note du Grand Soir : cette histoire semble désolante. Quelqu’un aurait-il plus de détails sur le pourquoi et le comment de cette affaire ?

Le 25 avril 2011 fut déporté en Colombie le journaliste suédois Joaquà­n Pérez Becerra. Il était arrivé au Venezuela le 24 avril et fut immédiatement arrêté et tous ses droits furent violés : pas d’accès à un avocat, incommunication avec l’extérieur, procédure arbitraire, etc. Il fut remis aux autorités colombiennes le 25 avril qui le recherchaient sous le montage de "financement du terrorisme et administration de ressources en relation avec des activité terroristes".

Son véritable crime pour l’oligarchie colombienne était son appartenance à l’Union Patriotique dont il fut conseillé municipal au début des années 1990. Il dut ensuite fuir la Colombie à cause de la violence exercée contre ce parti et qui causa 5000 morts. Il se réfugia en Suède où il acquit le statut de réfugié politique et la nationalité suédoise et travailla pour le site ANNCOL qui informe de la réalité colombienne et a été fallacieusement accusé plusieurs fois d’être une officine des FARC.

Des organisations de gauche du Venezuela (en premier lieu le Parti Communiste Venezuelien) et d’autres de l’étranger se mobilisèrent pour sa libération. Pendant ce temps là les médias publics venezueliens gardaient le silence.

En conséquence le Parti Communiste Venezuelien à décider d’initier une phase de réflexion sur le processus révolutionnaire car il considère la confiance comme rompue. Il signale aussi que ce n’est pas la première fois que ceci arrive avec la déportation de révolutionnaires colombiens et basques.

URL de cet article 13517
  

Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.